Infirmières libérales de retour à l’hôpital

Revenir travailler à l'hôpital après avoir été infirmière libérale : ce revirement de carrière n'est pas rare, tant le métier d'infirmière offre de possibilités. Marie-Thérèse et Aurélie expliquent leur choix et racontent leur retour en milieu hospitalier.

hopital infirmières

©Elgaard/iStock

Marie-Thérèse, 45 ans, et Aurélie, 33 ans, ont toutes les deux travaillé à l'hôpital avant de se tourner vers le libéral. Pendant cinq ans, la première a travaillé aux urgences, en réanimation et dans un service de grands brûlés. La seconde a surtout travaillé en réa, en France et en Suisse.

« J'ai choisi de travailler en libéral pour pouvoir plus m'occuper des patients », explique Marie-Thérèse. Elle débute par deux ans de remplacements avant de se fixer dans un cabinet urbain. Soins variés, bonne ambiance entre infirmières... elle s'épanouit professionnellement pendant douze ans.

« Il y avait beaucoup de relationnel, se rappelle-t-elle. On intégrait l'entourage de la personne soignée. L'aspect social était plus important qu'à l'hôpital. Et puis au fil des années, les soins se sont de plus en plus résumés à des toilettes. Ou bien les patients étaient incités à s'occuper seuls de leurs pansements et nous n'étions appelées que pour retirer les fils. On récupérait après des pansements qui avaient mal évolué... »

Le manque de reconnaissance du rôle de l'infirmière en matière d'éducation thérapeutique a aussi fini par lui peser. Elle choisit de bifurquer et opte pour l'intérim. « C'est un choix, explique Marie-Thérèse. Je n'ai pas envie de m'accrocher. » Ou en tout cas pas encore. Depuis presque deux ans, elle travaille quelques jours ici, quelques jours là. En médecine, chirurgie, maison de retraite ou centre de rééducation. La nuit, de préférence. « Au départ, je travaillais de jour mais avec le fonctionnement actuel de l'hôpital, j'ai préféré passer de nuit », souligne l'infirmière.

Le fait d'être souvent la seule infirmière en poste ne fait pas peur à cette ancienne libérale. Elle apprécie même de pouvoir organiser seule son travail et, surtout, de pouvoir consacrer plus de temps aux patients que le jour. Une sorte de position intermédiaire entre la libérale plongée en solo dans le quotidien des patients et l'hospitalière entourée par la structure... « La nuit, on travaille aussi plus en équipe que le jour », apprécie-t-elle.

 L’impression de ne plus rien apprendre

Aurélie, de son côté, a travaillé en libéral pendant cinq ans, en remplacement dans pratiquement un seul cabinet. Mais elle n'est pas tentée par l'association que lui proposent ces infirmières : la paperasse, ce n'est pas trop son truc... Pour autant, remarque-t-elle, « je n'avais pas envie de travailler dans un autre cabinet. Les infirmières avaient une façon de travailler qui me plaisait beaucoup. (…) Au départ, je pensais ne jamais retourner à l'hôpital ».

L'idée fait pourtant son chemin. Le fait de travailler « en coupé » lui pèse de plus en plus. Elle ne vit pas non plus très bien la chronicisation des pathologies de personnes qu'elle aimait beaucoup. Ni le fait de passer encore souvent auprès de certains patients pour la « petite jeune » qu'on ne prend pas toujours au sérieux. Ou de peiner à trouver sa place au sein d'une équipe plus âgée, qu'elle respecte énormément...

Elle déplore aussi d'avoir trop peu accès aux données médicales qui lui seraient utiles. En libéral, « on est assez éloignées des médecins », regrette-t-elle. Et pas si libres que cela au final. Au bout d'un moment, l'impression « de ne plus rien apprendre » s'ajoute...

Elle retourne donc à l'hôpital, en réa, dans un service où le besoin de renfort facilite son accueil. Elle travaille en binôme deux jours (au lieu de trois semaines pour les novices) car elle connaît la réa, puis de manière autonome. Mais « l'organisation de ce service était très différente de tout ce que j'avais connu avant -les transmissions, le logiciel du service- et c'est ce à quoi j'ai eu le plus de mal à m'adapter », explique-t-elle.

