Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer progresse

| 2 061 vues | 2 réactions

Un groupe d'experts internationaux, conduit par le français Bruno Dubois, propose une nouvelle définition de la maladie d'Alzheimer qui s'affranchit de la notion de démence et intègre une signature biologique de la maladie.

C'est une étude qui pourrait révolutionner le diagnostic de la maladie d'Alzheimer. Publiée dans la revue The Lancet Neurology, cette nouvelle approche permettrait de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer de manière fiable dès l'apparition des premiers symptômes, alors qu'elle n'est jusqu'ici que « suspectée » du vivant du patient à un stade déjà évolué de démence, puis « confirmée » par une biopsie cérébrale après sa mort.

"On dépoussière la définition de la maladie" qui classiquement était "anatomo-clinique", a expliqué à l'AFP le Pr. Dubois, directeur de l'Institut de la mémoire et de la maladie d'Alzheimer à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Le groupe d'experts qu'il a dirigé en 2007 a défini un état latent, dit «pré-clinique», dans lequel les patients présentent des biomarqueurs (modification de l'hippocampe, anomalie dans le liquide céphalo-rachidien,etc) sans souffrir encore des symptômes.

Le principal avantage de cette nouvelle définition, a souligné le Pr. Dubois, est qu'«elle va permettre de proposer des critères d'inclusion de patients pour des essais de nouveaux médicaments».

Le nombre de malades d'Alzheimer et des démences apparentées devrait doubler en 20 ans dans le monde, de 35,6 millions aujourd'hui à 65,7 millions en 2030.

Pour aller plus loin:

Le site de The Lancet Neurology

A.C.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
320 rq / 5,128 sec