Les 12 h pour les infirmières de Tenon : c’est bientôt fini

| 12 019 vues | | mots clefs : , 36 réactions

Le débat sur la journée de douze heures est relancé après une condamnation de l'AP-HP qui a imposé ce rythme aux soignants du service de réanimation polyvalente de Tenon, depuis deux ans. Une rencontre entre les syndicats et les ressources humaines est prévue pour le 7 février.

Les 12 h pour les infirmières de Tenon : c'est bientôt finiAu menu de ce rendez-vous : l’abandon du rythme de 12 heures dans le service de réanimation polyvalente, seul service à fonctionner ainsi à part la sécurité incendie et l’unité de soins continus  en néphrologie..

Une obligation depuis que le tribunal administratif de Paris a donné raison, le 9 décembre dernier,à la CGT à la requête déposée le 22 août 2012 par le syndicat CGT contre les horaires de travail mis en œuvre depuis le 2 janvier 2012 au sein de ce service.

Un procès qui pourrait faire bouger les lignes

Faisant écho à l'article 7 du décret n°2002-9 du 4 janvier 2002 relatif au temps de travail et à son organisation dans la fonction publique hospitalière, le juge constate que pour justifier cette bascule aux 12 heures, le directeur général de l'AP-HP "se borne à soutenir que l'ensemble des personnels concernés ont souhaité vivement ce passage". Et ce, "à l'exclusion d'une quelconque référence à des contraintes de continuité de service public".

Par conséquent, ce nouveau règlement méconnaît les disposition du décret et s'avère de facto illégal, juge le tribunal administratif.  Le tribunal condamne au passage l'AP-HP à verser 1 000 euros au syndicat au titre des frais de justice engagés.


La CGT avait au préalable adressé un recours gracieux le 26 avril 2012 par la CGT demandant le "retrait de la nouvelle organisation du temps de travail en 12 heures et par cycles alternatifs de 60 heures et 24 heures dans les services de réanimation chirurgicale".  Un recours resté sans réponse.

« Nous espérons que cette décision entraînera un abandon de ce rythme de travail sur l’ensemble de l’AP-HP », indique André Guisti, délégué au CHSCT central de l’AP-HP et au Comité technique d’établissement du GH de l'est parisien (dont fait partie l'hôpital Tenon).

« De fait le personnel fait plutôt 13 à 13 h 30 d'affilée en raison des obligations de transmissions. Certains dépassent ainsi largement les 48 de travail hebdomadaire autorisé, heures supplémentaires comprises », explique-t-il. La CGT signale ainsi que le planning impose des semaines de 60 h par roulement, avec même pour certains agents une durée hebdomadaire de 72 h pour combler les manques en personnel.

Par ailleurs, souligne André Guisti, tous les agents souhaitant des horaires différents aux 12 heures " ont été évincés et placés dans d’autres services ». De ce fait, cette bataille ne fait pas partie des plus appréciées par les soignants du service, "volontaires" et attirés par une semaine de repos compensateur toutes les trois semaines.

La fatigue s'accumule

Mais le constat est là : « il y a régulièrement des dérives et surtout une fatigue des soignants aggravée par l ‘alternance nuit/jour. En outre le roulement de deux équipes sur douze heures induit une opposition. C’est une sorte de conflit et cela a notamment éclaté l’été dernier », poursuit ce syndicaliste qui souligne le turn-over au sein des équipes : « plus de quarante personnes sont parties en seize mois ».

La CFDT avait déjà dénoncé les dangers du travail en douze heures« la fatigue s’accumule, d’autant qu’il faut ajouter les temps de transport. Les amplitudes dépassent alors largement treize heures. Le stress s’accumule aussi. Ces horaires posent aussi des problèmes au niveau de la vigilance, surtout la nuit », expliquait dans nos colonnes Clotilde Cornière, secrétaire nationale de la CFDT Santé sociaux en charge du développement de l’organisation et du renouvellement générationnel.


