13 jours avec une compresse oubliée dans le ventre

Une jeune maman a passé 13 jours avec une compresse dans le ventre, oubliée là par l'équipe chirurgicale qui l'a accouchée par césarienne de son second enfant à l'hôpital de Cahors, a-t-on appris samedi auprès de son conjoint.

La direction du service de la maternité de Cahors a confirmé un "événement indésirable grave" au quotidien La Dépêche du Midi, soulignant que l'équipe médicale avait été débriefée par souci de transparence vis à vis de la famille et afin qu'un tel incident ne se produise plus.

La jeune femme de 29 ans avait subi une césarienne le 7 octobre et accouché d'un garçon en bonne santé, a expliqué le père à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

Elle a regagné son domicile une semaine plus tard mais très rapidement, son état de santé s'est dégradé. "Elle se plaignait de forts maux de ventre et puis les douleurs sont devenues intolérables", a dit son conjoint.

Le 19 octobre, elle est transportée aux urgences, où un scanner et une radio révèlent la présence d'une compresse dans son ventre. Opérée à nouveau en urgence, la jeune femme, déjà mère d'une petite fille de quatre ans, souffre d'une péritonite post-opératoire ainsi que de problèmes respiratoires et se trouve en soins intensifs, a-t il ajouté.

Le papa, qui travaille à son compte, se dit "en colère" mais ne sait pas encore quelles suites donner à l'incident. Il a expliqué que l'hôpital allait lui fournir à partir de mardi et pendant une semaine une garde à domicile pour s'occuper de ses enfants afin qu'il puisse continuer de travailler.

AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

25 réponses pour “13 jours avec une compresse oubliée dans le ventre”

  1. Alexandre dit :

    ben oui Anna c’est pas évident de communiquer par un moyen aussi inhumain que l’ordinateur …

  2. Cadre dit :

    Tout le monde à fait, fait et fera des erreurs, voire des fautes professionnelles. Le tout n’est pas d’accabler la fautive mais de comprendre.
    Qui était en salle ? Une IBODE ? Une IDE ? Une faisant fonction ouzbek ou moldave ? Une intérimaire ? Quelle était l’ambiance ? Stress ? Ou au contraire on avait fêté la nomination du chirurgien juste avant ? Quelle heure était il ? Le personnel était il reposé ? Etc …. Etc….. Il faut comprendre et mettre des mesures pour éviter que ça arrive.
    On ne m’otera pas de la tête que les erreurs infirmières sont en augmentation, certes dans notre environnement très mediatisé on en parle plus, mais la formation bradée des IDE, les régimes de travail, les horaires, les heures sup, le manque de personnel,…. Quand on fait des économies sur la sécurité, un jour ou l’autre ça se paie.
    Le ministre prend des mesures d’economie, l’infirmière va au tribunal, la patiente en soins intensifs.
    Et le ministre est confirmé dans son poste…..
    (avec le soutien des généralistes qui voie t le prix de la consultation augmentée…. Hors sujet)

  3. Anna dit :

    Je ne suis pas opiniâtre . Même si là , je pense qu’il s’agissait plus d’un malentendu, ainsi que je l’ai expliqué précédemment .

  4. Anna dit :

    Alexandre , lorsque tu évoque le fait que la justice se chargera du jugement , là je te rejoins . Lors de ton précédent message j’avais l’impression (peut être à tort) que tu dédramatisais la situation . C’est cette sensation qui m’as fait bondir , mais encore une fois il y a du juste dans ce que tu dis . Le problème c’est que malgré tout le milieu hospitalier est un monde hostile . On a beau avoir un devoir de neutralité absolue envers les patients , ça n’empêchera pas qu’entre soignants on ne cesse de se juger et de se tirer dans les pattes . On est bien loin de toute l’utopie sur l’empathie , la neutralité et le professionnalisme que dépeint les IFSI sur l’idéal infirmier. Nous restons des êtres humains et nous sommes incapables de rester neutres . Nous travaillons ensemble mais beaucoup d’entre nous finissent par considérer le métier comme un gagne pain et plus comme une ‘vocation’ . Parce que la vocation , il faut l’avoir aux tripes pour côtoyer la souffrance physique et psychologique au quotidien . Alors oui nous finissons pour la majorité par porter nos émotions sur les collègues et les juger . Honnêtement je n’étais pas dans le bloc opératoire le jour où cela s’est produit . Je juge à froid nous dirons . C’est une erreur de ma part j’en suis consciente car rien ne me dis qu’un beau jour ce ne sera pas moi dans cette situation … comme tu le dis personne n’est à l’abri d’une erreur malgré les protocoles qui nous encadre .

  5. Coralie dit :

    moi je pense au deux a l infirmière comme a la patiente.

  6. Julien dit :

    un peu abasourdi que ca puisse arrivé… je suis étudiant et lors d’un stage, j’ai eu l’occasion d’aller plusieurs fois au bloc… surpris que ca puisse arrivé… je n’ose même pas imaginé la douleur pour la maman et sa famille…. cependant, je pense aussi a l’infirmière qui, toute sa vie sera hantée par son erreur….

  7. Coralie dit :

    Anna tu devrais pas penser comme ça car qui c est ça pourrais très bien t arriver je te le souhaite pas mes n oublie pas que chacun ou chacune et possible de faire des erreur et ça dans n importe quelle métier.

