Une kiné poursuivie par son ordre pour exercice illégal

Le 26 aout prochain, elle sera jugée au tribunal de grande instance de Gap pour " de la profession de Masseur-Kinésithérapeute". Le conseil départemental de l'ordre des Hautes Alpes est à l'origine de la plainte.

Une kiné poursuivie par son ordre pour exercice illégalDiplômée depuis plus de 25 ans, Hélène Robert-Buira est la seule a être poursuivie parmi plusieurs de ses confrères refusant toute inscription et . Elle encourt théoriquement une peine de deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

Alors qu'environ 8000 kinés refusent toujours d'adhérer à leur ordre, ce type de procédure est encore rare. Pour Christine Ehrmann, présidente du syndicat Alizé initialement créé pour lutter contre les instances ordinales, "des baronnets de province utilisent l'ordre pour régler leurs comptes personnels". Les membres de cette organisation espèrent être nombreux devant le tribunal de Gap le 26 aout pour soutenir leur consœur. D'autant plus que la CFDT et Sud ont déposé un préavis de grève cette journée. Des représentants du syndicat infirmier Résilience seront également sur place.

Bernard Herbet, président du conseil départemental de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes des Hautes-Alpes, assume: "au bout de 3 ans de relances, il faut bien trouver une solution et faire respecter la loi". De toute façon souligne-t-il, "il n'y a plus d'affaire, Madame Robert-Buira ayant envoyé son dossier d'inscription le 4 aout dernier". L'Ordre départemental a ainsi avisé le procureur et le président du TGI. Pour autant, le procureur est seul juge de maintenir ou non la comparution. A l'heure actuelle (le 18 aout au matin, ndlr), celle-ci est toujours prévue.

Quel que soit l'avenir de cette procédure, il faudra de toute façon compter sur les organisations contre ordres pour tenter de mobiliser au maximum collègues et média autour de chaque cas de ce type. L'ordre national infirmier, plus jeune, examinera sans doute avec attention cette affaire, tant sur la forme que sur le fond.

Thomas Duvernoy

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
254 rq / 5,417 sec