Dépendance : l’infirmier libéral référent, chainon manquant de l’offre de soin ?

La Fédération nationale des infirmiers (FNI) souhaite l'instauration d'un "infirmier référent", comme il existe un médecin "responsable du parcours patient", dans le cadre du débat national sur la dépendance.

 

Dépendance : l'infirmier libéral référent, chainon manquant de l'offre de soin ?"Nous pensons que les infirmières libérales, à la frontière du sanitaire et du social, sont les mieux placées pour être des référents", a expliqué mercredi à Paris Philippe Tisserand, président de la FNI, dans une conférence de presse.

"Cet infirmier référent aurait un rôle de consultation, d'évaluation de la dépendance, d'élaboration d'un plan d'aide et de soins personnalisé, mais aussi de coordination sociale et soignante", a-t-il souligné.

"Il n'y a pas de désert médical pour les infirmiers libéraux, sauf en région parisienne où ils sont sous-représentés. Même dans la Creuse, leur taux est supérieur à la moyenne nationale. Or, en dépit de leur place essentielle auprès des personnes âgées, le débat national sur la dépendance les écarte encore de la concertation", a-t-il déploré.

Pour étayer sa demande d'infirmier référent la FNI s'appuie notamment sur les travaux du Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie (HCAAM), qui recommande de confier aux infirmiers libéraux une fonction de coordination soignante et sociale et de les rémunérer pour des actes de soins coordonnés. (travaux pour l'instant non rendus publics, ndlr)

Dans sa "Politique Cadre de santé pour tous" en Europe, L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) appelle également au développement "d'infirmières de santé familiale".

En ligne de mire : les prestataires privés, attirés par "l'or gris", qui proposent de plus en plus de prestations autour du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes. "Attention à la marchandisation de la santé et aux prestataires de service, à la sortie des hôpitaux", met ainsi en garde le président de la FNI. Avant d'ajouter : "Les emplois postés d'Infirmiers coordinateurs sont très peu productifs. Pour évaluer correctement des besoins, il faut connaître le domicile, l'entourage social..."

Comment mettre en place une telle mise en place, dans un climat budgétaire si frileux ? Interrogé par ActuSoins, Philippe Tisserand a déjà son idée : "Pour pouvoir concrétiser ce projet dans le champ conventionnel, on peut tout à fait imaginer des expérimentations à grande échelle dans des départements pilotes".

Cette proposition du FNI a été soumise au ministère de la Santé, dans le cadre du débat sur la dépendance, qui n'y a pas encore répondu.

Pour aller plus loin :

Santé 21, la politique-cadre de la "Santé pour tous" en Europe par l'OMS

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
1205 rq / 5,978 sec