Le monde infirmier en 2030

| 3 412 vues | | mots clefs : , , 1 réaction

Effectifs, répartition régionale, âge moyen... une étude publique présente les évolutions démographiques du monde infirmier à l'horizon 2030.

Le monde infirmier en 2030

En 2030, La France comptera plus de 650 000 infirmiers selon la DREES

Avec une croissance annuelle de 2,8% depuis vingt ans, la population infirmière a atteint un sommet historique en 2010 avec 520 000 professionnels.

Et selon la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), qui publie ce mois-ci «La Démographie des infirmiers à l'horizon 2030», ce record sera dépassé chaque année.

En suivant leur scénario tendanciel, basé sur le principe que les comportements des soignants et les décisions des pouvoirs publics de demain seront semblables à ceux d'aujourd'hui, le nombre d'infirmiers augmentera de 1,3% par an les dix-neuf prochaines années.

Plus de 650 000 infirmiers en France

Même si l'évolution sera plus lente, la France comptera 657 800 infirmiers en 2030. En comparaison avec l'augmentation de la population, la densité de soignants sera en nette progression. De 760 infirmiers pour 100 000 habitants en 2006, on passera à 929 en 2030.

Cependant, la Dress précise que cette projection ne vaut que si le quota national à l'entrée en Ifsi se maintient à son niveau actuel (environ 30 000 places par an). Avec une hausse de 5% de ce quota, l'effectif de 2030 sera supérieur de 2,8%. Et inversement pour une baisse.

La réforme statutaire actuelle, qui ouvre la porte de la catégorie A aux agents de la fonction publique, aura également un impact. Selon les hypothèses de la Dresss, qui corrèle le choix d'une catégorie en fonction de l'âge, cette réforme portera le nombre d'infirmiers à 684 100. Un résultat assez proche de celui obtenu si l'on prend en compte la réforme des retraites. En décalant progressivement la fin d'activité, on arrive à 681 000 infirmiers de moins de 67 ans en 2030.

L'âge moyen devrait, lui, peu évoluer. Il passera de 40,2 ans en 2006 à 40,9 ans en 2030. Les moins de trente ans seront cependant un peu moins nombreux : 20% en 2009 et 17% en 2030. En prenant en compte la réforme statutaire ou celle des retraites, l'âge moyen atteindra alors 41,6 ans.

Beaucoup plus d'infirmiers libéraux

Ce recul du nombre de , entraînera, selon la Dress, une croissance des infirmiers libéraux. De 57 800 en 2006, ils seront 116 100 en 2030, soit 2,9% de plus par an, et des effectifs doublés en 25 ans ! Côté public et privé, l'augmentation sera chaque année de 1,5% et de 2%. La hausse des salariés travaillant en structure pour personnes âgées s'établira à 1,4% par an.

En revanche, dans les autres structures (scolaires, centres de santé, établissements pour handicapés...), le nombre de professionnels diminuera de 1,4% par an. Sur l'ensemble des infirmiers en activité à l'horizon 2030, 18% exerceront en libéral, contre 12% en 2006. Mais au final, l'hôpital public restera le principal employeur, attirant environ 50% des effectifs.

Une répartition territoriale toujours inégale

Toutes les régions françaises devraient connaître une augmentation de leur population infirmière. Celle-ci sera davantage marquée à la Réunion, dans les Antilles-Guyane, en Lorraine, en Franche-Comté, dans les Pays-de-la-Loire et en Languedoc-Roussillon.

A l'autre bout, c'est en l'Ile-de-France et en Auvergne que la hausse sera la plus faible. Mais si l'on compare ces augmentations avec l'évolution de la population, les régions les moins denses en termes d'infirmiers resteront les même qu'en 2006 : le Centre, la Haute-Normandie, l'Ile-de-France, les Antilles-Guyane et la Réunion.

Pour aller plus loin :

Rapport de la Drees : La démographie des infirmiers à l’horizon 2030 (.pdf)

Judith Korber

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Le monde infirmier en 2030”

  1. Mandragore dit :

    Ces prédictions me semblent complètement farfelues, surtout à l’heure de l’echec du droit d’option. Ca a un côté madame soleil.

Réagir à cet article

retour haut de page
678 rq / 3,718 sec