Utilisation de messageries instantanées par les soignants : quelle réglementation ?

De plus en plus de soignants et de personnels d’encadrement des établissements sanitaires ou médico-sociaux utilisent, dans leur pratique professionnelle, des messageries instantanées (Messenger, WhatsApp, Telegram…) pour échanger sur des patients.

Cet article a été rédigé par un juriste en droit de la santé et de la protection sociale, pour Actusoins.com. 

L'Agence nationale du DPC vient d'annoncer début mai 2021 que plus des 2/3 du budget annuel dédié à la formation des infirmiers libéraux étaient déjà consommés. D'ici quelques semaines, il ne sera plus possible de se former.
Avez-vous bien utilisé votre forfait annuel de 14h de formation prises en charge par le DPC ?
En partenariat avec Actusoins, vous vous proposons 8 formations DPC en Elearning avec une session débutant le 15 juin (mardi prochain) :
Prado IC & BPCO
Plaies, pansements et cicatrisation
Prise en charge du patient diabétique
BSI & DSI
Hypnose conversationnelle et hypnoanalgésie
PICC-line, CCI, stomies et autres soins techniques
Prise en charge du patient atteint d'Alzheimer
Oncologie, Prise en charge de la douleur à domicile

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Utilisation de messageries instantanées par les soignants : quelle réglementation ?”

  1. Emy dit :

    Une question: cette interdiction est-elle également valable quand le patient dont il est question, n’est pas identifiable (c’est-à-dire si son nom n’apparaît pas)?

    Répondre moderated
  2. nanas dit :

    Dans le secteur libéral, nous utilisons beaucoup le téléphone portable. Les informations sont données et reçues via ce moyen et ce, depuis toujours.

    Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
278 rq / 1,451 sec