Au début, « c'était drôle, raconte Aurélie. En libéral on me disait que je me dispersais et là il faut regarder partout à la fois », surveiller les scopes de tous les patients en même temps et non plus l'un après l'autre... En revanche, elle qui avait quitté la réa en regrettant le manque de dimension humaine parvient aujourd'hui, grâce à son expérience en libéral, à associer technique et relationnel. « Ce n'est pas deux minutes passées à parler avec un patient qui va me retarder », résume-t-elle.

 Un nouveau rythme de vie 

Toutes les deux reconnaissent que leur rythme de vie a été chamboulé par ce changement de mode d'exercice. Mais aucune ne regrette les longues journées coupées par une pause, pas vraiment pratiques pour organiser sa vie familiale et sociale...

Comparé aux journées de 10-12 heures en libéral, le poste de huit heures d'Aurélie lui paraît très court ! Même en étant « à fond » tout le temps. Et une fois qu'il est terminé, c'est pour de bon ! « On pleure un peu sur le salaire, au début, mais on s'adapte. Et puis on a plus de vacances », souligne-t-elle.

Marie-Thérèse aussi « ne regrette pas du tout son choix ». L'intérim lui permet de travailler dans des secteurs différents, des établissements différents et de gérer son temps comme elle le souhaite, y compris en refusant certaines missions.

Certes, reconnaît-elle, « il y a des choses dont j'avais perdu l'habitude. Il y a aujourd'hui à l'hôpital du matériel qui n'existait pas à mon époque. Quand j'ai besoin, je trouve toujours une collègue pour m'aider, me montrer. Il y a beaucoup d'entraide la nuit. Et de toute façon, il y a moins de gros gestes techniques la nuit. »

Elle ne se verrait pas travailler dans des services hautement techniques comme la réa ou les soins continus. « Quand je cherchais un poste, j'ai souvent entendu des réflexions du type « après douze ans de libéral, on ne sait plus rien faire et on ne connaît plus les médicaments ». Mais en libéral aussi, on a des génériques et en cas de doute, on regarde dans le Vidal. Je me suis fait aussi un petit aide-mémoire que je garde avec moi. Ce n'est pas vraiment un problème. »

Aurélie, qui voulait être IADE à ses débuts, a réuni des cours qu'elle compulse de temps en temps. Elle profite aussi de toutes les formations proposées, en interne par les médecins par exemple. Et l'infirmière se s'enthousiasmer : « je me retrouve passionnée par ce que je fais, comme au début ! ».

 Olivia Dujardin
Paru dans ActuSoins n°15

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

49 réponses pour “Infirmières libérales de retour à l’hôpital”

  1. Exactement ce que j ai fait et sans regrets pour l instant et ça fait déjà 5 ans

  2. Ça fait 4 ans que je me suis installée avec une collègue et une collaboratrice depuis 1an on bosse entre 10 et 13 jours par mois 15h par jour on gagne convenablement notre vie (beaucoup mieux que quand j’étais salariée) on a prit des assurances chère mais efficaces en cas d’arret IJ paye a partir du 3 iem jour les assurances sont en loi madelin donc déductibles j’ai 20 jours de repos par mois pour m’occuper de mon petit bonhomme bref ma vie de famille est beaucoup plus simple je ne quitterai le libéral pour rien au monde

  3. Non le problème est que trop de gens ont fait du libéral car ils pensaient gagner plus d’argent sans rien faire!!! L’effet de mode est passé, seuls restent les infirmiers qui aiment le domicile!!! 😉

  4. mclove dit :

    je suis effarée de ce que je lis d’abord infirmière libérale contre infirmière hospitalière et/ ou infirmière salariée? Quoiqu’il en soit c’est un métier un vrai qui a pou ravantage que l’on peut choisir et avoir le choix c’est quand même bien appréciable ne croyez vous pas ? Par contre tous ces propos réducteurs sans analyse par méconnaissance me font mal à mon “métier” Je ne suis pas loin de penser ,que ce type d’argumentaire ,sur ce sujet , vu par des yeux extérieurs , nous catalogues de “co…s”

