« Yannou panse vos vidéos » : un infirmier avec une caméra à la main

Yann Rolland, infirmier et vidéaste de Grenoble, réalise des vidéos pour témoigner des belles rencontres que son métier lui permet de faire avec des patients, personnes malades ou souffrant de handicap.

« Yannou panse vos vidéos » : un infirmier avec une caméra à la main

© DR

« J'ai toujours rêvé d'être un infirmier avec une caméra à la main », raconte Yann Rolland, infirmier de 26 ans. Diplômé depuis tout juste un an, il a réalisé ce rêve puisqu'il conjugue aujourd'hui l'exercice de son métier et la réalisation de vidéos orientées sur la rencontre avec les patients.

Il publie régulièrement sur son site et sa page Facebook des vidéos qui reçoivent une audience conséquente.

Il a par exemple filmé un gamer invétéré, tétraplégique, qui commande tout chez lui par la voix et le joystick avec sa bouche, une petite fille avec un handicap invisible à l'école, le syndrome de Prader-Willi, un homme qui ne communique qu'avec ses yeux, un autre qui s'est aménagé un petit fourgon pour voyager malgré son handicap moteur. Ou un « after movie » de l'Université d'été de la FNESI.

Casser les clichés

Yann Rolland, infirmier et vidéaste de Grenoble

© DR

Les personnes qu'il filme sont des patients qu'il rencontre par le biais de son travail, des personnes qui le contactent par les réseaux sociaux ou avec qui il entre en relation par le bouche à oreille. Souvent, ils « ont une philosophie de la vie ou une approche très particulière que je trouve intéressante et qui peut intéresser les gens », explique Yann Rolland.

Face à la maladie ou au handicap, précise-t-il, « ils se sont adaptés, ont trouvé des mécanismes et nous font relativiser les difficultés de notre quotidien ». Son but : casser les clichés et partager les belles rencontres que son métier lui permet de faire, les histoires de vie qu'il découvre, « pas forcément tristes ou malheureuses », des échanges parfois drôles ou décalés, « avec beaucoup de "couleurs" ».

Etudiant en IFSI, « j'ai commencé à réfléchir à faire des vidéos sur des thématiques de santé, poursuit l'infirmier. C'était compliqué, ce sont des milieux difficiles à approcher, concernés par des tabous et le secret professionnel ». Mais son envie et sa sensibilité étaient plus forts.

Il s'est formé seul à la vidéo et dès qu'il a été diplômé, il a créé sa micro-entreprise de vidéaste. Il a aussi organisé son mode d'exercice pour pouvoir dégager du temps facilement pour mener cette activité secondaire mais néanmoins importante pour lui.

Un contrat à plein temps ne le lui permettrait pas alors il privilégie les contrats de remplacement très courts, « deux jours pas plus », dans la même structure ce qui lui permet d'avoir des relations suivies avec ses patients. Il ne travaille donc qu'à mi-temps ou trois quarts-temps. « J'ai de la chance, comme infirmier, il y a du boulot », observe-t-il.

Susciter le débat

© DR

Pour le moment, cette formule lui convient, même si son activité de vidéaste n'est que très peu lucrative (malgré quelques films réalisés pour des associations ou des particuliers). Elle lui laisse la possibilité de passer du temps avec ses « personnages » et de varier les façons de filmer.

Dans une pièce où le patient est immobile, en extérieur, avec un drône... Avec son regard de soignant, il choisit un « angle », la facette de la vie de la personne qu'il va présenter de manière privilégiée. « Ce sont des films qui se prêtent beaucoup au débat, aux interrogations », remarque Yann Rolland.

Il les montre d'ailleurs dans des écoles de soins infirmiers à des futurs soignants avant de débattre avec eux. Très sollicité par les réactions à ses vidéos postées sur Facebook, il répond, volontiers, avec les personnes filmées, aux questions que les spectateurs se posent... Etre disponible pour l'échange, pour Yann Rolland, « c'est ça aussi être un professionnel de santé ».

 

Géraldine Langlois

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Actusoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
333 rq / 3,381 sec