Modification réglementaire du statut d’aide-soignant : le Sniil s’insurge

Le Sniil (Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux) s'oppose à la modification réglementaire du référentiel de compétences des aides-soignants "décidée" par le gouvernement et en appelle à l'Ordre national des infirmiers, a fait savoir le syndicat dans deux communiqués distincts. 

Modification réglementaire du statut d'aide-soignant : le Sniil s'insurge

Pour le Sniil, la réingénierie de la profession d'aide-soignante pourrait "prendre un nouveau tournant...au détriment des infirmières et de la sécurité des patients". Cause de la grogne  : une modification réglementaire qui viserait à étendre le champ d'intervention des aides-soignants en milieu ambulatoire.

Serait également envisagée la possibilité de déléguer aux aides-soignants, "des missions directement par les médecins", alors qu'actuellement "les aides-soignantes agissent sous seule délégation d'actes d'une infirmière dans le cadre de son rôle propre", précise le Sniil. 

"Associés dès 2015 aux travaux de réingénierie de la profession aide-soignante, les syndicats infirmiers libéraux n'ont jamais été consultés sur la modification réglementaire en question. Ils n'en n'ont, même, jamais été informés. Tout juste avaient-ils appris, comme tout le monde, lors de l'annonce du Plan Ma Santé 2022, qu'une actualisation des référentiels d'activités/compétences et de formation des aides-soignants était prévue", regrette le syndicat, qui en appelle aujourd'hui à l'Ordre National des infirmiers. 

Dans un courrier adressé le 4 février, le syndicat demande à l'instance ordinale infirmière de "se saisir de cette question et d'agir en conséquence". 


Pour rappel, cela fait plusieurs années que les pouvoirs publics envisagent la redéfinition du référentiel de compétences et de formation des aides-soignants, afin que répondre au mieux aux réalités d'exercice et aux besoins. En septembre dernier, à l'occasion de l'annonce du plan "Ma Santé 2022" le gouvernement annonçait ainsi deux mesures phares pour ces professionnels de santé : la redéfinition du référentiel de formation et l'amélioration  des conditions de reclassement. Cette dernière mesure a été confirmée notamment par la mise en place d'un quota minimum d'étudiants en soins infirmiers issus de promotions professionnelles dans les IFSI. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Sujet à suivre sur ActuSoins.com, avec les autres points de vue.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
296 rq / 2,624 sec