Pandémies virales : un prix Nobel de médecine critique les « scénarios catastrophes »

| 514 vues | | mots clefs : , 4 réactions

Peter Doherty, prix Nobel de médecine en 1996, a critiqué mardi les "scénarios catastrophes" annonçant un nouveau grippal susceptible de tuer des millions de personnes dans le monde, affirmant que les scientifiques étaient désormais bien armés pour répondre aux pandémies.

Pandémies virales : un prix Nobel de médecine critique les "scénarios catastrophes"

Virions grippaux quittant leur cellule hôte, vus en microscopie électroniques - Cynthia Goldsmith - CDC

Selon ce biologiste australien spécialiste d'immunologie, un nouveau à forte mortalité et très contagieux pourrait surgir sans pour autant entraîner les conséquences de la "grippe espagnole" en 1918.

"Un grand nombre des morts (en 1918) sont imputables à des infections bactériennes secondaires et naturellement nous disposons aujourd'hui d'antibiotiques pour traiter ces infections bactériennes secondaires", a-t-il affirmé devant des étudiants de l'université d'Otago, à Wellington.

"Quand on parle de pandémies, on évoque toujours ces scénarios catastrophes, ça passe bien à la télévision, et on écrit un tas de livres sur ces infections terribles qui vont tous nous tuer", a-t-il ironisé.

"Mais je pense que nous nous en sortirons bien mieux qu'avec la plupart des pandémies survenues par le passé", a-t-il poursuivi.


La grippe de 1918, de type H1N1, a fait autour de 50 millions de morts jusqu'en 1920.

En 2003, il avait fallu trois mois pour analyser la souche de l'épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) qui avait causé la mort de plus de 800 personnes en Chine, déclenchant une alerte sanitaire à l'échelle mondiale. Aujourd'hui, quelques jours suffiraient, selon lui.

"Nous sommes extrêmement bons dans le diagnostic viral, la vitesse de détection et ce genre de choses, bien mieux que dans le passé, donc je ne crois pas qu'une pandémie puisse nous décimer", a-t-il répété.

En 2009, une épidémie mondiale de H1N1 avait provoqué la mort d'au moins 18.500 personnes entre avril 2009 et août 2010, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un taux de mortalité relativement faible pour ce genre de virus, a souligné M. Doherty.

Un autre virus, le H7N9, a contaminé une centaine de personnes en Chine depuis le mois de mars, faisant 35 morts, et un coronavirus proche SRAS, détecté pour la première fois au Moyen-Orient, a contaminé une quarantaine de personnes, dont 20 sont décédées.

Rédaction ActuSoins, avec AFP


Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Pandémies virales : un prix Nobel de médecine critique les « scénarios catastrophes »”

  1. Marie dit :

    en attendant la grippe H1N1 a coûté cher à la société , il y a des stocks de masques et de solutions décontaminantes dans toutes entreprises dont les dates de péremption vont être bientôt depassées , il y a un stock de vaccin qui traine ( on a pas reussi à le refiler en Afrique ) …………….

    • cath dit :

      Pas de problème, tout est actuellement détruit (même gratos, il était impossible de fourguer le reste..) :

      [ Près de 6 millions de personnes ont été effectivement vaccinées (avec une ou deux doses). 12,6 millions de doses ont été données à l’Organisation mondiale de la Santé et 314.000 revendues au Qatar et à Monaco.

      Restaient 18,9 millions de doses à détruire, en fonction de leur date d’arrivée à péremption, a précisé M. Coudert, président de l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus). Leur destruction, par incinération, sera achevée au 30 novembre, a-t-il indiqué. Le coût de cette destruction « est estimé à 60.000 euros environ », a-t-il précisé. ]

  2. Selim dit :

    Sans peur, beaucoup de médias mettraient la clé sous la porte!

    • cath dit :

      Sans peur, les industriels peineraient à vendre les vaccins, comme nous l’avons constaté.. Les médias n’ont fait que suivre les leaders d’opinion et, hélas, les autorités de santé lors de la dernière « pandémie ».

Réagir à cet article

retour haut de page
1175 rq / 6,331 sec