  8. Alexandre dit :

    Anna, je ne crois pas que nous parlons de la même chose, je dis simplement que la justice se chargera de définir les responsabilités de chacun dans cette histoire… et que notre code de déontologie nous interdit de proliférer des accusations grave sur nos collègues … ce n’est pas notre travail ! Ici l’issu dramatique de ce problème doit plus nous permettre de réfléchir sur nos pratiques, a tenter de faire en sorte que ce problème ne soit pas réduit a dire simplement que la collègue est incompétente et ne sait pas compter des compresses… on construit quoi avec ça ? on juge est basta? moi je dis que chacun son travail la justice jugera et nous, travaillons avec les stagiaires, avec les collègues en difficultés et faisons en sorte que ce genre de problèmes ne se renouvelle pas, c’est ça selon moi notre responsabilité dans ce genre de contexte !

  9. Anna dit :

    Alexandre , je suis d’accord avec toi sur le fait qu’aucun protocole ni procédés ne peut nous protéger d’une erreur . Oui le travail est de plus en plus difficile . Mais rappelle toi également de tes études et la notion de responsabilité . Si on commence à excuser les négligences où va t-on ? Dans ces cas là , l’étudiante infirmière qui a INJECTE du chlorure de potassium à un patient en sachant pertinemment que c’est en perfusion et dilué qu’il faut l’administrer et qui l’a tué , devrait être excusée ? Certes la soignante doit se sentir mal mais et la famille de la mère ? Et son époux ? Cette personne devra répondre de ses actes . On tient entre nos mains la vie d’êtres humains , ils nous font confiance car c’est nous les professionnels , nous avons les compétences et les connaissances requises pour assurer la continuité du soin . Ca il ne faut pas l’oublier selon moi .

  10. Coralie dit :

    entièrement d accord avec alex ça peut arriver a n importe qui comme on dit ya que celui qui fait jamais d erreur qui est un nul!!!! biensure faut penser a la patiente je souhaite quelle sans sorte.mes ça fait peur ca c est sur

  11. Francoise dit :

    Blablablabla ….. Non mais je reve !!!!!! négligence zéro o bloc ou alors on va vendre des patates dur le marché

  12. Corinne dit :

    Les bonnes vieilles méthodes : compter et peser ;-)))

  13. Marine dit :

    Je suis totalement d’accord avec Alexandre Vernet !!!

  14. Alexandre dit :

    Attention mon propos n’est pas d’oublier le drame que subit la maman ! C’est sur que les circonstances sont dramatiques … Mais je crois qu’il est encore plus dangereux de croire qu’une procedure ou un protocole garantit l’eviction d’une erreur… Je trouve que ces jugements rapides de la part du collège soignant est domage … Notre travail est de plus en plus difficile et exigeant et je pense que nous devrions plus travailler ensemble, avoir des discourts plus constructifs pour faire changer les choses afin que ceci n’arrive plus … plutot que de jouer le proces de notre collègue …

  15. Anna dit :

    Certes je suis d’accord sur le fait que l’erreur est humaine , mais n’oublions pas que la maman est tout de même en soins intensifs … rien ne nous dit que cette compresse n’a pas provoqué une septicémie. C’est une grave erreur de la part de la soignante , un travail bâclé selon moi . Parce que je suis désolée mais pour oublier une compresse il faut vraiment être à côté de la plaque . Pourquoi le métier est entouré de protocoles et de procédures ? C’est pour justement nous protéger de toutes erreurs et de tout litiges avec le patient … Non je suis désolée je ne considère pas qu’il faille être conciliante avec une faute aussi grave . Là , la maman apparemment était en bonne santé avant cela , mais imagine que cela se produise sur une dame en état d’immunodéficience ?

  16. Alexandre dit :

    quelle valeur je donne à l’erreur ? peut on tout maîtriser ? en quoi une compresse oublié est scandaleuse ? pour qui et pourquoi ? je vous rappelle notre déontologie et notre devoir de solidarité qui est aujourd’hui plus que nécessaire !! personne n’est a l’abri de l’erreur ! un jour ce sera peut être vous, peut être moi ! nous n’étions pas la pour être juge de quoi que ce soit … une erreur a toujours une cause et un contexte particulier. c’est peut être la meilleur panseuse de France a qui c’est arrivé et je ne crois pas que la personne responsable soit très bien en ce moment. Soutenons la… un jour ce sera peut être notre tour ! certains propos de collègues me font vraiment peur …

  17. Elisabeth dit :

    Ou était la panseuse ?Peut être ne sait elle plus compter

  18. Fabie dit :

    je pensais qu’il fallait compter le matériel utilisé après chaque intervention!!!!

  19. Alexia dit :

    Ce qui prouve que certains font pas leur boulot jusqu’au bout…je ne sais pas si c’est en place partout, mais là où je suis passée, il y a des documents à remplir avant et après une intervention qui comptabilise tout le matériel présent et utilisé, afin de vérifier que rien n’a été “oublié” dans l’organisme du patient…surtout que ce genre d”accident est arrivé plusieurs fois!! Enfin c’est dingue quoi, bon rétablissement à cette dame.

  20. Coralie dit :

    c est vrai ca peut arriver a n importe qui mes ca fait peur comme méme!!

  21. Angélique dit :

    non l’erreur est humaine comme on dis mais bon ça ne donne pas envie de passer au bloc surtout que c’est plus courant qu’on ne le crois les erreurs de ce genre !

  22. Franck dit :

    ben la preuve que ça existe encore on est pas à l’abris d’une erreur..!

  23. Angélique dit :

    c’est dingue de voir encore des choses comme ça…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
222 rq / 1,430 sec