Infirmiers libéraux : se former pour accueillir des étudiants en stage

Alors que le projet de loi de modernisation de notre système de santé prévoit d’étendre aux cabinets libéraux les lieux de stage des étudiants en soins infirmiers, l’URPS Infirmiers d’Ile-de-France n’a pas attendu ce texte pour mettre en place une expérimentation. Une cinquantaine d’infirmières libérales peuvent bénéficier d’une formation au tutorat afin de « mieux » accueillir en stage des étudiants.

Infirmiers libéraux : se former pour accueillir des étudiants en stage

Sylvie Barros, infi rmière libérale à Maisse, avec sa stagiaire, Janice Ngoupayou, remplissant le portfolio. ©DR

Actuellement, l’infirmière libérale ne peut signer la feuille de soins d’un patient uniquement pour les actes qu’elle a accomplis elle-même. De fait, si elle encadre un stagiaire, ce dernier n’est pas censé effectuer le moindre acte, sinon, l’infirmière n’est pas supposée le coter. « Si nous ne nous faisons pas payer les actes effectués par les étudiants, nous mettons la clef sous la porte », alerte Sylvie Barros, infirmière libérale à Maisse (Essonne) et trésorière de l’Union régionale des professionnels de Santé (URPS).

La réalité est généralement différente en raison d’une tolérance des caisses. Cependant les infirmières libérales courent toujours le risque de devoir rembourser ces actes. « Il n’y a jamais eu de condamnation à ce sujet, mais certaines infirmières libérales ont des craintes, ce qui impacte l’offre de stage en libéral », ajoute l’infirmière.

Accord avec l’ARS

Pour pallier ce problème, un Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) a été conclu entre l’Agence régionale de santé (ARS) et l’URPS Infirmiers d’Ile-de-France, afin de permettre aux infirmières libérales de bénéficier d’une formation et d’une reconnaissance de leur statut de tuteurs de stage dans le cadre d’une expérimentation. « Nous souhaitons obtenir cette reconnaissance de notre rôle de tuteur afin que les actes réalisés avec les étudiants soient officiels », poursuit Sylvie Barros.


Pour que l’expérimentation puisse avoir lieu, cinquante infirmières volontaires ont suivi une formation de quatre jours sur le tutorat. Deux journées sont indemnisées dans le cadre du Développement professionnel continue (DPC), et les deux autres le sont par l’URPS.

Si l’infirmière décide de suivre la formation, elle s’engage à recevoir, en un an, deux étudiants en stage de cinq semaines. Elle perçoit alors une indemnisation de 500 euros par élève. Une enveloppe a été donnée par l’ARS à l’URPS pour couvrir une partie des frais liés à cette expérimentation - indemnisations, secrétaire à mi-temps -, le reste étant financé par l’URPS.

Formation complète

La formation permet aux infirmières libérales de découvrir les outils dont se servent les étudiants pendant leurs études. Ces outils, comme le portfolio qui constitue le problème majeur, sont « décortiqués » et les professionnelles apprennent à les utiliser. « Je n’ai jamais refusé de prendre des élèves en stage car j’estime que l’échange de pratique entre l’élève et le professionnel est très intéressant, témoigne Sylvie Barros. Mais cette formation me permet de mieux comprendre tout ce qui tourne autour des étudiants, surtout pour moi qui ai mon DE depuis 35 ans ! ».

« Cette formation nous permet de mieux comprendre celle des étudiants de grades licence, le nouveau vocabulaire, les compétences, les acquis, et le portfolio, un support lourd pour nous jusqu’à présent », reconnaît Christine Kosacz, infirmière libérale à Montlignon (Val d’Oise).

Sylvie Arnoult, également infirmière libérale à Maisse, a souhaité suivre la formation afin d’appréhender l’apprentissage reçu par les étudiants pendant leurs études. « Auparavant, j’avais tendance à comparer leur formation avec celle que j’ai reçue, et j’étais perdue ». Et de poursuivre : « Lorsque je prenais des étudiants en stage, j’essayais de faire ce que je pouvais avec leurs outils, et je remplissais le bilan de stage sans vraiment rien justifier. »

Changer sa relation avec l’étudiant

Les étudiants se rendent compte des changements apportés par la formation. « J’ai pu constater que ma tutrice a bénéficié d’une formation, raconte Janice Ngoupayou, étudiante en 3e année à l’Ifsi de Fontainebleau et en stage en libéral à Maisse. Lors de ma pré-visite au cabinet, elle m’a demandé mon portfolio et s’est directement rendue vers les pages sur lesquelles mon parcours est retracé. Elle a donc pu mieux cibler mes attentes, ce qui est primordial pour avancer. Lors de mes autres stages, j’étais la seule actrice, les professionnels ne m’encadraient pas. Désormais, il y a une collaboration. »

Nous souhaitons obtenir cette reconnaissance de notre rôle de tuteur afin que les actes réalisés avec les étudiants soient officiels.

