UNIDEL : une nouvelle association pour promouvoir et défendre les libéraux

Née du collectif  "La grève C'est maintenant" (un réseau d'échanges et d'organisation de manifestations et d'actions pour les ),  l'association  vient de déposer ses statuts. Avec pour but de fédérer les et de dénoncer les "injustices" dont ils seraient souvent victimes, l'association espère toucher le grand public. Entretien avec Jean-Marc Tridente-Lardenois, un des membres fondateurs de l'association.

UNIDEL : une nouvelle association pour promouvoir et défendre les infirmiers libérauxQuels sont les objectifs de l'association UNIDEL ? 

Nous souhaiterions une meilleure reconnaissance de la profession, et pour cela il faut que la population mais aussi les instances qui s'occupent de nous soient au courant des problèmes que nous rencontrons. Au niveau local et national, les doléances de tous les infirmiers libéraux de France doivent être prises en compte et connues : problèmes avec les SSIAD et les HAD, obsolète archaïque et alambiquée... 

Quels moyens allez-vous utiliser pour cela ? 

Pour toucher la population, nous avons réfléchi à des actions singulières, ciblées, et originales qui se mettent en place tout doucement. Par exemple, nous allons diffuser un clip vidéo sur You Tube, qui prend pour modèle le quotidien des infirmiers libéraux. Des images et vidéos fournies par les membres de notre page Facebook vont être montées et montrées. Elles résument le quotidien des infirmiers libéraux. Nous allons aussi organiser un évènement : Le printemps des infirmiers libéraux, dont nous parlerons ultérieurement.

Avec près de 3400 membres, votre collectif fonctionnait bien. Vous aviez notamment organisé les différentes manifestations de l'automne. Pourquoi changer de statut et devenir association ? 

On est resté un collectif pendant un certain temps, en se demandant de quelle façon on pourrait agir efficacement, d'une part par rapport au rapport de la Cour des comptes de septembre 2015, dans lequel les sages avaient épinglé l'activité de quelques infirmiers libéraux et jetaient le discrédit sur l'ensemble des 105 000 infirmiers libéraux de France. A mesure de nos réflexions, on s'est rendu compte qu'une organisation plus structurée, plus pertinente et plus singulière, de type association, nous permettrait d'avoir une visibilité médiatique et une lisibilité au niveau des instances de l'Etat qu'une simple page Facebook n'avait pas.

Ce statut va t-il vous donner davantage de crédibilité pour faire valoir vos revendications ? 

C'est évident. Depuis que nous sommes une association, nous avons des responsables syndicaux qui nous contactent notamment. En qualité d'association, on pourra effectivement demander audience auprès de nos ARS et de nos CPAM, afin de traiter nos problèmes localement. Mais nous aurons aussi une action nationale, car les problèmes récurrents aux infirmiers libéraux sont souvent les mêmes et s'étalent sur la totalité du territoire.

Quatre syndicats d'infirmiers libéraux, un Ordre Infirmier ainsi que plusieurs associations et collectifs existent déjà pour les libéraux. L'UNIDEL ne pourrait-elle pas être perçue comme une organisation de plus parmi tant d'autres 

Déjà, il est important de préciser que l'on se définit comme une association asyndicale. Nous ne recherchons pas de complémentarité ni de concurrence avec les syndicats car leurs actions sont bien différentes des nôtres. Il agissent notamment au niveau national (négociations avec la CNAM et le ministère) alors que notre priorité sera locale (ARS et CPAM). En ce qui concerne les autres associations, notre mot d'Ordre est "fédération". Nous travaillons énormément à rapprocher les associations avec un souci de singularité par rapport aux actions que l'on va mener.

Propos recueillis par Malika Surbled

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “UNIDEL : une nouvelle association pour promouvoir et défendre les libéraux”

  1. Sansebastien dit :

    Quelle méconnaissance du fonctionnement de notre profession, ça fait pitié!
    J’espère seulement que tu n’es pas infirmier libéral, sinon tu aurais mieux fait de rester salarié.

  2. Ah bon? Je croyais qu’il n’y avait pas besoin de syndicats, que l’ordre s’occupait de tout…

  3. C’est bien … Mais ça fait encore une association / syndicat en plus …

  4. Sansebastien dit :

    Quatre syndicats représentatifs, c’est pas suffisant?

    • brigitte dit :

      Pske toi tu as eu l impression que c’était suffisant lors des derniers événements ??? Pas moi..Et là ça n est pas un syndicat de plus justement.. Comme expliqué dans l article.. La différence c’est que eux, c’est nous !! Enfin..ceux qui se sont bougés qd il a fallu remonter ses manches et grogner…

      • Sansebastien dit :

        N’importe quoi!
        Ce sont nos syndicats professionnels qui négocient la Convention Nationale et les avenants qui suivent ainsi que la NGAP et les tarifs des lettres clés. Plutôt que dépenser de l’énergie inutilement, il est préférable de prêter la main en travaillant au sein d’un syndicat.
        Tout le reste est une perte de temps.
        L’expérience te l’appendra…

        • brigitte dit :

          Heuuuu oui enfin, lors de la mobilisation nationale, la réponse des syndicats qd ont les a sollicités : “faites votre boulot, nous on fait le notre.”..mdr ! Puis qd ils ont vu que ça prenait de l’ampleur grâce au mouvement des inf en colère, ah ben là ils ont pris des contacts et ont essayé de récupérer le truc !!! Bonjour le soutien ! Aucune confiance en eux (certains encore moins que d’autres….)
          C’est le nombre qui fait la différence, il n’y a qu’à voir le poids de certaines pétitions..et je préfère me mobiliser derrière des gens qui sont mes semblables, qui partagent mes problèmes au quotidien et parlent le même langage, qui sont capables comme moi de descendre dans la rue, que derrière des technocrates qui font de notre représentation un business..Après l’un n’empêche pas l’autre, pourquoi pas…mais à choisir, vite vu pour moi..i

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
258 rq / 2,597 sec