Vaccination des moins de 16 ans : la HAS se positionne pour un élargissement des compétences des infirmiers, des pharmaciens et des sages-femmes

La Haute autorité de santé (HAS) est favorable à une extension des compétences vaccinales des infirmiers, pharmaciens et sages-femmes pour l'ensemble des vaccins obligatoires et/ou recommandés du calendrier vaccinal chez les enfants et adolescents de moins de 16 ans. 

Une recommandation similaire a été émise en janvier chez les adultes et adolescents à partir de 16 ans, note-t-on. 

Vaccination des moins de 16 ans : la HAS se positionne pour un élargissement des compétences des infirmiers, des pharmaciens et des sages-femmes

© AdobeStock

L'objectif est l'augmentation des couvertures vaccinales (notamment chez les enfants de 2 à 15 ans) par une simplification du parcours vaccinal et par la multiplication des opportunités de vaccination, fait savoir la HAS. 

Dans un avis validé le 23 juin,  la HAS recommande d'élargir la compétence de prescription aux infirmiers et aux pharmaciens pour les enfants âgés de 24 mois à 15 ans révolus, à l'exception des vaccins vivants chez les immunodéprimés. 

Ces recommandations concernent les vaccins suivants : BCG, Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite, Haemophilus influenzae de type b (HIB), Hépatite B, Coqueluche, Pneumocoque, Méningocoque B, Méningocoque C, Méningocoque ACYW, Rougeole-Oreillons-Rubéole, Papillomavirus humain (HPV), Varicelle, Grippe)


Les sages-femmes, quant à elles, devraient pouvoir prescrire ces mêmes vaccins aux enfants âgés de la naissance à 15 ans révolus. Jusqu'à présent, chez les moins de 16 ans, les sages-femmes pouvaient prescrire des vaccins uniquement chez les nouveau-nés, de la naissance à 29 jours (BCG et hépatite B)

La HAS recommande aussi d'élargir la compétence d'administration des pharmaciens, pour qu'ils puissent administrer des vaccins aux enfants âgés de 24 mois à 15 ans révolus, notamment pour les rappels et les rattrapages, à l'exception de la grippe saisonnière des enfants qui présentent des allergies à l'ovalbumine ou à une vaccination antérieure pour la vaccination contre la grippe saisonnière. Pour les sages-femmes, la HAS recommande d'étendre aussi cette possibilité d'administration, de 29 jours à 15 ans. Jusqu'à présent, note-t-on, les sages-femmes administraient les vaccins aux seuls nouveau-nés et aux  femmes. 

La compétence d'administration chez les infirmiers ne sera pas élargie puisqu' ils étaient déjà autorisés, sur prescription, à administrer tous les vaccins inscrits au calendrier vaccinal. 

Formation certifiante

La HAS recommande aussi de subordonner l'élargissement des compétences des professionnels de santé concernés à la conduite d'une formation certifiante pour les professionnels n'ayant pas suivi des modules spécifiques de vaccination infantile (les sages-femmes n'étant pas concernées par cette formation). 

Il faudrait aussi, estime la HAS, renforcer la formation initiale et continue des professionnels de santé, en vaccinologie et sur les enjeux de santé publique, subordonner l'élargissement à la mis en place effective de l'outil de traçabilité et d'aide à la décision, favoriser les visites médicales pour permettre le maintien d'un suivi et d'inscrire la démarche dans le cadre d'un parcours de santé global de l'enfant et de l'adolescent. 

Rédaction ActuSoins


Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Vaccination des moins de 16 ans : la HAS se positionne pour un élargissement des compétences des infirmiers, des pharmaciens et des sages-femmes”

  1. DRIGNY O dit :

    Il faut saluer cet évolution attendue depuis longtemps. Je souligne que les Infirmières puéricultrices sont cette fois encore oubliées dans la mise en oeuvre de leurs compétences et l’élargissement de leurs prérogatives. Ne serait il pas logique que les sages femmes et les puéricultrices puissent vacciner les enfants et leur entourages ?
    Subordonner l’élargissement à l’utilisation d’un outil de traçabilité et d’aide à la décision numérique inclu dans le nouveau DMP montre la voie à suivre brillamment ouverte par l’application tous anti COVID.

Réagir à cet article

retour haut de page
371 rq / 3,678 sec