Certes, "lors qu’un soignant travaille selon ce mode d’organisation, les effets néfastes n’apparaissent pas tout de suite », explique-t-elle.

Mais à moyen terme, les dangers pour la santé sont flagrants : « les risques de maladies augmentent de 64 %. Ceux liés à un accident en voiture progressent aussi fortement », explique Didier Lestang, responsable de la CFDT santé-sociaux dans le Morbihan.

Cyrienne Clerc

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

36 réponses pour “Les 12 h pour les infirmières de Tenon : c’est bientôt fini”

  1. pappabox dit :

    Je pense surtout que les problèmes sont propres à chaque établissement!..Les 12h bien pensées sont positives.. définitivement!

  2. foutlam... dit :

    Tiens, juste un petit complément d’information. A votre avis combien de personnels ont quitté le service de réanimation de l’hôpital Tenon depuis 2012 ? 13 IDE et 11 AS en 2012. 21 IDE et 13 AS en 2013 : Total 58 agents. Combien sont entrés ? 10 AS et 11 IDE en 2012. 16 AS et 21 IDE en 2013 : Total 56 agents. Différentiel -2. Sachant, je le répéte que le regroupement des deux réa c’est fait à moyens constants et que le fait d’organiser le travail en 12h00 est chronophage, plus les obligations réglementaires concernant le nombre d’AS et d’IDE nécessaires au bon fonctionnement d’un service de réanimation (Décret n° 2002-466 du 5 avril 2002 relatif aux conditions de fonctionnement des réanimations)
    A ce sujet dans ce service, en fonction du nombre de personnel disponible, il arrive que les patients soient déclassifiés : d’un coup ils deviennent patients de soins continus, comme cela ce n’est plus 2 IDE pour 5 patients et 1 AS pour 4 patients en réa mais 1 IDE et 1 AS pour 4 patients. Et hop le tour est joué. Joli tour de passe-passe, comme ça si l’état du patient se dégrade au cours de la journée/nuit il redevient patient de réa. Tant pis pour la charge de travail et la sécurité des personnels et celle des patients.
    Oui, définitivement Oui l’organisation du travail en 12h00 est un problème d’effectif.

    • victorsudsante31 dit :

      désolé de choquer mais bravo à l’équipe CGT de l’hopital Tenon. Qui est responsable: c’est tout de même le juge qui a dit la loi; la direction de l’hopital ne fait pas appel pourquoi. ? C’est la loi qui est responsable ? La loi est faite pour garantir la santé des salariés et la sécurité des soins. Définitivement bravo aux équipes syndicales de faire respecter la loi. Sans loi pas de démocratie pas de garanties pas de liberté

  3. pappabox dit :

    Réduction du temps de travail???? non mais faut arrêter!….

  4. foutlam... dit :

    Et comment que c’est bien les 12h00….pour la DRH. C’est vrai à la lecture des commentaires tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes et puis paf les syndicats non représentatifs s’en mêlent. Voila qu’ils veulent faire le bonheur des gens contre leur gré.
    Comment ne travailler que 12h00 lorsque l’on exerce une profession où la transmission est obligatoire. Pour rappel la journée dure 24h00, sauf erreur. Dans les organisations en 7h50 ou 10h00 le temps de transmission est d’au moins 20 mn compris dans le temps de travail. Après vérification, les temps de travail des personnels en 12h00 est supérieur à 01h00, le temps de repas n’est jamais pris, 1/2 heure. Au total c’est plus de 20 jours d’heures supplémentaires non reconnues et surtout non payées. Un détail surement.
    Pour continuer l’argumentaire, depuis 1990, les équipes de nuit en 10h00, le passage aux 35h00, puis en 32h30 toujours pour la nuit, tout cela à moyens constants. Faites le compte, c’est près de 40 % de personnel e’n plus qu’il aurait fallu. Alors le passage en 12h00, à quel prix pour les agents, toujours à moyens constants. Une IDE en 7h50 a droit à 26 RTT/ RR par an, une IDE en 12h00, 97 RTT/ RR par an. fois plus et toujours à moyens constants.
    La réduction du temps de travail est une très ancienne revendication, elle doit concerner tout le monde et ne pas se faire au nom de la recherche de la limitation des dépenses de santé et sur le dos du personnel.
    Oui, la CGT de l’hôpital Tenon s’est investie sur ce sujet et n’a surement pas gagné d’argent dans l’affaire. Un avocat cela coûte très cher, bien plus que la somme pour laquelle l’AP-HP est condamnée. Tant pis, nous avions, depuis 10 ans, combattu cette organisation du travail, le personnel et la direction étaient informés de notre volonté d’agir.
    Si la décision du Tribunal administratif vous fait réagir c’est tant mieux notre but est largement atteint. Le débat dépasse le cadre de notre hôpital et de l’AP-HP .
    Et puis respecter la Loi n’est-ce pas aussi respecter les citoyens que vous êtes.
    Continuez le débat.

