Aquilino Morelle, ce secrétaire d’Etat à la Santé auquel vous avez échappé.

Il y a encore peu, avant que Marisol Touraine ne récupère finalement la santé en plus des affaires sociales, il était en lice pour devenir le nouveau secrétaire d’Etat à la Santé. Mais depuis, tout a basculé dans la vie d’Aquilino Morelle, fidèle conseiller de François Hollande. Des révélations médiatiques faisant état de conflits d’intérêts et de travaux cachés pour un laboratoire médical, ont eu raison de sa carrière.  

Aquilino Morelle, ce secrétaire d'Etat à la Santé auquel vous avez échappé.Intrigué par le comportement de ce médecin, énarque, ancienne plume de Lionel Jospin à Matignon, Mediapart a enquêté pendant six semaines sur Aquilino Morelle.

Et ce que ce média a découvert n’est pas sans conséquence pour la carrière de celui qui était, jadis, inspecteur à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), grand corps d’Etat chargé des affaires sociales et sanitaires.

Mediapart a en effet révélé qu’Aquilino Morelle avait travaillé « en cachette » pour un laboratoire pharmaceutique danois - Lundbeck, à l’époque où il était inspecteur à l’IGAS. Révélations embarrassantes pour celui qui a signé un rapport très médiatisé sur le scandale sanitaire du Mediator.

Mis en relation avec ce laboratoire par un professeur de l’AP-HP, Aquilino Morelle avait pour mission d’organiser, pour le compte de ce laboratoire, deux rendez-vous avec des membres du Comité économique des produits de santé (CEPS) - qui fixe le prix des médicaments et les taux de remboursement - afin notamment de stabiliser les prix de l'antidépresseur Seroplex®.

Il aurait été rémunéré 12 500 euros hors taxe, pour cette prestation. Il lui est reproché de ne pas avoir déclaré ces missions à l’IGAS et donc de s’être placé en situation de conflit d’intérêt. Interrogé par Mediapart, Aquilino Morelle a répondu par email, assurant que tout avait été fait dans les règles. Il affirme également que « ces activités ont dû être déclarées à l’IGAS ». « Je n’en ai pas retrouvé la trace en dépit de mes recherches, a t-il écrit. Ce sont des faits anciens – sept ans – et banals. »

Quelles sanctions ?

Pas si banal ! En effet, le chef de service de l’IGAS de l’époque, André Nutte, a affirmé à Mediapart, ne pas se souvenir avoir signé une telle autorisation, affirmant que « cela n’a pas de sens » car « c’est comme si l'on accordait le droit à un directeur d’hôpital entré à l’IGAS d’aller travailler parallèlement dans une clinique privée. Ou à un inspecteur du travail, de conseiller une entreprise. »

Egalement interrogée par Mediapart, l'IGAS a répondu qu'elle avait donné son feu vert à Aquilino Morelle, avant de se rétracter et d'indiquer que son autorisation ne portait que sur des cours donnés à l'université Paris I.

Mediapart précise que cette double activité peut être considérée comme une prise illégale d'intérêts, un délit puni au moment des faits de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

Depuis ces révélations, Aquilino Morelle a fait part, le 18 avril, de sa décision « de mettre fin à ses fonctions de conseiller à la présidence de la République », démentant toutefois les accusations de conflit d'intérêts et assurant n'avoir commis « aucune faute ».

Des comptes lui sont maintenant demandés, notamment par l’ancien président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), qui réclame son audition devant la commission des affaires sociales du Palais Bourbon afin d’y voir plus clair sur les conflits d’intérêts en cause, et l’éventualité de sanctions disciplinaires et pénales.

Selon une source proche du dossier, le parquet national financier a aussi ouvert une enquête préliminaire sur les liens passés du Dr Morelle avec des laboratoires pharmaceutiques.

 Rédaction ActuSoins, avec Mediapart

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Aquilino Morelle, ce secrétaire d’Etat à la Santé auquel vous avez échappé.”

  1. Motarde de DIJON dit :

    Et dans l’affaire du sang contaminé, j’ajoute Georgina DUFOIX, ancienne ministre de la santé sous la présidence de MITTERAND… Sa fameuse phrase:  »Je suis responsable, mais pas coupable »… Délicieux!

  2. ridfa69 dit :

    PAS pire que les autres PS fabius sang, aubry amiante, cahuzac implant,etc etc etc

Réagir à cet article

retour haut de page
333 rq / 4,447 sec