Formation infirmière : le web santé et l’éducation thérapeutique

| 1 183 vues | | mots clefs : , Pas de commentaire

L’utilisation d’internet et des web santé par les patients chroniques se développe. Un formatrice en IFSI appelle les soignants à prendre en compte cette évolution et à s’en saisir comme potentialité dans le cadre de l’éducation thérapeutique.

"Différents facteurs peuvent limiter l’efficacité d’une démarche éducative, mais la relation instaurée entre le professionnel de santé et le patient en est un élément primordial. Une source de difficulté est le décalage de point de vue entre le monde médical et le monde profane", souligne Marie-Annick de Biasi, cadre formatrice à l’IFSI Saint-Joseph.

Dans cette étude, celle-ci s’interroge sur la manière d’intégrer le développement des sites web-santé dans les enseignements en lien avec l’éducation thérapeutique patient (ETP) en formation initiale des infirmières.

"Selon l’étude WHIST réalisée en 2007, 30 % des utilisateurs web ont déjà effectué des recherches pour la santé. Les personnes ont recours à Internet pour mieux comprendre les informations données par les médecins ou pour trouver d’autres informations que celles qui leur sont fournies", note cette formatrice.

"Les différents travaux menés sur ces réseaux sociaux démontrent que les partages d’expériences et d’informations participent à l’apprentissage social par la construction de savoirs expérientiels provenant de ces communautés d’intérêt", ajoute-t-elle. C’est "un nouveau champ de compétence en santé ".

Pour cette formatrice, « les études sur les réseaux sociaux et les communautés de patients convergent avec les travaux à orientation médicale pour démontrer l’intérêt de l’utilisation des technologies dans le processus d’apprentissage des patients. (…) Le recours à Internet comme outil d’éducation thérapeutique apporte un bénéfice sur l’évolution de la pathologie des patients, supérieur ou égal aux modes de usuels ». 


Ce recours "permet au patient une construction identitaire en lien avec un rôle actif dans la gestion de sa maladie, sans pour autant mener à la disparition de l’expert, puisque c’est davantage le type d’interactions qui est modifié, dans une relation moins asymétrique". 

"Internet est perçu comme vecteur d’innovation économique et sociale, et le Web offre des opportunités pour développer de nouvelles formes de communication. Pourtant, les professionnels de santé en France ont peu investi ces potentialités. L’enrichissement des connaissances des professionnels par la prise en compte des savoirs « profanes » est encore peu abordé", souligne-t-elle.

"L’analyse des contenus de blogs ou de forums de discussion par des professionnels de santé est une piste de travail qui pourrait être intégrée à l’élaboration des programmes d’éducation thérapeutique. De plus, l’usage d’Internet apporte un niveau supplémentaire dans l’information délivrée par les professionnels de santé : au-delà de la connaissance sur la maladie et les traitements, les soignants pourront jouer un rôle dans l’orientation des usagers vers des sites de qualité certifiés.

(…) Dans une logique de soin, les professionnels de santé doivent développer une pratique de soin partagée, nécessaire à l’amélioration de la vie quotidienne des personnes atteintes de maladie chronique, et prenant en compte les usages d’Internet", conclut Marie-Annick de Biasi.

Rédaction ActuSoins, avec Adjectif

Lire l'intégralité de l'étude 

Pour aller plus loin : les formations pour les infirmiers de nos partenaires

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
1131 rq / 5,546 sec