  5. pappabox dit :

    N’import quoi! Chez nous les AS aussi sont en 12h et trés contentes de leur planning!

  6. La mention de quinze jours de repos est une coquille qui vient d’être rectifiée. ActuSoins vous prie d’excuser cette coquille. Concernant l’article, il s’agit d’une information concernant la décision du tribunal administratif concernant l’illégalité du roulemement de 12 heures (et de la journée de 60 heures) et la tenue d’une réunion avec le service RH. La décision judiciaire faisant suite à un recours de la CGT, il était évident que ce syndicat devait s’exprimer sur les raisons de ce recours. Si, en tant que soignant dans ce service, vous plébiscitez ce roulement, il est nécessaire que la législation du travail mette des « garde-fous », cette législation s’appliquant à l’ensemble des salariés français.
    Comme votre magazine informe, il se fera également l’écho de vos nombreuses réponses et, je vous en remercie. C’est son rôle d’être à votre écoute mais aussi parfois de divulguer des informations qui peuvent fâcher !
    Bon week-end à tous de la part d’ActuSoins

    • limotges dit :

      Les IDE râlent tout le temps, ils ne veulent que des horaires à la carte, un salaire à la carte et se fichent totalement de la solidarité entre soignants, pour preuve le statut des AS.

      Ce sont pour la plupart des individualistes forcenés!

  7. ActuSoins dit :

    La mention de quinze jours de repos est une coquille qui vient d’être rectifiée. ActuSoins vous prie d’excuser cette coquille. Concernant l’article, il s’agit d’une information concernant la décision du tribunal administratif concernant l’illégalité du roulemement de 12 heures (et de la journée de 60 heures) et la tenue d’une réunion avec le service RH. La décision judiciaire faisant suite à un recours de la CGT, il était évident que ce syndicat devait s’exprimer sur les raisons de ce recours. Si, en tant que soignant dans ce service, vous plébiscitez ce roulement, il est nécessaire que la législation du travail mette des « garde-fous », cette législation s’appliquant à l’ensemble des salariés français.
    Comme votre magazine informe, il se fera également l’écho de vos nombreuses réponses et, je vous en remercie. C’est son rôle d’être à votre écoute mais aussi parfois de divulguer des informations qui peuvent fâcher !
    Bon week-end à tous de la part d’ActuSoins

  8. norab dit :

