Hôpitaux publics : Gels de crédits gouvernementaux

| | mots clefs : 7 réactions

Les déficits des hôpitaux publics pour 2011, qui concernent une grande majorité d'établissements, sont aggravés par le gel de crédits gouvernementaux, toujours pas débloqués à deux semaines de la fin de l'année.

Hôpitaux publics : Gels de crédits gouvernementauxSelon la Fédération hospitalière de France (FHF), qui représente les hôpitaux publics, 350 millions d'euros sont gelés au titre des Missions d'intérêt général et à l'aide à la contractualisation (Migac), des dotations que verse l'Etat pour des missions de service public.

Cette réserve budgétaire a été constituée par le gouvernement en début d'année sur un montant total pour ces Migac de 8 milliards en 2011. Elle doit normalement être restituée aux hôpitaux en fonction de leur respect des objectifs fixés en matière de maîtrise des dépenses de santé.

"L'objectif de progression des dépenses hospitalières était de 2,4% et nous avons fait 2,5%, donc on devrait nous restituer la majeure partie de ces 350 millions", estime-t-on à la FHF.

En évoquant les résultats pour 2011 de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), sa directrice générale Mireille Faugère a regretté jeudi le gel qui pèse pour 35 millions sur le budget du plus grand centre hospitalier universitaire (CHU) français.

Le déficit prévisionnel de l'AP-HP pour 2011 est de 130 millions, aggravé par le gel.

En 2010, selon la FHF, 21 des 30 CHU français étaient en déficit, de même que 223 des 556 plus gros hôpitaux. Le déficit global des quelque 1.300 hôpitaux publics avait atteint 433 millions en 2010.

Aux problèmes de déficit, se sont ajoutés récemment pour les hôpitaux publics des problèmes d'accès aux crédits bancaires. Cinq milliards de crédits ont été débloqués récemment par la Caisse des dépôts. Mais celle-ci "a parfois tendance à faire passer les collectivités locales avant les hôpitaux" déplorait récemment le président de la FHF Frédéric Valletoux.

Au même titre que certaines collectivités, quelque petits hôpitaux ont de surcroît souscrit des emprunts dits "toxiques", adossés à des produits financiers douteux et sont en grande difficulté financière.

L'encours de la dette des hôpitaux était de 24 milliards en 2009. Pour l'AP-HP il est de 2,1 milliards fin 2011.

Au début de son quinquennat, le président Nicolas Sarkozy avait fixé aux hôpitaux un objectif de retour à l'équilibre budgétaire pour 2012.

AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Hôpitaux publics : Gels de crédits gouvernementaux”

  1. Nurten dit :

    bein bravo le modernisme, l’évolution…

  2. Coralie dit :

    oui mickael je suis a 100% DACCORD AVEC TOI

  3. Mickaël dit :

    Ils faut laisser ceux qui sont au contact du malade ! Les cadres qui sont payés au café, réunion qui ne servent à rien etc…. Dehors !!!! Il en faut mais pas trop !!! Cadre, cadre sup, de pôle etc…

  4. Coralie dit :

    pas sous =pas de soins alerte nous allons tous mourir demain

  5. Annaig dit :

    ah ben bravo!!! comment va t on soigner les patients s’il y a pas de sous!!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
208 rq / 2,843 sec