Espace Expert

Rechercher une question

Poser une question Répondez à une question

Protocoles pour soins d’escarre

3 réponses

quels sont les différents mis en place pour les différents stades de l'escarre?

Signaler un abus Répondre à cette question

Réponse n°1

Réponse postée par : will

Plus 37 Moins 4

bonjour,

Stade I, la rougeur :

Supprimer la pression en changeant la position du patient toutes les 2 à 3 heures, utiliser si besoin (urines, macération) un film semi-perméable ou un hydrocolloïde transparent.
Les massages, frictions, applications de glaçons et d’air chaud sont interdits.

Stade II, la phlyctène :

Evacuer le contenu et maintenir le toit de la phlyctène, recouvrir avec un pansement hydrocolloïde ou un pansement gras.

Stade III et IV, l’ulcère constituée :

Epidermisation La détersion est nécessaire sur les plaies nécrotiques et/ou fibrineuses. Elle peut être mécanique (en évitant saignement et douleur) ou aidée par un pansement tel que alginates ou hydrogel.
Recouvrement de la plaie par un pansement qui doit maintenir un milieu local favorisant le processus de cicatrisation spontanée. La revue de littérature ne permet pas de préconiser un pansement plutôt qu’un autre. Le choix du pansement s’appuie sur l’aspect de la plaie :

- Plaie anfractueuse : hydrocolloïde pâte ou poudre, alginate mèche/hydrofibre mèche, hydrocellulaire forme cavitaire.
Bourgeon propre

- Plaie exsudative : alginate / hydrocellulaire, hydrofibre.

- Plaie hémorragique : alginate.

- Plaie bourgeonnante : pansement gras, hydrocolloïde, hydrocellulaire.

- Bourgeonnement excessif : corticoïde local, nitrate d’argent en bâtonnet.

- Epidermisation en cours : hydrocolloïde, film polyuréthane transparent, hydrocellulaire, pansement gras.

- Plaie malodorante : pansement au charbon.

Quel que soit le stade, le nettoyage de la plaie et de son pourtour se fait à l’aide du sérum physiologique, l’utilisation d’antiseptiques est contre indiquée.

La chirurgie de recouvrement d’escarre est nécessaire en cas de nécrose tissulaire importante, d’exposition des axes vasculo- nerveux, des tendons, des capsules articulaires, de l’os.
Il existe différentes techniques de recouvrement d’escarre, le choix dépend de l’importance des lésions et des possibilités d’autogreffes.

Système VAC

Traitement par depression (systèmes VAC ou VISTA) : il existe actuellement des dispositifs permettant de traiter les escarres stades III ou IV (après détersion des tissus nécrosés) par un système de drainage réalisant un vide permanent ou intermittent au sein de la lésion. Ce moyen coûteux est en cours d'évaluation en milieu de rééducation pour les plaies chroniques des patients neurologiques à mobilité réduite.

voilà

Réponse n°2

Réponse postée par : papillon

Plus 5 Moins 1

Il existe aussi une technique de detersion des escarres stade III/IV par un système de type "jetox".
Cela consiste en une detersion mécanique avec de sérum physiologique pulsée par air. Une sorte de mini karcher.
Soin trés éfficace, à répéter quotidiennement, mais qui à l'inconvénient d'etre particulièrement long à pratiquer. Il faut compter au minimum une demi heure par escarre. Le temps gagné sur la phase de décapage est considérable, et permet de passer à la phase de reconstitution des tissus trés rapidement.

Bien évidemment le soin est +/- douloureux selon les cas, et nécessite une couverture antalgique préventive.
Une petite démonstration schématisée et trés courte qui permet de visualiser le principe de la technique.
http://www.eurosilicone.fr/jetox/jetox.htm

Technique trés appréciée par notre médecin gériatre.

Réponse n°3

Réponse postée par : Elsewhere

Plus 1 Moins 0

Bonjour,

La réponse de Will est très complète. Je souhaitais simplement ajouter un ou deux point(s) par rapport à mon expérience professionnelle au quotidien (USLD/EHPAD).
Nous avons des protocoles de service qui diffèrent quelques peu de ces recommandations.
- Au stade de la phlyctène, nous ne la perçons pas mais appliquons un pansement hydrocolloïde dessus, que nous laissons en place jusqu'à saturation (la phlyctène sera alors percée) ou décollement spontané. (! surtout ne pas arracher le pansement !)
Ensuite, pansement gras pour hydrater la dermabrasion et favoriser l'épidermisation.
- Sur une nécrose, pour la ramollir, nous appliquons de la Biafine® en couche épaisse sur compresse humide + pansement américain + bande, à refaire 2x/jour (plus contraignant mais moins agressif pour les bords sains qu'un hydrogel).
- A défaut de système "jetox" pour la détersion de la plaie, nous le faisons sous la douche, lorsque c'est possible, avec une eau légèrement tiède. Cela marche très bien aussi, la guérison est beaucoup plus rapide.
- Et, il ne me semble pas l'avoir lu mais dans le cas contraire mea culpa, une chose très importante, surtout ne jamais exercer d'action mécanique, à l'aide d'une compresse par exemple, sur/dans la plaie. Pour la détersion, arroser la plaie et sécher uniquement les pourtours de la plaie (j'insiste parce que j'avais une collègue qui le faisait, c'est une catastrophe, une plaie qui ne guérit jamais !)

Pas encore membre ?

Vous devez être connecté pour répondre à cette question.

S'inscrire S'identifier

retour haut de page
776 rq / 1,476 sec