« Mon stagiaire a bien vu que depuis la formation, nous nous sommes davantage impliquées, admet Sylvie Arnoult. Nous regardons le portfolio dès le début du stage, nous détaillons les compétences. Cela nous oblige à nous remettre en question et à nous mettre à niveau avec leur nouveau cursus. »

Cette formation a aussi pour avantage de permettre aux professionnelles de santé de se rencontrer. Elles peuvent ainsi échanger sur leur pratique et éventuellement la modifier. « Désormais je prépare un livret d’accueil pour l’élève, souligne Sylvie Arnoult. Cela permet à l’étudiant d’arriver en terrain connu. » Idem pour Christine Kosacz qui a changé sa façon de recevoir les étudiants. « Nous accueillons l’étudiant de façon préliminaire avant le début de son stage et nous l’encadrons de façon plus personnelle », explique t-elle.

Les entretiens de pré-stage et de mi-stage sont intéressants pour créer un contact et mieux connaître les attentes de l’étudiant car certains n’ont pas eu d’autres choix que de faire un stage en libéral et ne sont pas toujours investis. « Nous avons également plus d’attentes vis-à-vis d’eux, indique Christine Kosacz. Nous sommes plus exigeantes et désormais nous comptabilisons les heures de stage alors qu’avant nous faisions confiance à l’étudiant. »

Depuis la mise en place de l’expérimentation, les lieux de stage sont également mieux identifiés pour les étudiants, l’URPS ayant contacté tous les Ifsi d’Ile-de-France pour les en informer. Reste à attendre l’adoption du projet de loi pour savoir si ces lieux de stages seront désormais reconnus comme tels.

Laure Martin
Article paru dans le n°17 d'ActuSoins. Pour s'abonner au magazine ActuSoins (trimestriel), c'est ICI

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

37 réponses pour “Infirmiers libéraux : se former pour accueillir des étudiants en stage”

  1. Anne Michèle dit :

    Entre parenthèse, les infirmières hospitalières lorsqu elles encadrent les étudiants infirmiers,touchent leur salaire sans aucune perte à la fin du mois! Donc l infirmière libérale doit se faire payer ses actes dans la mesure où la clientèle lui appartient. Je pense qu il faut arrêter la psychose.

  2. De toute façon pas de questions à se poser les cpam refusent de payer les actes effectués par les EIDE. ..

  3. Latifa Driou dit :

    @ToMa Coycault : j’ai découvert cela également et d’ailleurs incompréhensible puisque l’hôpital facture bien les soins faits par les élèves en milieu hospitalier !!!!!

  4. N importe quoi…il faudrait arrêter de se gonfler le melon….vous connaissez les besoins fondamentaux de Virginia Anderson. ..ben c’est suffisant (respire boire manger être propre….) LA BASE, celle que l on oublie quand on se prend pour un professeur en médecine !!!! Regardez un peu plus le patient…il vous en apprendra des choses !!!! Personnellement, hé reçois des étudiants avec plaisir mais je comprends aussi ceux qui ne souhaitent pas….ensuite n oublions pas que nous soignons des êtres humains que nous recouvrons jours après jours de paperasse….jusqu’à ne plus le voir !!!!

  5. Je suis étudiante IDE et je trouve que pour tous les secteurs qui acceptent des stagiaires, il devrait y avoir une formation. Il faut bien comprendre que le rapport du porte folio nous apporte la validation de compétences pour pouvoir obtenir le diplôme ! Et je trouve qu’il est souvent pris à la légère. J’ai souvent l’impression d’être une aide pour une charge de travail bien trop grande, alors que l’on ne prend pas en compte mes objectifs, les interactifs de dossiers, de projets de soins qu’on doit effectuer en stage, et qui me met dans une position difficile. De plus, je voulais aussi témoigner du fait qu’à mon stage en libérale, on a pas hésité à me laisser me rendre seule chez certain patient en
    Me laissant pour certain les clés de leur domicile, de leur faire leur
    Soin d’hygiène, traitements, pansement simple et qu’au final, à 20h 30 en fin de tournée le dernier
    Jour de stage, on me rend un rapport avec aucune compétence de validée ! Et qu’en cours de stage on ne m’a jamais dit que ça n’allait pas… Je peux Vous dire qu’on se remet en question et on remet en question la qualité de cette formation !!!! Alors s’il vous plaît, ne prenez pas à la légère nos rapports du porte folio, et je sais que dans la vie,il est toujours
    Utile de se former et de s’informer pour évoluer ! MERCI

