Installation des infirmiers libéraux : un premier bilan

Le mois dernier, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) a présenté un premier bilan de l’application de l’accord conclu en avril 2009 entre les représentants des infirmiers libéraux et l’Assurance maladie. L’objectif de cet accord est d’améliorer l’accès aux soins et de rééquilibrer l’offre de soins infirmiers entre les régions.

Installation des infirmiers libéraux : un premier bilanLa Cnam dresse un bilan plutôt positif de cette expérience, d’une durée totale de deux ans. Le dispositif mis en place s’appuie sur une incitation à l’installation des infirmiers libéraux dans les zones très sous-dotées au travers d’une aide financière de l’Assurance maladie d’un montant de 3 000 euros par an sur une période de trois ans.

En parallèle, il se base sur une régulation des installations des infirmières libérales dans les zones sur-dotées ; toute nouvelle installation étant conditionnée au départ d’un infirmier libéral de la zone. « Les résultats enregistrés sur les premiers mois d’application de l’accord (de avril 2009 à janvier 2010) soulignent l’efficacité de ces mesures dans les zones concernées », note la Cnam. Les effectifs d’infirmières libérales installés en zones très sous-dotées ont fortement augmenté : +11 % contre une moyenne nationale de +2,4 %. Ce taux a presque doublé par rapport à l’année précédente (+6 % en 2008). A l’inverse, le nombre d’infirmiers libéraux en zones sur-dotées a enregistré une baisse de 3 % sur la période observée, alors qu’il progresse sur l’ensemble du territoire.

Sans remettre en cause le bilan positif dressé par la Cnam, la FNI a laissé comprendre, dans un communiqué de presse, que la pérennité du modèle n’est pas pour autant acquise. Le syndicat n’envisage pas, à ce stade, de s'engager dans un renforcement du dispositif sans obtenir certaines garanties notamment l’intégration « d’un rétablissement du paritarisme contraignant les directeurs de CPAM à se conformer aux décisions des commissions paritaires départementales ».

Quant à Annick Touba, présidente du Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil), elle estime que ce bilan est avant tout politique car « la Cnam veut imposer cette expérimentation aux médecins et aux kinésithérapeutes. » Mais si l’Assurance maladie souhaite prolonger l’application du dispositif pour les infirmiers libéraux, il faudra préalablement mener « d’autres évaluations basées sur des données démographiques ne datant pas d’il y a dix ans ! »

L.M.

Pour aller plus loin :
Formation pour devenir infirmière libérale

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
242 rq / 1,503 sec