Espagne : la loi limitant l’avortement…avorte

| 153 vues | | mots clefs : , Pas de commentaire

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a confirmé, mardi 23 septembre, le retrait du projet de loi sur l’avortement conçu par le ministre de la justice, Alberto Ruiz-Gallardón (qui démissionne).

Espagne : la loi limitant l'avortement...avorteCe projet, modifiant la précédente loi adoptée en 2010 par le gouvernement socialiste, proposait de réduire considérablement le droit à avorter en Espagne, qui autorise actuellement l’avortement jusqu’à quatorze semaines de grossesse pour toutes les femmes.

Le projet ne permettait ainsi de recourir à une interruption volontaire de grossesse (IVG) que dans trois cas : le viol, attesté par un dépôt de plainte, un « un risque durable ou permanent » pour la santé physique ou psychique de la mère, certifié par deux psychiatres, ou une malformations grave du foetus « incompatible avec la vie » (ce qui excluait les malformations physiques).

Certes, les espagnoles doivent rester vigilantes car le président du gouvernement espagnol, pour qui il s'agissait d'une importante promesse électorale n'a pas tout a fait capitulé : "Le gouvernement a fait le plus d’efforts possible pour tenter de parvenir au meilleur consensus possible. Nous allons continuer à étudier des formules permettant de parvenir à un meilleur accord sur la réforme. Mais en ce moment, je crois avoir pris la décision la plus sensée."

Il est vrai des études sociologiques menées par le célèbre institut espagnol Pedro Arriola tendent à prouver que la loi de restriction de l’avortement a été préjudiciable aux intérêts électoraux du PP qui a perdu des voix aux élections européennes. Même au sein du Parti Populaire, le parti du gouvernement, les dissensions étaient vives.

En outre, selon des sondages publiés en janvier , "entre 73 % et 76 % des Espagnols considèrent que la loi actuelle, qui autorise l’avortement dans les quatorze premières semaines de grossesse, ne devrait pas être modifiée." Espérons que cela suffise pour que le gouvernement ne ressorte pas un nouveau texte.


Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
812 rq / 3,109 sec