“Prendre froid” : une réalité ?

| | mots clefs : 3 réactions

« Ferme ton manteau ! », « mets ton écharpe », « n’oublie pas ton bonnet »… Qui n’a jamais entendu ces phrases, ou les a dites à ses enfants, suivi de la sempiternelle menace « tu vas prendre froid ! », synonyme de « tu vas attraper un rhume » ? Une ritournelle qui revient chaque hiver, juste avant les chants de Noël.

"Prendre froid" : une réalité ?Mais sur quelle réalité scientifique repose t-elle ? Car, faut-il le rappeler, les rhumes, rhinopharyngites et autres angines sont dus à des agents infectieux, le plus souvent de type viral.

Le froid, même par temps humide, ne peut à lui aussi tout seul être à l’origine de ces symptômes !

Alors, oui ou non, attrapons nous plus de rhumes en hiver ? Pour ce qui est de la grippe, c’est très clair, elle sévit préférentiellement lorsque le froid arrive.

En attestent les bulletins hebdomadaires du GROG qui permettent de suivre en direct l’évolution de l’épidémie saisonnière en France et en Europe.


Quant aux infections virales des voies respiratoires supérieures, elles sont aussi plus fréquentes en automne et en hiver dans nos régions tempérées. Les virus impliqués sont variés (rhinovirus, virus respiratoire syncytial, ronavirus…) mais l’épidémiologie reste commune.1  C’est donc bien en hiver que l’on attrape froid !

Mais comment expliquer ces liens entre rhumes et froid ? Premièrement, certains virus et notamment celui de la grippe, survivraient plus facilement lorsque le fond de l’air est froid et sec. Mais ce qu’ils préfèrent avant tout, c’est valable pour la plupart des agents infectieux, c’est la promiscuité entre les gens et le manque d’hygiène !

Or il est clair qu’en hiver, la première est bien plus importante (confinement dans les transports, les lieux publics fermés, les domiciles…) et la seconde passe un peu aux oubliettes (lavages des mains moins fréquents, diminution de l’aération des espaces intérieurs…)

La transmission des virus seraient aussi favorisés par le retour à l’école des enfants en septembre et le cantonnement de ceux-ci de plus en plus important à mesure que le thermomètre baisse (1).

 Est ce que nous serions plus vulnérables en hiver ? Sans aucun doute, l’Institut de veille sanitaire estime ainsi qu’au moins un quart de la surmortalité hivernale est dû aux pathologies infectieuses des voies respiratoires (2) ! Et plusieurs études ont montré un lien entre baisse de la température extérieure et contagiosité des pathologies des voies respiratoires supérieures.

Ce serait dû en partie aux réponses physiologiques de notre organisme en hiver : pour combattre le froid il y a vasoconstriction d’où une moins bonne circulation sanguine, moins de soleil signifie moins de vitamine D, l’air sec et froid diminue l’efficacité des cils bronchiques et irrite les voies respiratoires… L’organisme ainsi fragilisé est plus vulnérable aux virus de l’hiver.

Comment éviter de prendre froid ? S’il n’y a pas de lien de causalité direct entre froid et rhume, il existe bien des risques de contamination plus élevés en hiver.  Et ce ne sont pas écharpes et bonnets qui en viendront à bout ! Pensez plutôt lavage des mains, aération des lieux clos, vaccination contre la grippe et même, port de masque si vous même êtes malade !

Émilie Gillet

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour ““Prendre froid” : une réalité ?”

  1. misskitty dit :

    j’adore le penser “vaccin anti grippale” et “port d’un masque” ben oui faut bien les vendre. l’argument est de poid vaccin anti grippale pour prevenir le rhume ?

  2. sophie dit :

    On parle de GROG dans l article …. Je dirais que le grog dont je parle est super efficace quand on a un bon rhume !!!!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
596 rq / 1,397 sec