Cancer : l’annonce est un moment crucial

| | mots clefs : 13 réactions

L’annonce d’un augmenterait le risque suicidaire. Cependant, le dispositif d’annonce, tel que mis en place en France depuis 6 ans, recueille une satisfaction importante de la part des patients.

Cancer : l’annonce est un moment crucialLe risque suicidaire est plus élevé chez les patients cancéreux que dans la population générale : il serait multiplié par 1,5 à 2, voire par 15 dans la première année qui suit le diagnostic.

En général, on incrimine la lourdeur du traitement, les effets secondaires, l’évolution défavorable de la maladie, les complications douloureuses etc…

Mais une récente étude1 suédoise, saluée pour sa rigueur et son ampleur, démontre que c’est bien souvent l’annonce même du diagnostic, et non la progression de la maladie, qui est l’élément déclencheur. Or en France, les IDE jouent un rôle très important dans cette étape, à travers le dispositif d’annonce.

Sur-risque suicidaire juste après l’annonce

D’après les chercheurs suédois, le risque de suicide est multiplié par 12,6 la semaine qui suit l’annonce du diagnostic, des données venant même étayer un lien de causalité comme l’influence de la gravité de la tumeur sur l’importance de ce sur-risque. De même le risque de décès de causes cardiovasculaires est multiplié par 5,6 la semaine suivant l’annonce. En valeur absolue, cela représente un taux de 2,5/1000 personnes années pour le suicide et 116,8/1000 pour les maladies cardiovasculaires.

Cette étude souligne à quel point l’annonce d’un cancer, devenu depuis quelques temps une étape très protocolisée en France, est aussi un moment très sensible. La prise en compte d’autres facteurs de risques, tels que les antécédents psychiatriques, est donc essentielle.

Enquête de satisfaction en France

Et en France justement, qu’en est-il ? Début mai a été rendue publique en France une étude sur l'annonce du diagnostic de cancer et le ressenti des malades par l'Institut national du cancer (INCa), en collaboration avec la DGOS et la Ligue contre le cancer. Elle a été réalisée en 2011, auprès de 908 personnes prises en charge dans 53 établissements. Globalement, il ressort une « satisfaction importante » face au climat de confiance instauré par les soignants ainsi qu’un « ressenti favorable » de l’aide et du soutien apportés par ces soignants. Les personnes interrogées ont également exprimé leur satisfaction par rapport à l'information apportée sur la maladie et les traitements proposés, tant par le médecin que lors du temps d'accompagnement soignant.

Cependant cette étude souligne aussi la mise en place incomplète et très souvent variable d’un établissement à l’autre du dispositif d’annonce. Elle démontre aussi l’importance de la parole donnée aux personnes malades pour adapter au mieux les dispositifs d'accompagnement et de prise en charge.

Si les contours du rôle de l’IDE dans ce dispositif semblent assez clairs2, les retours d’expérience3 et autres enquêtes sont très importants si l’on veut améliorer les protocoles et surtout adapter au mieux les formations des IDE.

Émilie Gillet

Pour aller plus loin :

1 : Fang F et coll.: Suicide and cardiovascular death after a cancer diagnosis. N Engl J Med 2012; 366: 1310-8

2 : Document rédigé par le Réseau Régional de Cancérologie Rhône-Alpes sur le rôle de l’IDE dans le dispositif d’annonce

: Compte-rendu de l’activité du dispositif d’annonce à l’Institut de Cancérologie de l’Ouest, par Sandré Bafourd, infirmière à l’hôpital de jour IOC Centre René Gauducheau

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

13 réponses pour “Cancer : l’annonce est un moment crucial”

  1. Didier dit :

    je suis complètement d”accord sur le fait qu’il faut une personne formé pour ce type de discutions.

  2. Christelle dit :

    C vrai qu’il faut avoir les “bonnes paroles”, de la douceur aussi et du cran pour annoncer ce genre de diagnostic..Etre capable de “cerner” la personne pour savoir comment elle peut “recevoir” ces infos et si elle en est capable… Médecins ou IDE, AS et tout et personnel hosp. devraient avoir une formation, car c’est vraiment un moment important et délicat. Mais l’accompagnement tout au long de la thérapie est aussi important que l’annonce d’une maladie, quelle qu’elle soit…Le moral est important dans une guérison, alors il faut tout mettre en oeuvre pour que la personne malade le garde pour bien se battre…

  3. coco dit :

    catherine je c est ce que tu dit car moi aussi je suis passez par la!et comme tu dit le moral joue beaucoup sur la guérisons

  4. Catherine dit :

    pour ma part : 1 ) le diagnostic de cancer a été annoncé par mon gynéco… qui m’a demandé de venir le voir dans la journée ( je me doutais bien que ce n’étais pas pr boire un café… une anapathe ayant été faite précédemment …) BIen que … aucun de ns 2 n’étions trés à notre aise (…pas facile pr celui qui annonce et celui qui “reçoit”… ) j’ai suivi ses “consignes” et j’ai fait confiance… puis intervention chirurgicale importante ( ce n’étais pas le cancer du sein , fréquent++ ) puis en 2 ) j’ai eu RV avec l’oncologue environ 1 bon mois après ( temps nécessaire après la chir. ) et nous avons abordé lesujet des ttt ( par 6 cures de chimio à commencer 2 jours après… ) 3 ) en sortant de chez l’onco… j’avais RV avec ce qu’is appellent ” l’infirmière d’annonce”… qui… reprécise les RV , prends qq infos et… demande si on a d’autres questions….. ce fut assez court… et je ne l’ai plus jamais revue pdt ma chimio …. Mais bon… tt s’est assez bien passé par la suite .. Je faisais confiance et le moral était bon… VOila…

  5. Catherine dit :

    là … je vais répondre comme puéricultrice ( mais je ne suis pas dans un sevice de soins) et comme “ancienne” malade….

  6. Nelly dit :

    pour le vivre souvent ce moment est primordial dans le circuit du patient et de sa maladie, il faut se battre pour rester humain face à ce bouleversement dans la vie d’une personne.

  7. Julien dit :

    Après 8 années en service d’onco-hémato où j’ai activement participé à la mise en place du dispositif d’annonce, je peux dire que bien que cela ait été parfois compliqué à mettre en place, ça a visiblement été d’une grande aide aux patients ainsi qu’à leur famille!

  8. Mélissa dit :

    Kate Triolé regarde l’article pr ton tfe

  9. coco dit :

    oui surtout que ya de plus en plus de cancer il fraudais que les infirmière soit plus informé sur ce sujet car c est souvent a elle que on leur donne le rôle difficile.une petit formation sur ce sujet serait un plus mes biensure il faut les moyen ha c est pas toujour facile

  10. Maliha dit :

    j ai fais mon mémoire sur ce sujet, très intéressant, le rôle de l’infirmière est de plus en plus défini dans ce domaine mais ce n’est malheureusement pas encore assez pour assurer un accompagnement adapté par manque de formation

  11. Lili dit :

    Quand je vois comment certains canceros se débinent!! suis en rééduc et c’est souvent dans mon service que l’on annonce le diagnostic! Nous ne sommes pas assez formés dans mon service de l’AS au médecin!!! l’accompagnement à ce moment là est médiocre…

  12. Pauline dit :

    ca été aussi le theme de mon tfe

  13. Julia dit :

    Le thème de mon TFE ou l on m à bien saquée …
    Mon avis ? L annonce du diagnostic est une étape plus que cruciale dont dépend le pronostic du patient …….

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
201 rq / 1,495 sec