Espace Expert

Rechercher une question

Poser une question Répondez à une question

Maltraitance

1 réponse

Bonjour, au secours!
Je suis infirmière en EHPAD. Une de mes collègues IDE a admis avoir giflé une résidente.
Côté hiérarchie : la directrice est en arrêt maladie longue durée et c'est sa secrétaire qui fait tout son possible pour la remplacer, il n'y a ni cadre ni infirmière coordinatrice.
La résidente est atteinte de démence et n'a plus les moyens physiques et cognitifs de se défendre. Sa famille ne vient presque plus la voir.
Une réunion en équipe est prévue avec un psychologue externe à l'établissement afin de permettre à tout le monde de s'exprimer.
En revanche, aucune sanction ne sera mise en place vis-à-vis de l'infirmière, il y a simplement un mot dans son dossier (propre à l'établissement).
La famille et le de la résidente ne seront pas prévenus, et rien n'est mis en place pour la personne âgée.
Le médecin coordonnateur a organisé une réunion avec les infirmiers car un malaise général s'est installé. Il a exprimé la nécessité d'une sanction, de montrer que l'institution est cadrante et ne tolère pas ce genre de geste ; le problème c'est qu'il n'est pas décisionnaire et n'a pas le pouvoir de sanctionner.
Ma collègue s'est mise en arrêt en attendant que çà se tasse.
Je me sens très mal car je me sens complice de cet acte puisque rien n'est fait. Cette infirmière crie sur les résidents, les brutalise dans ces gestes et dans ces paroles. Elle a fait pleurer plusieurs AS et s'est disputée violemment avec un autre IDE. Tout le monde la craint, la hiérarchie est au courant mais ne bouge pas.
je voudrais votre avis et vos témoignages, car je ne sais pas ce que je dois faire. Ce n'est pas mon rôle de la dénoncer, les conditions de travail sont difficiles et il peut arriver à n'importe quel soignant de craquer. Je trouve normal de soutenir ma collègue IDE car la est essentielle dans notre métier et qu'elle est aussi victime de nos conditions de travail, c'est même moi qui ait suggéré l'intervention du psychologue à mes supérieurs. Mais je ne peux pas accepter que le geste soit ignoré. Si c'était un membre de notre famille, comment réagirions-nous?
Merci de vos réponses.

Signaler un abus Répondre à cette question

Réponse n°1

Réponse postée par : yann frat

Plus 7 Moins 0

Tiens tout d'abord lis ça :

http://vosdroits.service-public.fr/F861.xhtml

Et la réponse est très claire, tu es dans l'obligation de déclarer aux autorités des gestes de maltraitance sinon tu en es complice. Ce n'est pas une question d'équipe, c'est une question personnelle.

Bon courage !

Pas encore membre ?

Vous devez être connecté pour répondre à cette question.

S'inscrire S'identifier

retour haut de page
690 rq / 1,407 sec