Un médicament sur quatre prescrit n’est jamais consommé

Un médicament prescrit sur quatre ne serait jamais consommé, selon un rapport rendu par l'observatoire Jalma  le 11 février. Cette non-observance serait responsable de 12.000 décès par an, soit 4% des décès totaux. 

Un médicament sur quatre prescrit n'est jamais consomméCe rapport pointe du doigt le manque d'observance des Français dans leur traitement, un phénomène qui prend "une ampleur considérable" selon l'étude.

Ainsi 1 médicament prescrit sur 7 n'est même jamais acheté. Cette mauvaise observance concernerait particulièrement les personnes atteintes de maladies graves.

Seulement 64% des personnes traitées pour le Sida suivraient correctement leur trithérapie. 34% des personnes ayant subi une transplantation rénale ne prendraient pas assidûment leur traitement, pourtant vital après la greffe. Le taux monte à 45 % pour les Français atteints d'ostéoporose et à 70% pour ceux touchés par la goutte.

"Chaque année, 100.000 hospitalisations pourraient être évitées grâce à une meilleure observance des médicaments" précise l'étude.

Les personnes âgées en première ligne

Les personnes âgées sont les plus concernées par ce manque de rigueur. Et d'autant plus quand leurs traitements sont lourds, imposant la prise de plusieurs médicaments par jour. Les effets secondaires de certains médicaments sont également mis en cause, tout comme le manque de conviction des patients sur l'efficacité du traitement qui leur est prescrit. Une mauvaise relation entre un patient et son médecin peut aussi déboucher sur un certain laxisme.

D'autre part, le manque de moyens financiers et une couverture sociale insuffisante peuvent pousser les patients à renoncer à l'achat de leur traitement. Plusieurs pistes sont proposées par Jalma pour améliorer le respect des ordonnances. En plus d'une campagne nationale d'information, le cabinet suggère d'élaborer des médicaments qui associent plusieurs molécules actives, pour simplifier la prise

Rédaction ActuSoins, avec Allodocteurs.fr

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
219 rq / 2,043 sec