  5. Personnellement je ne suis en libéral que depuis 2 ans mais je trouve que je n’ai pas à me plaindre. Nous sommes 5 inf à nous repartir le planning avec 2 tournées le matin et 1 l’après midi. Du coup 12 matins et 6 soirs par idel. 5h30 de tournée le matin, 3h30 l’am avec 1h de travail administratif et préparation des semainiers et 1/2h de permanence au cabinet. Le tel est coupé à partir de 19h, nous refusons les astreintes de nuit et pas de soins au – delà de 19h30. Les patients doivent se rendre aux urgences ou appeller le 15 si soucis.
    Après c’est un choix. On a pas 10000€ par mois mais un salaire qui reste confortable au regard de ce que j’avais à l’hôpital et une qualité de vie. Mais ayant fait du remplacament, tout les cabinets ne fonctionnent pas comme cela et je veux bien croire que certaines puissent baisser les bras

  6. Il y a 2 mois que je ai arrêté AUCUN REGRET! Après 2 mois de vacances je vais tout mettre en oeuvre pour être salariée !et avoir une vie normale une vraie vie !et surtout fini avec les papiers et rejets de teletrans

  7. Moi déjà 4 ans de libéral on travail a 5 j’ai 15jours de repos par mois une semaine de vacances par moi 3 semaines l’été pour avoir travaillée 4 ans a lhosto rien a voir regrette en rien les 35h car si vous regardé bien il y en a aucunes qui fait 35h car toujours heures sup les week-ends faut y aller aussi plus on vous rappelle pendant les repos alors que la j’ai des vrais repos pas de chef sur le dos

  8. Raz TaTaz dit :

    10 000 € de salaire par mois ??!!!.??!!!!! Et bin…. Je va changer de métier….

  9. En fait, vous n’êtes qu’une bande de feneasse à vous plaindre sans arrêt pour être à 35h. Le mal de notre pays est là. J’ai dans mon entourage plein d IDEL et aucun ne se plaint car ils ont fait le choix de la vie qu’ils voulaient. Pour certains + de 10.000 € de salaire par mois et encore heureux qu’ils doivent bosser pour les obtenir.
    Relisez vous…. car vous pensez tous que votre mal être est dû au système or il est dû à votre personne uniquement.

  10. Après 7 ans de libéral avec au milieu 2 grossesses et pas de remplaçantes !! 21 jours à bosser sans repos pour que ma collègue puisse partir en congés, après des levés à 5h et des fins de journées à 21h…J’ai arrêté le libéral et quand on me dit quand même tu gagnais mieux ta vie je réponds oui c’est sûr mais maintenant j’ai une vraie vie et je vois mes filles grandir

  11. Après 11 ans de libéral,j’ai réintégré une structure,aucun regret,seules mes collègues me manquent!!!

  12. Aline Wgnr dit :

    Intéressantes réflexions au final personnellement j’ai trouvé mon équilibre en HAD

  13. Retour à l’hôpital après 15 ans de libéral : fini le mal de dos et les semaines de 60 heures! Mais, outre le fait d’avoir le salaire d’une jeune diplômée (née après mon DE!), dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas (culpabilisation des équipes par les cadres, etc) m’a valu de ne pas voir mon dixième CDD (en 3 ans 3/4) renouvelé. Donc, au chômage, la vieille qui couterait trop cher (reprise d’ancienneté du CHU + gosses) !!

  14. Après trois ans de libéral je suis retournée a l hôpital et je ne le regrette absolument pas ! La mentalité les abus des collègues et des patients m ont complètement dégoutté. De plus j en avais assez de ne pas pouvoir stopper, en libéral on a toujours des appels meme au repos on continue a bosser avec les papiers les facturations… Et je me sentais vraiment seule, ravie d avoir retrouvé une équipe !

  15. Après quelques mois de remplacement en libéral je suis retourné à l’hôpital l’esprit d’équipe me manqué trop

  16. Vera Kha dit :

    de plus je ne faisais plus de soins techniques et cela me manquait en plus du travail d équipe .

  17. Enfin niveau salaire y a pas photo liberal!!!!!! Moins a plaindre que nous a l hôpital

  18. C est ce que je projette moi aussi après 5ans de libéral

  19. Je suis en plein dedans je viens de quitter le libéral pour retourner bosser en clinique

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
250 rq / 1,519 sec