Défaillances de l’offre de soins psychiatriques, selon la Cour des comptes

| | mots clefs : 24 réactions

Le plan "psychiatrie et santé mentale", lancé en 2005, n'a pas amélioré l'offre de soins psychiatriques, estime la Cour des comptes dans un rapport publié mardi, critiquant notamment le poids toujours excessif de l'hospitalisation complète.

"Les mesures du plan psychiatrie et santé mentale n'ont que partiellement et inégalement été mises en oeuvre", a souligné Didier Migaud, président de la Cour lors d'une conférence de presse.

Le rapport pointe le "poids excessif de l'hospitalisation complète", pas toujours adaptée, et "l'insuffisance" des alternatives lors de la prise en charge des patients.

"L'objectif de favoriser les prises en charge extrahospitalières et de désengorger les lits d'hospitalisation complète n'a pas été atteint, malgré quelques progrès", soulignent ses auteurs.

Favoriser les alternatives à l'hospitalisation complète

Ils suggèrent dans leurs recommandations un redéploiement des moyens de l'hospitalisation complète au profit des alternatives extrahospitalières et de la prévention.

Autre constat: le plan n'a "que modestement amélioré" la prise en charge des détenus souffrant de troubles mentaux et "peu de moyens" ont été consacrés à l'amélioration des soins.

"Le monde pénitentiaire offre comme un concentré de toutes les difficultés rencontrées en psychiatrie", selon M. Migaud. Le rapport estime que la coordination entre les services médicaux et pénitentiaires est "insuffisante".

Il critique également "la lente résorption des locaux vétustes" en prison, estimant en revanche que la construction d'unités d'hospitalisation spécialement aménagées (UHSA), bien qu'"onéreuse", s'avère "nécessaire".

La Cour dénonce par ailleurs le pilotage "insuffisant" du plan "psychiatrie et santé mentale": "la répartition, la maîtrise et le suivi des moyens nouveaux en ont été d'autant plus affectés que leur financement était inégal: important en matière de sécurité, difficilement identifiable en matière de créations d'emplois et très insuffisant en recherche".

Dans ses recommandations, elle préconise d'ailleurs un renforcement de la recherche et la création d'une mission de service public de la psychiatrie.

"Une telle mission et la contractualisation qu'elle implique avec ses principaux acteurs faciliteraient la réorganisation et la hiérarchisation de l'offre de soins", souligne le rapport.

Le plan "psychiatrie et santé mentale" avait été mis en place en 2005 par Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la Santé, à la suite de l'émotion soulevée par le double meurtre d'une infirmière et d'une aide-soignante dans un hôpital psychiatrique à Pau.

Pour aller plus loin :

L’organisation des soins psychiatriques : les effets du plan “Psychiatrie et santé mentale”2005-2010 - Rapport de la cour des Comptes

Rédaction ActuSoins, avec AFP

Réactions

24 réponses pour “Défaillances de l’offre de soins psychiatriques, selon la Cour des comptes”

  1. Marie Christine dit :

    :((

  2. Coralie dit :

    certain hôpitaux psy devrait fermer car faut voir comment les patients sont traiter comme des chiens!

    • lydie16 dit :

      Ah oui? Et bien moi j’y ai souvent vu le personnel traité comme des chiens aussi bien du coté des administrations que des patients! Un collègue a eut des cotes cassées par un toxico psychopathe, il a du lui meme prendre sa voiture après son service pour se faire examiner aux urgences du CHG. Et que dire de tous ces cas sociaux qu’on nous oblige a prendre parcequ’ils font “désordre” dans nos villes et qui nous insultent, refusent de se laver, se font amener du shit dans le service, j’en passe et des meilleures, qu’on arrete ces clichés des “pauvres malades mentaux”, les vrais malades sont sympas, corrects et on peut faire avec eux du bon travail maishélas les HP sont polués par toute une faune de toxicos ou d’alcoolos qui n’ont aucune envie de se soigner!

    • Julie dit :

      Coralie vous traitez mal vos chiens ? Parce que moi si je traite les patients comme mes chiens je peux vous assurer qu’ils ne se plaindront de rien ! Il faut arrêter de généraliser les choses et comme on vous l’a dit en parler directement avec l’administration de l’hôpital concerné….

  3. Coralie dit :

    désoler pour ceux et celles que je vais décevoir mes faut voir pour comprendre c est pas parce que le patients a des problème que on doit lui manquer de respect non désolé mes ça m écoeur ça!

