Manifestation unitaire pour infirmiers en colère

Le 8 novembre, fait rare, 17 organisations infirmières ont décidé de manifester ensemble à Paris et en France. Le ras-le-bol d'une profession protéiforme est plus que jamais palpable, dans le privé comme dans le public, et chez tous les infirmiers, spécialisés ou non.

manifestation des infirmiers 8 novembre fnesi federation nationale des etudiants infirmiers

© Cyrienne Clerc / ActuSoins

Si les références à la grande manifestation infirmière de 1988 reviennent souvent dans la bouche des manifestants en ce froid matin du 8 novembre, c'est que cette journée cherche à s'inscrire dans le sillon creusé voilà presque 30 ans.

« En 1988, on défilait pour un tryptique "Formation, salaire, ". Ce tryptique est toujours d'actualité aujourd'hui », lâche avec dépit Nathalie Depoire, de la CNI (Coordination Nationale Infirmière).

Même si on était loin des 100 000 manifestants de 1988- ils étaient quelques milliers-, l'esprit de révolte soufflait bel et bien sur la profession infirmière. L'ambiance, bon enfant, était pourtant survoltée, et la bande-son du cortège formée par les 17 associations infirmières se partageait entre sifflets de colère et musique entraînante.

« Pour une infirmière dans la rue, il y en a 10 dans les services », assure Marine, 25 ans, infirmière en psychiatrie à bout de souffle, qui souffre du manque de personnel dans son établissement.

Avant le départ, juste en face de la Gare Montparnasse, des centaines de protestataires s'étaient réunis avant 10h, portant déjà leurs panneaux et banderoles. « Stop au massacre des », « 24/24 à vos côtés, il est temps d'être des nôtres », ou encore « AP-HP en coma dépassé », pouvait-on lire.

manifestation des infirmiers 8 novembre soigne et tais toi

© Cyrienne Clerc / ActuSoins

Thierry Amouroux, du SNPI CGE-CGC, alors en avant-poste, rappelle l'origine de l'événement. « Les centrales avaient proposé un rassemblement devant le Ministère de la Santé. Mais nous (organisations infirmières, ndla) n'étions pas intéressés. Nous voulions clairement un mouvement identifié "infirmier". On ne veut pas être considéré comme un personnel de l'hôpital, comme un auxiliaire de santé en ville, mais comme un personnel infirmier à part entière », rappelle-t-il.

Des moyens pour travailler et prendre soin des patients

Au coeur de cette profession multifacette, un socle de puissantes revendications communes prend le dessus sur les luttes internes propres aux spécialités: réductions budgétaires délétères, revalorisation salariale, reconnaissance de la pénibilité par un départ anticipé à la , détermination de ratios infirmiers au lit du patient par sécurité... Sans oublier la vague récente de suicides sans précédent, et des dépressions en série dans le milieu.

« On sait avec certitude que demain sera pire qu'aujourd'hui », reconnaît Thierry Amouroux, évoquant les 100 000 lits supprimés en 10 ans, et les 16 000 voués à disparaître... Sans oublier les 22 000 postes menacés pour permettre de réaliser les 3 milliards d'économie prévus dans le budget des hôpitaux. « Notre revendication première, ce ne sont pas nos salaires, mais bien d'avoir les moyens pour travailler! Ils (la direction, ndla) veulent des techniciens spécialisés dans une usine à soins, mais nous, ce qui nous motive, c'est de prendre soin des patients. »

soigne et tais toi manifestation des infirmiers 8 novembre

© Cyrienne Clerc / ActuSoins

Les moyens pour travailler... C'est bien la préoccupation de Catherine, Ibode depuis 20 ans, actuellement en pédiatrie au sein d'un établissement public. En plus de revendiquer le niveau master pour les infirmiers de bloc opératoire, et l'application du décrêt concernant les actes exclusifs, cette Strasbourgeoise défile pour la première fois, preuve de son inquiétude pour l'avenir de la profession infirmière.

« On a du annuler tout un programme opératoire pour être là aujourd'hui », raconte-t-elle, visage couvert d'un masque de bloc. Sa crainte? Que les parents la détestent pour cela. Mais à ses yeux, il fallait absolument en être. « Dans mon métier, ce qui a changé, c'est la rentabilité à tout prix. Mais on ne peut pas être "rentable" sur un patient! », s'offusque celle qui dénonce aussi les heures de nuit à 1,07 euros et les dimanches à 35 euros.

Questions revendications salariales, Maryse Alcindor (SNIIL) dénonce des déplacements pour moins de 10 euros, et souhaite que les infirmières libérales obtiennent des missions mieux définies dans la prise en charge des maladies chroniques, alors qu'elles sont au coeur de ce dispositif.

Réingéniérie des diplômes et reconnaissance des compétences

Du côté de puéricultrices, Elsa, 31 ans, a vu ses conditions d'exercice se dégrader profondément depuis 8 ans. Aujourd'hui, elle défilait pour une « réingénierie de notre diplôme, l'obligation d'embaucher une infirmière puéricultrice quand on travaille avec des enfants. »

Florent Brault, de l'ANPDE et SNIPUERLIB, plaide pour une reconnaissance des compétences cliniques et managériales des "puer" et la possibilité d'exercer en libéral ou de facturer des actes professionnels (suivi allaitement, sortie de maternité précoce, accompagnement parentalité) codifiés dans la nouvelle nomenclature.