    Pourquoi si peu de professionnalisme dans votre article? vous ne prenez même pas la peine de vérifiez vos sources « syndicales », on rigole. Bref à faire le jeu des syndicats vous pénalisez les soignants, n’êtes-vous pas un magazine pour les soignants?
    A Tenon nous travaillons en 12H dont 15min nous est reversés sur notre compteur RR pour les transmissions. Si 72H/semaine il y a ce n’est que pour des agents en difficultés « financière » et à leur demande, jamais il a été imposé des heures même payées SUP. Les agents dits « évincés » : partis pour des écoles IAD, IDE, Esthetisme, congé parentale, et surtout par la nouvelle organisation de la nouvelle réanimation BUCA « polyvalente ». Sur notre roulement en 12H nous avons de façon systématique toutes les 3 semaines une semaine de repos, sans avoir recours à de l’intérim!!! Pas d’alternance jour nuit dans le service et heureusement. Pourquoi les syndicats ne se battent pas pour les vrais problèmes qu’on leur soumet, « avoir un poste d’IDE en plus pour un service de 20 lits actuellement 7 IDE!!! , les absences AS non remplacées!!!!! Nous avons construit une équipe solide, investie, volontaire depuis l’ouverture de l’unité BUCA le résultat on se fait torpiller par les syndicats. Alors vous nous dites 12H = effets néfastes, mais 8H 6 jours sur 7 c’est quoi…passer sa vie a travailler, n’oublions pas l’ethymologie du mot travailler qui vient de trépanum=torture.
    Merci à tous pour votre soutien, et n’oubliez pas que c’est votre combat aussi, car aujourd’hui c’est la réa Tenon demain…. répondez au questionnaire sur la page facebook soutien au sevice de réa tenon.

  9. norab dit :

    Nous attendons de vous un vrai travail de journalisme « santé », avec un minimum de vérité!!! Pourquoi avez-vous visiblement pris contact avec des représentants syndicaux pour votre article, et n’avoir pas pris le soin de vous rapprocher des soignants : nous sommes tout de même les premiers concernés!!!

  10. Julien Boyer dit :

    Le TOP, c’est le libéral !!!

  11. Sophie Laurent soutiens tes collègues !!!!

  12. Je suis seule ide pour 90 résidents et je cours pendant tout mon poste , les douze heures offre un meilleur suivi et moins de précipitation dans les soins . Surtout quand il n’y a des arrêt maladie. Actuellement 3 ARRÊTS IDE du coup 5 jours consécutifs pour moi de travail et 2 WE consécutif . Bref c’est du grand n’importe quoi…

  13. Bien dit mon titi vive la rea tenon vive les 12h !!!!! On va y arriver !!!!

  14. pappabox dit :

    Je persiste et re-signe POUR les 12h… Définitivement.

  15. arielle dit :

    Bonjour, je vous contacte dans l’objectif de rétablir quelques vérités dans le débat concernant les 12h de la réanimation polyvalente de Tenon.Je suis moi même infirmiere dans ce service depuis plus de deux.j’ai connu les modifications de roulement.Dans un premier temps:l’amplitude horaire autorisée par le code du travail est de 13h.Les soignants ne comptent pas plus de 12h-12h20 exceptionnellement d’amplitude par jour avec leurs transmissions.Bien loin de ce qu’affirme la CGT. Cette dernière qui par ailleurs n’a pas entretenu le lien avec les soignants durant deux ans,ni n’est venu leurs demander comment ils vivaient les faits. Second point, aucun remplacement n’est effectué sur la semaine de 60h, mais plutot sur les semaines de repos si on le souhaite.Nous n’effectuons donc pas 72h par semaine.De plus lors du passage à ce roulement,il y a eu des aménagements horaires pour les personnes qui ne souhaitaient pas faire de semaine de 60h puis des 24h ainsi chacun a été libre du roulement qu’il voulait exercer.Les collègues qui ont quitté le service l’ont souvent fait pour des problèmes d’adaptation au service actuel à Buca passant à une réanimation polyvalente de 20 lits avec un melting-pot des équipes.Concernant les repos, les soignants peuvent poser 2-3 jours de repos récupérateurs par mois ce qui leur permet d’avoir une semaine de repos et non 15 jours, comme l’affirme l’article.Troisiemement lorsqu’on sait que la durée de vie moyenne d’une infirmiere de Reanimation est d’environ 3-4 ans,croyez-vous vraiment que le fait d’effectuer 2 semaines de 24h,une de 60h et une semaine de repos par moins soit le responsable de la fatigue accumulée??Enfin dans notre service nous n’effectuons pas d’alternance jour/nuit, nous sommes fixes.Et je tiens à rappeler que il a été prouvé, depuis longtemps, que les horaires en 3/8 et le travail de nuit entraînaient eux aussi des effets néfastes tels que:troubles du sommeil, troubles digestifs,troubles cardiovasculaires, dépression,cancer….pour autant c’est ce que la CGT nous propose??Je vous remercie de l’attention porter à ce message.