  4. Aurèle dit :

    Il n y a pas qu en psychiatrie que le manque de respect existe… Et le problème premier est toujours le même, manque de personnel…

  5. Ludi dit :

    Je travaille en psy depuis bientôt 3 ans sur Lyon et comme de partout il y a des ide aigrie qui passent leur nerf sur les patients mais ce n’est pas une majorité loin de là. Les patients sont des êtres humains et nous ne les classons pas dans des cases et des numéro de chambre … L’appendice de la chambre 5 ou l’insufisant cardiaque de la 8 en psy ça n’existe pas. On prend le patient dans son intégralité, on connaît son nom sa pathologie mais également son histoire de VIE !

    • bou dit :

      On voit que tu ne connais pas trop les soins généraux : on dit pas “l’appendice de la chambre 5″ ou” l’insuffisant cardiaque de la chambre 8″, c’est des à priori dépassés de personnes qui ne travaillent pas en soins généraux; faut pas dire n’importe quoi

      • danlili dit :

        Comme la psychiatrie , desole mais il y a bien ces termes en soins generaux(je w en psychiatrie depuis 8 ans et ma femme en soins generaux depuis 11ans) je ne pense de toutes manieres forcement un manque de respect mais une maniere de ne passe trompe la qualite n’est pas sur ce qu’on dit mais au moment de le faire on dit cela parfois pour la confidentialité mais c’est hors de question cela se fasse devant des personnes mais a des moments precis mieux vaut cela qu’une erreur medicale , arretons la polemique il y a ce qu’on appelle chez nous des cows boys ou des soignantsq qui ne le sont pas finalement il y a des travers dans tous les metier et je suis aussi pour le respecty de la personne n , de la qualitez de soin sinon je ne ferais pas ce metier

  6. Sabrina dit :

    Je ne suis pas d’accord, faut pas generaliser, tous les patients hospitalisés en psychiatrie ou autres ne sont pas “traiter comme des chiens”(d’ailleurs je reprend vos termes, je desteste cette expression). et le manque de respect n’a rien a voir avec le manque de personnel, bien au contraire il en va a chacun de respecter l’autre (le patient, son equipe), meme en penurie de personnel, pour ma part je garde en tete que des patients restent avant tout des patients et qu’en aucun cas ils ont a patir du manque de personnel…..chacun est soignant et chacun a sa conscience professionnelle….ou non!

  7. Danny dit :

    Bien réumé Sabrina…

  8. Mounia dit :

    je travaille en psy depuis 15 ans suis D E depuis 1996 et j’ai vu la différence entre DP qui n’existe plus depuis 92 et DE la complémentarité est importante et bientot il n’y aura plus de DP …. il devrait y avoir une spécialité ou option lors des études car les cours et les stages en psy st insuffisants pour ceux et celles qui veulent y travailler … bien entendu je rejoins Sabrina qui résume bien la situation; la psy est un choix et notre position est avant tout de rester neutre et considérer tous les patients quelle que soit la patho.

  9. Coralie dit :

    je parler de certain hôpitaux et quand je parle de manque de respect il sont traiter comme des chiens et ça c est lion d être normal comme certain dite pour travailler en psy c est un choix ba ce choix faut l assumer jusques au bout!après ya des hôpitaux très bien ou il sont bien suivie et c est comme une famille!mes bon ça fait mal devoir un proches ce faire mal traiter et ça pour le comprendre faut le vivre réellement!

  10. Ludi dit :

    Coralie qu’appel tu “maltraiter” les patients, les “traiter comme des chiens”?

  11. Annaig dit :

    Tant que l’opinion publique aura peur de la santé mentale , on pourra pas mettre les patients dehors alors qu’il n’y a que 3%d’entre eux qui sont dangereux. Et d’un autre coté c’est vrai que la psy a toujours été le parent pauvre de la médecine.Qd on dépense 6000€ pour un lit de cardio/jour, on en dépense que 1000€ pour 24h en psy.Cherchez l’erreur!!!!!!!

  12. Annaig dit :

    Et apres on ose dire que l’hospitalisation complete d’un patient en Psy coute trop cher! mais l’opinion publique ne les supportent pas dehors , alors on fait quoi????

    • danlili dit :

      entierement d accord ler pb c’est qu une partie des patients sont comme dans hopitaux generaux en recherche de palcement exterieur on n’en veut pas ou on a pas des structures moins chere car trop onereux pour l’etat apparemment: je pense laissons les hopitaux psy comme ca sans alternative car ce serait rajouter du cout je pense.

