Transfusion sanguine à partir de cellules souches : une avancée majeure

| 2 269 vues | | mots clefs : , 6 réactions

Une équipe française a procédé chez un humain à une autotransfusion de globules rouges créés à partir de ses propres cellules souches. Avec l'espoir  qu’un jour les patients ayant besoin d’une transfusion sanguine deviennent leurs propres donneurs.

transfusion culot globulaire sangEn utilisant les cellules souches hématopoïetiques d’un donneur humain, des chercheurs de l'INSERM et de l'Assistance Publique ont réussi à produire en laboratoire des milliards de globules rouges de culture.

L'équipe de recherche a réussi à réinjecter des hématies cultivées à partir de ses propres cellules souches, ils ont évalué leur survie chez l'Homme.

Au bout de cinq jours, le taux de survie des globules rouges de culture (GRc) dans la circulation sanguine du donneur était comparable à la demi-vie moyenne de 28 jours des globules rouges natifs normaux.

Ces résultats démontrent que la durée de vie et le taux de survie des cellules cultivées sont similaires à ceux des globules rouges « classiques », ce qui étaye leur validité en tant que source possible de transfusion,

C'est "une percée majeure pour la médecine transfusionnelle." constate Luc Douay, principal auteur de l’étude, directeur de l'équipe de recherche à l'hôpital Saint Antoine, qui rappelle l'importance de ces résultats : "Nous avons cruellement besoin de nouvelles sources de produits sanguins pouvant être transfusés, en particulier pour faire face à la pénurie de donneurs de et pour réduire le risque d’infection lié aux nouveaux émergeants, associé à la transfusion classique. »


Interrogé par ActuSoins, le chercheur envisage l'avenir : "le développement industriel est en cours de recherche et développement. Nous espérons en disposer dans 3-4 ans pour ensuite débuter les essais cliniques."

La transfusion sanguine dans le monde en 4 chiffres :

  • 65% des dons de sang sont collectés dans les pays développés, où habitent à peine 25% de la population mondiale.
  • Il suffit que 1% de la population donne son pour couvrir les besoins d’un pays. Mais dans 73 pays, dont 71 sont des pays en développement ou en économie de transition, cette proportion est encore inférieure à ce seuil.
  • En 2007, 31 pays signalaient encore recourir à des donneurs rémunérés, pour plus d’un million de dons au total.
  • En 2007, 41 pays n’ont pas été en mesure de rechercher l’une ou plusieurs des infections transmissibles par transfusion dans tous les dons de sang – VIH, hépatite B, hépatite C et syphilis.

Pour aller plus loin :

Abstract de l'étude dans la revue américaine Blood (en anglais)

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
838 rq / 3,398 sec