Des médecins réclament la suppression de l’exercice privé à l’hôpital public

Deux cents praticiens hospitaliers réclament la suppression de l'exercice privé à l'hôpital public, dont ils dénoncent les "dérives", dans un manifeste publié mardi dans Libération.

Des médecins réclament la suppression de l'exercice privé à l'hôpital public"Nous, médecins des hôpitaux, déplorons les dérives de l'exercice privé à l'hôpital", disent les signataires dans ce manifeste signé notamment par le professeur Axel Kahn et la pneumologue Irène Frachon, qui a révélé l'affaire du Mediator.

Certains médecins des hôpitaux publics ont une activité privée à l'intérieur de l'hôpital public et imposent des dépassements d'honoraires, une pratique tolérée pour attirer les professionnels renommés à l'hôpital.

Selon les signataires du manifeste, "seuls un peu plus de 1.800 médecins hospitaliers sur 45.000 ont une activité privée avec dépassements d'honoraires", et "les abus voire les fraudes rapportés ne concernent qu'une petite minorité d'entre eux".

Toutefois, "ces dérives sont régulièrement dénoncées mais de fait tolérées et par la communauté médicale, incapable d'imposer le respect des règles éthiques, et par l'administration et le pouvoir politique, incapables de faire respecter la loi", écrivent-ils.

Ces médecins demandent dès lors au gouvernement "d'examiner avec les professionnels les conditions pour que soit mis fin à l'exercice privé au sein de l'hôpital public".

Cette suppression doit être accompagnée, selon eux, d'une "limitation des dépassements d'honoraires en ville", d'une "revalorisation des tarifs remboursés par la " et de la "création d'une assurance
publique de responsabilité civile professionnelle".

Les signataires souhaitent également que "diverses indemnités" soient incluses dans le calcul des retraites des médecins hospitaliers.

"En attendant la nouvelle loi, l'activité privée ne doit pas dépasser 20% de l'activité des médecins", disent-ils, proposant que "dans un souci de transparence", l'ensemble de ces honoraires soient versés à la caisse de l'hôpital, qui reversera la part due aux praticiens après avoir prélevé une redevance.

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

22 réponses pour “Des médecins réclament la suppression de l’exercice privé à l’hôpital public”

  1. Nathalie dit :

    christine tu n’as pas tout a fait tort….mais ne comparons pas ce qui n’est pas compareble….tu es donc pour une medecine a 2 vitesse??tout le monde n’a pas les moyens de payer les depassements d’honoraire…donc les bons medecins pour ceux qui ont les moyens financiers..et pour les autres……!!!!!!!des soins au rabais!!! il y a peut etre longtemps que tu n’es plus dans les services..et tu ne vois pas tout ce qui s’y passe

  2. coco dit :

    tout le monde ne vois pas les choses de la méme maniere Christine et les tarif des plombier a ceux des médecin c est pas pareil du tout c est pas a comparé le médecin tu y vas souvent alors 23eur pour une consultation faites jusqu’au bout daccord mes pour une ordonnance la c est abusé et encore je site pas tout les médecins alors si les médecin sont augmenter ba faut que le salaire monte aussi sinon un jour au l autres ce serat dur de ce soigné.

  3. Christine dit :

    12 année d’étude pour 23 euros la consultation en médecine générale et un peu plus pour les spécialistes je trouve normal qu’il puisse y avoir des dépassements d’ honoraires. N’ oublions pas que pour l urgence le service seras toujours assurer. Je vous comprend pas quand vous appeler le plombier non seulement vous l attendez mais rien quand le voyant c est déjà 50 euros sans avoir encoré rien fait!!!!! Mais la ça choc personne!!!!! Et je n’ai rien contre les plombiers.
    Profession infirmière DE libérale et ingénieur qualité……

  4. Marie Agnes dit :

    elodie tu rêves ou a tu vu que les médecins hospitaliers sont mieux payés qu’en clinique ?? c’est tout le contraire!!! d’ailleurs les libéraux devraient etre beaucoup plus encadré et nous ferions faire des economies à la sécu!! et les délais pour les examens sont exorbitants dans le public, je suis bien place pour le savoir ma fille à 17 ans a fait un avc et l’irm en public 2 mois, 3 semaines en privé, alors les 2 vitesses existent bien

  5. Elisabeth dit :

    Restons egoîste bénéficier des actes privés ds 1 lieu public avec tous les avantages que celà amène pourquoi pas ,de toute façon ne ns fermons pas les yeux il y aura tjrs ceux qui ont les ressources necessaires et qui en profitent et les autres ,la vie est ainsi faite !!!