  13. Ludi dit :

    Pour ce qui est des traitements ils sont indiscociable de la prise en charge et souvent les consignes médicales sont assez fermées à l’arrivée : pyjama, pas le droit aux sorties, pas de contact avec l’entourage. Par contre pour le reste je suis entièrement d’accord avec toi c’est inadmissible !!

    • danlili dit :

      on voit le manque d info par rapport a la psy le pyja ma n ‘est pas generalise mais pour les UMD et reflechissez par rapport a l’intéret des autres “interdictions ” qui ont leur utilité et cela se faait avec l’accord du patient sinon il peut partir (si il est en HL) car le soin pour etre court est onereux et on fait en sorte parfois pour que le patient se mette en condition a resoudre l’origine de son hospitalisation, si il est d’entree autorise a sortir et avoir des contacts avec les perso,nnes qui pouurrait etre a l origine de leur maux ou qui pourrait soit les devier de l ameliration de son pb enfin c’est compliquer, si c’est un cas dans votre famille il faut poser les questions aux soignants et non se faire sa propre opinion qui peut etre fausse en sacahnt qu’il y a des histoires que je pense etre inacceptable mais faut pas generaliser!!!!!

  14. Julie dit :

    drole de vision de la psychiatrie Coralie…
    malheureusement,dans certaines prises en charge,il est evident que de faire sortir le patient n est pas souhaitable tant pr lui que pr sa famille…ou autrui!ce n est pas de la maltraitance juste que dans le soin,il faut evaluer chaque chose en son temps!qd aux medicaments qui les detruisent comme vous le dites si bien,pr travailler en psychiatrie sous contraintes..heureusement que certaines molécules aident a calmer le patient completement dissocié…
    Enfin,chacun sa specialité.. il ne faut juste pas croire certaines choses par méconnaissance….

  15. Julie dit :

    moi j y travaille..donc je pense etre au clair avec les pratiques et dans le vif du sujet…

  16. Ludi dit :

    Le point de vue des soignants est diamétralement opposé à celui des familles. Ce qui pour les uns fait partie du soin pour d’autre s’apparente à de la maltraitance mais aussi sûrement que l’on donne des antalgique à un patient qui souffre nous nous donnons des antipsychotique des somnifere et autre afin d’apaiser le patient et de minimiser ses délires. Certains parle de camisole chimique, d’autre dise que cela détruit le patient … Pour moi c’est bénéfique et nécessaire pour qu’ils aillent mieux !!

  17. cedr1c dit :

    Coralie, internet n’est peut être pas le lieu approprié pour étaler vos histoires personnelles. et cela ne résoud rien. Vous pouvez contacter dès à présent l’administration de l’hôpital que vous jugez maltraitant, ou des associations d’usagers, voire même la justice. Ici, vous risquez juste de déraper et de diffamer.

    Pour le sujet, totalement d’accord avec la cour des comptes, la psychiatrie, malades comme soignants souffrent du manque de moyen mis à disposition. Mais que faire? ce rapport va t il obliger les ARs à lâcher un peu plus de sous? Pas sûr du tout.
    a la place de ça, on voit juste que les soignants se sont adpatés comme ils ont pu à un changement de loi paru en plein été, qu’il faut désormais se battre contre les audiences publiques au tribunal qui sont un vrai frein au secret médical, etc.
    Bien sûr, cette nouvelle loi demande des moyens en personnel et en matériel, sans qu’aucun budget ne soit remis. Au total, les unités se vident encore.
    La question n’est pas de constater comme le fait gentillement la cour des comptes, mais d’élaborer des solutions pour tous.

  18. Pseudo dit :

    J’entends tout et n’importe quoi, pensez vous qu’il est facile de concilier violence et bon sens… c’est tellement facile de critiquer de fustiger. A tous ceux qui ont la critique facile, venez vous immerger en psychiatrie ou tout repose sur une politique médicale inadaptée, les conflits d’intérêts, en passant par la non reconnaissance du travail fait par les soignants et vous comprendrez qu’en psychiatrie il est tellement facile de faire des amalgames qui pour finir ne profitent ni aux soignants encore moins aux patients . Seul constat; la psy régresse car des têtes pensantes ont imaginé qu’ils pouvaient faire de la psy un business??? A nous soignants de contre attaquer ce système féodal et de mettre en place une véritable prise en charge à dimension humaine tout simplement….

Les commentaires sont fermés

retour haut de page
126 rq / 0,745 sec