  16. un article bourré d’inepties ! Cyrienne Clerc, faites un vrai travail de journaliste et interrogez les personnes concernées, à savoir les soignants de la réa de Tenon !

  17. pappabox dit :

    Nos représentants syndicaux ne sont pas vraiment représentatifs d’une profession globalement peu syndiquée…

  18. laouennan dit :

    Les syndicats son pleinement dans leur rôle sur ces sujets.

    Je suis soignant, militant syndical, à la CGT, dans une clinique privée.

    J’ai « milité » pour les 12 heures dans mon établissement, notre organisation syndicale après consultation des salariés « soignants » a signé un accord autorisant la mise en place des 12 heures.

    Ensuite, nous avons perdu près de 8 % de nos effectifs suite à cela.

    Les éléments positifs, sont que nous passons moins de temps au boulot ce qui est bien.

    Pour la prise en charge ce fut mieux, mais aujourd’hui, c’est de moins en moins vrai. Si en effet le suivi du patient sur la journée est « meilleur » la continuité a pris une grosse claque!

    Pourquoi?

    Les transmissions ont été réduites à leur plus simple expression entre le jour et la nuit et beaucoup d’erreurs se produisent.

    Aussi les études scientifiques sur l’effet de ces journées sont peu nombreuses et de langue anglaise et donc peu accessibles au commun.

    Nos plannings qui auparavant étaient totalement chaotiques du fait des nombreux horaires en 8 heure set coupures sont un peu plus stable fatalement, mais pas du tout satisfaisant sur l’harmonisation vie privée vie professionnelle.

    Les semaines de repos sont rares 2 par an peut être, c’est difficile à savoir tellement les plannings de chacun sont différents.

    On peut rajouter aussi le grand recours à l’intérim infirmier qui rajoute à la cacophonie de la prise en charge.

    Bref, c’est bien les 12 heures mais peut mieux faire en termes de roulement.

    Tout le monde ne peut pas le faire et pas dans tous les services et pas toutes les catégories.

    Car si l’IDE plébiscite le 12 heures les AS sont un peu plus partagées sur la question, mais ça reste en débat.

    Pour finir, pourquoi la majorité des syndicats est contre?

    C’est tout un symbole de la lutte syndicale qui est ressentie comme attaquée.

    Je vous invite à relire les combats de la classe ouvrière sur le temps de travail.

    Car si en soi le 12 heures peut être étudié, discuté par tous, en revanche la gestion de ces horaires par des Directions dont le seul leitmotiv est de réduire le personnel à son minimum est beaucoup plus aléatoire!!!

    Car dans le milieu privé du moins, les IDE sont considérées comme des « pousse seringue » et les AS …c’est quoi ça? On en a besoin?

    Et donc si on pouvait diviser le nombre par 2 ainsi que leur salaire ce serait fait.

    Voilà.

    Si vous avez des représentants syndicaux, allez les voir et allez discuter ça ne coûte rien et la plupart sont « gentils » et plutôt soucieux des autres.

    Lorsque les gens ont des problèmes ils savent où ils sont c’est une vérité peu dite..

  19. christophe.iade dit :

    ce qu’il faut savoir, c’est important de mettre les choses dans leur contexte. Alors que tout allait bien dans ce service, tout le monde était visiblement épanoui de travailler en 12h et il a fallu que la CGT fourre son nez là où il ne fallait pas, sans doute qu’ils s’emmerd…… et ils ont été chercher la petite bête là ou elle n’était pas

  20. Kyon Saeba dit :

    Syndicats arrêté de nius faire ch …

  21. Kyon Saeba dit :

    Syndicats arrêté de nius faire ch …

  22. Plus facile le 12h meme pour la vie de famille

  23. Sonia Liaigre dit :

    moi aussi, a fond pour les 12 h!!!!

