Espace Expert – idanse

Profil de idanse

Fonction : Infirmier Infirmière en soins généraux

Expérience – Compétences : Roulante dans un hôpital puis intérimaire, je passe partout, mais surtout en réa, urgences, SSPI et MAS.

Sa contribution à ActuSoins Experts

Nombre de questions posées : 0

Nombre de réponses données : 2

Aucune question pour le moment

Réponse postée par : idanse

Plus 1 Moins 0

Je ne sais pas où tu travailles Pan88, mais une salle de réveil avec un IADE ou un médecin qui te tient la main à chaque extubation j'ai jamais vu!
Ils sont disponibles de suite, tu les alertes grâce à une alarme, mais dans aucun établissement que j'ai fait les médecins restent avec toi au pied du lit.
On est bien d'accord que cet acte n'est pas légiféré au niveau infirmier et que c'est inadmissible au vu de la fréquence à laquelle on nous demande de le réaliser. Les conséquences peuvent être très graves, on est tous d'accord là-dessus.
Il n'existe de plus quasiment aucune formation interne aux établissements dispensée au personnel du SSPI (dans un établissement j'ai vu des médecins qui se sentaient concernés par la question et organisaient des formations afin de d'optimiser les soins post-opératoires immédiats, notamment l'extubation). Le personnel est pourtant en demande.
En bref, c'est le flou total. A nous de ne pas rester dans le fatalisme et de se bouger pour faire avancer les choses (déjà avec des protocoles et des formations) dans nos établissements. Rien n'empêche de faire également une action de plus grande envergure afin d'aboutir sur un article dans notre décret.

Réponse postée par : idanse

Plus 6 Moins 1

J'avais entre 6 et 8 mois de DE lorsqu'une nuit, alors que j'étais seule infirmière pour le service de chirurgie digestive et ORL, une patiente âgée à J0 fait une poussée hypertensive à 21. L'interne de garde me prescrit alors du Loxen, un bolus d'une ampoule ou deux!!!!! Lorsque je lui ai souligné l'abération de cette prescription et reprécisé le conditionnement du produit en question il ne semblait pas comprendre ce que je voulait dire et un flottement se sentait dans son esprit. Il a finit par me dire qu'il ne savait pas trop et qu'il me laissait le champ libre quant au mode d'administration du produit. J'ai fait un PSE et le matin j'ai laissé la patiente avec une tension à 13. Elle serait morte si j'avais appliqué la prescription comme un bon soldat, et moi je serais toujours en taule 6 ans après.
OUI, notre boulot c'est aussi et AVANT TOUT de réfléchir!!!
N'oublions pas que nous sommes là et que nous agissons d'abord POUR LE PATIENT.

176 rq / 0,817 sec