  6. Catherine dit :

    Je suis partit du secteur hospitalier dit “public” car l’un des chirurgiens pour qui je travaillait faisait et fait toujours du secteur Privé sur des patients CMU. Ou est la déontologie médicale???

  7. Aigle dit :

    je rappelle que ces consultations et exercices privées se font dans les hôpitaux privés (fond public). Donc c tout bénef pour eux (mûrs, installations médicales, personnels, ….) aucun frais pour ces gens.,C’est tout simplement scandaleux. Mais ne rêvait pas il y avait eu une lutte contre cela en dénonçant la médecine à deux vitesses etc etc …

  8. Nadege dit :

    il serait bon aussi de revoir le salaire des médecins du l’hôpital, je pense qu’ils ne sont pas assez rémunérés pour le temps d’études!

  9. Nadege dit :

    mais si les médecines spé (ou non )ré appliquaient le bon vieux serment d’Hippocrate qu’ils signent tous, ils re-deviendraient humains et travailleraient d’abord pour sauver des vies et non pour s’en mettre plein les fouilles…

  10. Nadege dit :

    sujet difficile et je crains comme Elodie que du coup les “bons “chir, les bons médecins partent dans le privée pour se faire du pognons….

  11. Valerie dit :

    Oui Elodie, d’accord avec toi en théorie, sauf qu’en pratique certains médecins font du 100% privé dans le public, ou d’autres se font payer en privé pour de la chir et c’est l’interne qui opère…

  12. coco dit :

    de tout facon si ca continue comme cela on pourras plu ce soigné y en a que pour les riches!!!!

  13. Marjolaine dit :

    médecine à 2 vitesses !

  14. Aurélie dit :

    Le plus délirant c’est que je travail dans un hôpital privée participant au service public et que là les dépassements d’honoraires sont interdits…allez comprendre !!!

  15. Elodie dit :

    moi je ne suis pas pour car je pense que ça pousserait les “bons” à partir faire du privé en clinique et ça créerai reellement une médecine à deux vitesse, l’activité privée à l’hôpital est très encadrée par l’ARS avec une surveillance des quotas rapport à l’activité publique et des tarifs pratiqués, les revenus dégagés ainsi sont soumis à des cotisations ursaff et autres. Il ne faut pas oublier qu’à l’hôpital les médecins sont salariés et touchent des salaires qui sont importants que ceux des médecins du privé. Après il y a des dérives mais ce n’est pas en les supprimant qu’on changera les choses, les médecins demanderont des dessous de table pour opérer les patients, il faut que les instances soient plus vigilantes et que les patients dénoncent ces pratiques au conseil de l’ordre des médecins et au ministère de la santé.

  16. Julie dit :

    100% d’accord avec Hervé!!!

  17. Hervé dit :

    Et nous Ide somment bien sur payer par l argent publiques pour aider à des actes privés et cela sans prime ni augmentation !

  18. Mathieu dit :

    200 toubibs responsables, c’est tout à leur honneur!

  19. Sophie dit :

    Si les soins ne sont pas urgents le patient peut attendre d être opéré par un praticien “public ” les délais étant plus longs , par contre si c est urgent faudra passer à la caisse pour pouvoir être soigné rapidement , encore faut il avoir les moyens car certains toubibs n hésitent pas à pratiquer des dépassements très élevés !!!!!! Médecine à deux vitesses quand tu nous tiens …….

  20. Franck dit :

    ..comme tout, l’idée n’etait pas saugrenue mais les dérives ont tout gaché.!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
233 rq / 1,674 sec