  24. C pas trop les 12 h qui posent problème même si c fatiguant c surtout un règlement à géométrie variable quand ça arrange la direction
    13/14/15 h en tout certains soirs le service ferme a 19h (urgences) on part à 21/22/23/h et plus Record 1h du matin !!!

  25. Surtout que certain syndicaliste ont jamais bosser en 12h

  26. .. le fond du problème est encore une fois nos conditions de travail qui se dégradent… diminution des effectifs.. et donc passage en 12h .. perso je travail en ehpad et gère un service de 1 IDE pour 55 résidents en 12 H les week end !! c’est un rythme épuisant et surtout quel efficacité au bout de 48h de boulot quasi non stop..??? certes à titre individuel on regarde les pseudo « avantages » / plus de repos sur une quinzaine, 1 WE sur 3 travaillé au lieu de 1 sur 2… mais à quel prix pour les patients et nous soignants ??????

  27. William Furic dit :

    Au lieu de faire chier avec les horaires ils devraient s’occuper des effectifs et des salaires, les 12 h seraient probablement moins attractifs si les Ide n’avaient pas besoin d’aller bosser ailleurs pour pouvoir boucler leur fin de mois.

  28. Sissou Grigri dit :

    On fait une petite semaine de 24 h et une de 60 h mais après nous avons 9 nuits de repos et cela nous convient Ben non !! On nous casse les pieds avec la semaine de 60 h … On va devoir supprimer une nuit sur cette grande semaine et venir connement 1 nuit sur nos 9 jours de repos alors que depuis 4 ans pas d arrêt maladie , pas d accident de travail , pas d accident sur la route et au moins l été nous avons 3 semaines de congés et non 15 jours

  29. Sissou Grigri dit :

    Sur Aix aussi c est la cgt qui fout la merde aussi , moi en 12h de nuit depuis 4 ans c est cool

  30. Seb Ace Tien dit :

    Encore??? je suis désolé mais les 12 h c’est mieux. Ayant moi même travaillé en réa à la timone…’était nickel comme système en 12 h… Ha oui…en lisant l’article c’est la CGT l’empêcheuse de tourner en rond qui fout sa merde comme d’habitude….Y’en a marre de ces syndicats de merde qui s’en foutent en réalité des employés tant qu’ils sont pas cgt…elle porte plainte pour toucher de l’argent..extorsion de fond…Ha oui, les 1000 euros, vous les redistribuez aux employés de la Réa????BIEN SUR QUE NON….

  31. De quoi se mêlent les syndicats !!! Si les équipes sont d’accord je vois pas en quoi ça les regarde….

  32. Le problème c’est les 12h ou le sous effectif ?

  33. pappabox dit :

    Eternel débat des 12 heures. Je travaille dans un service USC en PSPH .. Nous avons à l’unanimité choisit de travailler en 12h, et personne ne souhaite revenir en arrière. Nous avons beaucoup travaillé en amont sur les planning et sur les fiches de poste..
    Tout le monde y trouve son compte. Effectivement, les journées et les nuits sont actives et fatigantes, mais avec un bien meilleur suivi des patients, une meilleure connaissance, des relations plus étroites avec les médecins, qui eux aussi ont un rythme à peu prés similaire au nôtre…
    Sur 365 jours, j’ai effectivement était présente 113 jours!! ou plutôt 113 nuits!.. Pas mal non? Pour ma vie privée, c’est le top! J’ai beaucoup moins l’impression de passer mon temps à l’hôpital… Et j’étais tout aussi fatiguée en 8 heures.. trop d’HS trop de transmissions, trop peu de jours de repos consécutifs… trop de « soir/matin »
    Et je précise que j’ai 57 ans…

Réagir à cet article

retour haut de page
901 rq / 3,242 sec