Les inquiétudes sur l'avenir étaient partagées par tous les infirmiers, y compris les étudiants, comme Jérémie, 21 ans, en seconde année, et qui regrette de constater que les infirmières qui encadrent son stage, n'ont tout simplement pas le temps...

Après le rendez-vous obtenu par cette union des organisations infirmières au ministère de la Santé, dans l'après-midi, Brigitte Ludwig (Unaibode), regrettait l'absence de mesures concrètes et n'excluait pas d'autres manifestations unitaires... « S'il ne se passe rien d'ici janvier, il ne se passera rien du tout », a-t-elle déclaré, allusion aux présidentielles à venir et qui pourraient mettre en suspens toute volonté de réforme rapide.

Delphine Bauer

manifestation des infirmiers 8 novembre esi etudiants en soins infirmiers en colere manifestation des infirmiers 8 novembre hopital necker en colère dsc_0385 manifestation des infirmiers 8 novembre infirmière en colère manifestation des infirmiers 8 novembre infirmiers libéraux en colère manifestation des infirmiers 8 novembre unaibode infirmière de bloc opératoire en colère manifestation des infirmiers 8 novembre les ibode infirmière de bloc operatoire en colère manifestation des infirmiers 8 novembre les infirmieres et etudiants en colere manifestation des infirmiers 8 novembre profession en danger ibode manifestation des infirmiers 8 novembre stop au massacre des infirmières libérales

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

60 réponses pour “Manifestation unitaire pour infirmiers en colère”

  1. Et bcp de grévistes assignés auraient aimé se joindre au cortège. ..

  2. Regardez les infos sur fr3, on passe après on va voir ce qu’ils disent

  3. Jon Pro dit :

    A Montpellier aussi on était nombreux 😉

  4. Momo Acinom dit :

    A Nice c est la police..il y avait pas bcp ..

  5. Super, mais avec les élections américaines, le JT en a dit vraiment un minimum

  6. Dans les cortèges syndicaux, il n’y avait pas que des ide, il y avait tous les autres personnels qui souffrent. Attention le corporatiste n’est jamais bon!

  7. Et je dirais que je suis avec eux car meme auxiliaire de vie sociale que jexerce metier dur et conditions de travail difficile car seul avec la patiente

  8. Il faut reconduire le combat toutes les semaines si il faut !!

  9. Lucie Benard Mélanie Podeur Gwendoline Crenn ils disent qu’on était 7000

  10. Elo Didou dit :

    Pfff c’est clair! Pendant qu’on parle du reste on ne s’occupe pas des vrais problèmes que nous rencontrons!!!!!

  11. Oui y’en a marre de coller des rustines sur un bateau qui coule merci de nous donner des canots de sauvetages en bon état et des rames pour avancer … au delà du cri c’est notre colère qui monte et gronde et je rappelle que notre profession est une vocation pour la plupart celle d’être au service d’autrui et que défendre ses idées est le plus motivant des moteurs

  12. J’y suis allé à paris me geler les miches! Ben très déçu du peu de personnes!!! j’ai enchaîné sur ma journée de boulot en SOUs EFFECTIF again… je sais pas mais pr moi y’a pas bcp de gens motivés à se battre et ça me fait peur…

  13. Ju BL dit :

    Je n ai toujours pas compris pourquoi il y avait deux défilés ? ….

    • eusebe dit :

      Parce que dans les revendications de l’intersyndicale figurait (à bon escient) l’abrogation des ordres professionnels ce qui allait à l’encontre de l’idéologie du collectif majoritairement pro-ordre et soutenu par ce dernier.

  14. Appeler la coordination nationale des ide et proposer une date avec un seul lieu de manifestations: Paris. Organiser des collectes Les assignées participent au frais de celle qui se déplacent. J’ai donné 40 euros à une élève qui a pu faire le déplacement. Elle a pris un bus Macron Lyon paris 13 euros l’aller et 13 le retour. Un peu long mais une manifestation pour 30 euros.

  15. Sofia Julia dit :

    Et tout ce qu’on paie comme charges faut pas abuser et surtout quand on voit que certains foutent rien

  16. Se battre jusqu’au bout ne rien lâcher sa suffit nous sommes pas des pions grève nationale être payé plus sa suffit de se faire agresser par les gens nous sommes pas des souffre douleur

  17. Clinique st Jean du Languedoc a Toulouse en grève aujourd’hui

  18. Armand Dbr dit :

    Souvenir en fin de manifestations devant le ministère à Paris : Les IDEL ont brûlés un cercueil en carton, la FNESI les a rejoins, appelant les étudiants à ajouter leurs panneaux de manifestations au feu.

  19. Lucille Alix dit :

    La communication n’as pas été au top…! et qui a choisis cette date?! Au niveau des médias ça a été catastrophique… C’est évident que les élections américaine passerons devant nous.

  20. Qq un sait s’il y a une reconduction du mouvement? Et quelle date?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
267 rq / 1,996 sec