Burn-out infirmier : un nouveau marché

| 3 358 vues | | mots clefs : , 18 réactions

Le spécialiste du bien-être au travail et de la prévention des risques psychosociaux Qualisocial lance une offre dédiée aux établissements d'hébergement de personnes âgées dépendantes.

Burn-out infirmier : un nouveau marchéCette nouvelle offre s'adresse aux soignants (accompagnement, médiation, etc.), aux patients et à la famille (relais social et soutien psychologique). "Cela vise à répondre au besoin d'écoute des résidents et à éviter aux soignants de subir toutes les craintes des familles", explique Camy Puech, qui souligne qu'il s'agit d'une "forte demande des établissements"..

Filiale de DirectMedica, Qualisocial accompagne depuis plusieurs années les établissements de santé, de manière régulière ou lors d'interventions d'urgence.

"Le secteur de la santé est en retard dans le domaine de la prévention des risques psychosociaux", estime Camy Puech, responsable développement chez Qualisocial.

Les professionnels de la santé font pourtant face à des problématiques spécifiques. "Le risque de burn-out (syndrome d'épuisement professionnel, NDLR) y est élevé, en particulier dans les services lourds, comme la psychiatrie, les urgences ou les soins palliatifs", témoigne Nicolas Apruzzese, psychologue clinicien. "La gestion du rapport au corps de l'autre ou à la souffrance d'autrui travaille aussi les soignants", ajoute-t-il. A cela s'ajoute "la rigidité de la structure et des statuts",  particulièrement délétère à l'hôpital.

Des psychologues pour l’hôpital

Si les hôpitaux sont en retard sur la question du bien-être au travail, ils "font beaucoup appel aux psychologues", observe Nicolas Apruzzese. Un "traitement des conséquences" nécessaire, mais qui doit s'accompagner de réflexions sur les causes. "Il faut commencer par mettre en avant le fait qu'il y a des soucis dans l'établissement ; leur traitement via des formations et des audits devient ensuite une évidence, même si les hôpitaux le font peu pour l'instant", souligne le psychologue.

Qualisocial propose trois approches pour répondre à ces problématiques : le conseil (observatoire de la santé, diagnostic des RPS, audits sociaux), la formation (communication, tables rondes, journées de sensibilisation, etc.) et le soutien.

Tous secteurs confondus, ce spécialiste qui dispose de 180 psychologues partenaires, répartis sur tout le territoire a suivi depuis 10 ans plus de 700.000 salariés en France, en particulier au sein des entreprises.

"Le soutien aux salariés se fait à l'extérieur des établissements, pour une question d'indépendance vis-à-vis de la direction et pour que les salariés aient vraiment l'impression d'aller vers le psychologue", explique Camy Puech. 15 autres psychologues sont joignables directement grâce à un numéro vert, la nuit ou pour les situations d'urgence.

La société, qui a signé des accords-cadres avec certaines structures, réalise des diagnostics de risques psychosociaux et des facteurs de pénibilité et forme des CHSCT à l'identification et la prévention de ces risques. Elle accompagne aussi la direction générale dans une démarche de prévention collective, par le biais de formations spécialisées (directeurs, managers, employés) et de tables rondes. Un psychologue indépendant peut par exemple se rendre sur le site pour animer des groupes de paroles ou analyser les pratiques.

"Ce travail dure plusieurs années, car on ne change pas des comportements en une formation", prévient Nicolas Apruzzese.

 Redaction Actusoins, avec DirectHôpital (APM)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

18 réponses pour “Burn-out infirmier : un nouveau marché”

  1. Sadia Hales dit :

    Et moi je vais prendre soin de moi..,en me cassant sous le soleil..

  2. Maud Robin dit :

    Les jeunes, bougez vous ! Faites evoluer vos conditions de w ! Si vous ne bougez pas, PERSONNE NE LE FERA POUR VOUS !!!et ca c est sur ! Trop de gens font du fric sur notre dos et pour cela nous font prendre plus de risques…qd on se sera plante a cause :
    Trop de choses a fairr,
    Pas de materiel Qui marche bien,
    Manque de personnel,
    Burn out
    …….. la liste est longue… bref…vous savez touss ce que je veux dire… allez courage !

  3. Maud Robin dit :

    David Cosentino c est ce que j ai dit a ma fille … tout sauf ide…et au bout de 36 ans de w dont 30de nuit en ped-neonat et bien je suis cassee de partout et handicapee. Bref je ne regrette pas car j ai adore mon metier, mais pour ameliorer .notre taf il va falloir gueuler plus fort que les autres !!! Et ca c est pas evident ds ce metier! En 20 ans de syndicalisme le para medical est sous represente et ne se bouge pas le cul….

  4. Métier de malade, ne faites jamais ce métier

  5. Monica Mona dit :

    Ah j ai envie de prendre ma retraite moi:) c est de plus en plus dur de charger les bateries…:(on les charges une semaine de vacances …elees ont decharge dans un jour….que faire….

  6. déjà embauché plus de soignant serait pas mal et favoriserais la relations patient soignant!

  7. j ai fait un Burn out après 9 ans … j ai pris deux ans de congé sans solde. Et je reviens fraiche … mais pour combien de temps encore ?

  8. eusebe dit :

    C’est cher ?

  9. Nol Venn dit :

    Plutôt que de payer des psys pour mieux faire taire les soignants en souffrance, il faudrait revoir le problème à la source et rééquilibrer le ratio patients / soignants…

  10. Del Ph dit :

    Épuisement en libéral ça existe aussi!

  11. Je trouve , car je suis un Soignant en EHPAD , que cette situation instable profite beaucoup aux psychologues qui traitent soi-disant le mal être via l’échange verbal. Je trouve aussi qu’il faudrait remettre en question la posture des psychologues , qui ne font que parler et qui mettent à chaque fois dans les transmissions ciblées que la personne était apaisée. ???

  12. comment les soignants peut prendre soins des malades quand personne prendre soin de nous ??? un jour si nous continuons comme ca il n aurai plus de soignants ….

    • mais pas ou peu de personnes se soucient de cela On s en prend plein la gueule et on doit quitter le boulot BLANCHE COMME NEIGE !!!! et nos patients qui ns disent oh je ne pourrais pas faire ce que vs faites !! oui mais à quel prix ns le faisons et laissons nos problèmes au vestiaire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! en peux plus moi et on fait entrer à l hosto des médecines douces MAIS FAITES NOUS EN PROFITER LES DIRECTEURS SUR NOTRE TPS DE TRAVAIL !!!!!!!!!!!!!!!!

    • Seb Ace Tien dit :

      surtout qu’il est marrant d’entendre les médias dire, oui les français aiment les infirmières et professions de la santé et puis quand ils sont hospitalisés, ces même français t’ordonnent, on est les bonniches de service..etc…alors MDR…respects pour les IDE aides soignantes et autres soignants….

    • peutetre quand on serai reconnue autrement que paramédicaux mais comme professionnel de sante a part entier avec une role complimetaire de ceux des médecins l image de notre profession advancerai???

  13. Nos employeurs oublient de PRENDRE soin de nous tous Alors que nous donnons , donnons on est toujours dans le prendre soin de L AUTRE !!! mais qui prends soin de nous CE N EST PAS LE ROLE DE NOS FAMILLES !!!! cela doit etre mis en place par nos employeurs mais !!!!!!!!!!!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
369 rq / 4,501 sec