    • Pourquoi avoir accepté d aller seule chez des patients ? Aucune idel ne vous a proposé un bilan régulièrement ? De plus vous n avez pas rempli le port folio avec elles ? Pratiques pas très professionnelles

    • non effectivement, j’ai demandé à faire un bilan de mi stage et elles ont gardé ma feuille où j’avais précisé mes attentes… Je leur en ai parlé souvent mais, elles m’ont juste dit à l’oral qu’il fallait juste que je m’implique plus, ce que j’ai fait et c’était pas facile car elles avaient du mal à me laisser faire certain actes infirmiers. J’en étais arrivé à penser qu’elles avaient peur que leurs patients choisissent un autre cabinet car ils ne voulaient pas de stagiaires, mais apparemment ce n’était pas ça. Elles étaient 2 IDE et une seule a rempli le prote folio, l’autre n’avait même pas lu ce que l’autre avait
      Mis. Quand j’en ai parlé à ma formatrice, elle l’a appelé et a demandé des explications et ne sachant pas trop quoi répondre, elle a revu le rapport et m’a au moins validé les compétences 3 et 6, je trouve normal étant aide soignante à la base. J’ai vraiment mal vécu cela car pour moi ce stage s’était bien passé vu que je n’avais eu aucun retour négatif de leur part. Donc voilà pourquoi mon coup de gueule. Je trouve souvent qu’on nous prend pour combler un manque sur une surcharge de travail. Mais bon je ne suis que stagiaire et je fais ce que je peux pour ne pas être pénaliser au final. La
      Position de stagiaire est très difficile.

    • Mam's Mary dit :

      T’es tombé sur une connasse c’est tout.

    • Gruff Waro dit :

      Dc en gros t’as pas utilisé ce que tu pouvais utiliser… ”bilan intermédiaire ” ”petit mot glissé à ton référent peda ou référent de stage” ” demande de réunion avec ide, cadre, référent de stage ou peda” etc etc etc…
      La position de stagiaire n’est difficile que si tu acceptes qu’elle le soit… si tu bosses que t’en prends plein les dents, t’as les moyens de te défendre…. et si c’est pas le cas… c’est que t’es pas au point et qu’il y a sûrement d’autres raisons….

    • Gruff Waro c’est moyen quand même comme réponse. Le stagiaire est TOUJOURS dans une position de stagiaire et parfois s’il veut terminer son stage il n’a qu’une chose à faire c’est attendre sagement la fin de ce stage justement. Si vous n’avez pas eu de mauvaise expérience tant mieux pour vous mais on doit faire en sorte en tant qu’ idel de faire faire les soins au stagiaire en l’encadrant et pas autrement.
      Je comprend la frustration de Murielle

    • J’ai surtout témoigné de ma difficulté pour argumenter le fait qu’une formation pour remplir le porte folio est une très bonne idée. Ce qui est écrit déçu nous suit toute notre formation et un seul stage peut vraiment nous pénaliser ! Surtout qu’à la fois des 3 ans toutes les compétences doivent être validées sur plusieurs stages. Et entendre dire, tu es en première année, je ne peux pas te valider cette compétence donc je te met à améliorer ! En sachant que toute sa vie professionnelle on doit s’améliorer, se remettre en question, évoluer avec les nouvelles méthodes …. Donc si vous pensez que l’étudiante réalisé bien une compétence sur votre stage, validez ! Même si au prochain il ne le sera pas pour un autre secteur… Des petits trucs comme ça ! Voilà en tout cas merci pour vos soutiens car j’ai eu de grosse remise en question durant ma 2 eme année de formation qui est en train de s’achever, mais je m’accroche malgré des contraintes familiales qui s’ajoutent à tout ça ! Et c’est vrai que je suis quelqu’un de réservée et très patiente à mon grand regret, j’aurais préféré être quelqu’un avec une facilité de la répartie et savoir faire du rentre dedans. Mais bon, on ne change pas de personnalité comme ça !

    • D accord avec Mam’s Mary nous avons toujours eu d excellents élèves avec des échanges professionnels avec resto et cadeau en fin de stage, déçue pour toi ?

  6. On nous prend vraiment pour des “demeurées” !!

  7. Personnellement je ne prends pas d’élèves infirmiers car ma tournée est trop lourde et je n’aurai pas le temps de les encadrer correctement. De mon temps le stage en liberal n’existait pas

  8. Lili Bottasso dit :

    Les Ide de l’hôpital sont elles moins payer quand elles forment des étudiants et qu’elles leurs font faire tous leur boulot ? Ide Liberal je ne laisse pas mes stagiaires seules effectués un acte

  9. se former pour comprendre le language et les codes enseignés par des bureaucrates…elle est bien bonne !!
    je propose que ces bureaucrates viennent se former sur le terrain auprès des libéraux on gagnera du temps…

  10. ToMa Coycault dit :

    Pour prendre des esi, faudrait déjà pouvoir facturer les soins faits par celui-ci…

    Jusqu’à présent, les Idel ne peuvent normalement pas facturer des soins non effectués par eux-mêmes…

    Chose confirmé par ma correspondante CPAM malgré mes arguments qui me semblaient bien fondés…

    • Non, quand tu as l’autorisation d’accueillir des esi donnée par l’ars il y a une dérogation

    • ToMa Coycault dit :

      Tiens, je ne connais pas cette notion …

      Ni l’ifsi qui m’a contacté, ni ma Cpam…

      Tu connais la procédure ?

    • Kam Ionnette dit :

      Houlala ? je vais vite me renseigner … J’en ai accepté 3 pour 2016-2017

    • Raison pour laquelle je ne prend plus d’élève

    • ToMa Coycault c’est l’ifsi qui fait les démarches auprès de l’ars, du coup comme tu encadres le soin tu le factures… C’est une dérogation qui existe depuis le nouveau référentiel . Je ne peux pas te donner les textes puisque l’ifsi s’occupe de toute la partie administrative et que je ne reçois que mon agrément comme lieu de stage provenant de l’ars…

    • Nous avons eu la visite d’une DAM et lui avons posé la question. Elle a trouvé aberrant que l’on entende ce genre de réponse. Notre décret de compétences indique que l’on doit transmettre et former les étudiants. Qui de la CPAM peut dire qui a fait les soins? L’idel ou l’étudiant? Personne hormis le patient et les concernés. Est-ce qu’un patient appellerait sa CPAM pour dénoncer qu’un étudiant lui fait ses soins? Très peu probable… Nous continuons à recevoir des étudiants et à faire des évaluations à notre cabinet. Nous facturons nos soins entièrement et ne laissons jamais un étudiant seul au domicile d’un patient. Former prend du temps, beaucoup de temps, mais ce sont ces futurs étudiants qui nous soigneront

    • ToMa Coycault dit :

      Pas besoin que le patient appelle pour “dénoncer”

      Suffit d’une enquête de la CPAM aux domicile des patients et de manière naturelle sans penser à mal, les patients diront que nous avons des étudiants…

      Que ça fasse partie de notre rôle et tout et tout, pas de soucis…. ce n’est pas à nous qui faut le dire mais aux législateurs qui ont mis que nous ne pouvions facturer que ce que nous faisions nous même et les caisses qui ne comprennent pas que ce que l’étudiant fait, nous le faisons….

      Bref, lorsque les décrets d’application de la loi Touraine seront sorti, ça devrait regler le problème….

  11. Gruff Waro dit :

    Si déjà la majorité des formateurs et des ESI étaient correctement formés avant d’aller sur les terrains de stage, n’importe quel(le) IDE pourrait être ”eclairé(e)s” en cas de difficulté à comprendre ce fichu portfolio… et quand on a envie d’encadrer, on arrive à comprendre…
    Et je parle en tant qu’AS, mais aussi en tant qu’ESI.

    • Morgan Casta dit :

      Arrêtez de toujours critiquer les nouvelles formations. C’est comme ça et puis c’est tout. Elle a ses avantages et ses inconvénients. Quelqu’un qui aura eu une autre formation antérieure à la vôtre va vous dire la même chose. Je vous rappel que 50% des savoirs et savoirs faire sont appris et acquis en stage… De plus on ne sait pas tout faire au bout de 3 ans, c’est un apprentissage et une réactualisation des connaissances/savoirs faire tout au long de sa carrière. Il faut aussi vous posez des questions sur votre capacité à transmettre vos connaissances et pratiques avec votre propre formation. Au lieu de critiquer, faite en sorte de soutenir, aider vos futurs collègues.

    • Gruff Waro dit :

      Avant ”d’attaquer tout bout d’champs…” essayez au moins de comprendre ce que je dis…
      Quelle phrase vous dit que je critique l’ancienne ou la nouvelle réforme?
      Je constate tout simplement, et je le vois depuis deux ans, que peu importe l’école, bcp trop d’ESI ne connaissent ni ne comprennent le portfolio, les textes de lois, etc. Et encore pas mal de formateurs sont encore largués…
      En quoi j’ai critiqué une réforme ou une autre?

    • Gruff Waro dit :

      Et je parlais essentiellement du portfolio qd je disais n’être formés ” je ne parlais pas du reste…
      En gros, si les formateurs des Ifsi étaient tous au clair sur ce point, les ESi le serait aussi, et on aurait quasi pas besoin de ”former” les IDE en exercice sur ce point… tout est écrit, soit dans les textes de lois soit dans le portfolio… suffit de se plonger dedans de temps en temps… tt simplement

Réagir à cet article

retour haut de page
679 rq / 1,684 sec