L’autorité du corps médical sur les paramédicaux bientôt renforcée

| 5 942 vues | | mots clefs : , 22 réactions

Un décret à paraître prévoit de supprimer le lien hiérarchique du Directeur des soins sur les professionnels paramédicaux. Sans ce lien hiérarchique les professionnels paramédicaux ne pourront plus résister aux pressions du corps médical.

La publication d’un décret statutaire sur les directeurs des soins est à venir. Ce décret est plus qu’une mise à jour du décret de 2002. A terme, il risque d’impacter les organisations que nous connaissons.

Le Directeur des soins est à la tête des filières paramédicales, mais peut-être plus pour longtemps. Dans la version de 2002, il est clairement écrit que le directeur des soins a l’autorité hiérarchique vis à vis des cadres de santé. Dans la version à paraître, cette mention serait supprimée.

Il faut donc craindre que le corps médical qui a déjà vu son pouvoir renforcé par la mise en place de la nouvelle gouvernance et la loi H.P.S.T., s’empare de cette autorité. Cette modification a de quoi inquiéter bon nombre de professionnels paramédicaux.

Pour les cadres, tout comme pour les infirmiers et les autres professionnels paramédicaux, l’autorité hiérarchique du directeur des soins est une protection. Sans ce lien hiérarchique les professionnels paramédicaux ne pourront plus résister aux pressions du corps médical. Sur quels critères les médecins vont-ils évaluer les qualités professionnelles du personnel paramédical ? Une infirmière appréciée du corps médical n’est-elle pas souvent une infirmière qui accepte de pré-remplir les bons de radiologie et les demandes d’examens ? de faire les photocopies pour le compte du médecin ? Quand ce n’est pas sur la qualité de son café qu’elle est jugée…

Le cadre de santé pourra se sentir bien seul face aux exigences de l’équipe médicale, et l’infirmière sera moins à l’aise pour exiger une prescription claire, complète, signée… Au sein des services et des pôles, les prises de positions seront probablement moins libres.

Dans les grands centres hospitaliers, les directeurs des soins peuvent espérer tout de même garder l’autorité sur les professionnels paramédicaux en obtenant du directeur d’hôpital la délégation de cette autorité, mais c’est dans les plus petits établissements que ces modifications d’ hiérarchique risquent d’apparaître en premier lieu.

Julien Pouvesle - Cadre de santé

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

22 réponses pour “L’autorité du corps médical sur les paramédicaux bientôt renforcée”

  1. chouette dit :

    trop de médecins nous prennent pour des “abrutis” jusqu’au moment où ils se rendent compte qu’ils peuvent se décharger d’un certain nombre de tâches sur nous.
    c’est ainsi ce qui se dessine au travers du rapport sur les “métiers intermédiaires” (rapport HENART cosigné par une directrice des soins Mde CADET).
    il n’y a pas que les médecins d’ailleurs pour penser que nous ne sommes bonnes qu’à panser et à être manipuler dans tous les sens en fonction des envies de chacun.
    tout ce “beau” monde croit que notre conscience professionnelle, notre empathie envers les patients nous fera accepter n’importe quoi.
    pour l’instant l’Histoire leur donne raison depuis 1991, dernier sursaut de grande ampleur de la profession après celui (exceptionnel) de 1988.
    je me répète d’hier à aujourd’hui nous ne sommes ni nonnes, ni bonnes, ni connes.
    naïfs empêtrés dans nos illusions du prendre soin ça oui, mais ça ne veut pas dire que nous devons rester aveugles et silencieux sous la cornette et le tablier.
    nos métiers de soignants sont irremplaçables, notre valeur professionnelle s’est renforcée au fils des années.
    abrutis nous ne sommes pas, nous ne l’avons jamais été.
    il serait temps de la faire savoir à tous.

  2. chouette dit :

    pour algerien qui écrit:
    “le corps médical est une secte puissante et en plus légitime.”
    dois je comprendre que vous entendez par là que les IDE ne le sont pas?
    j’espère que non.
    par contre ce qui est vrai c’est que nous ne sommes pas une secte, que peu d’entre nous sont impliqués politiquement (et ça je ne suis pas certaine que ce soit une si mauvaise chose, certains jours en tous cas).
    nous sommes légitimes de part notre diplôme, notre formation et le travail que nous faisons quelque soit le secteur d’activité.
    il se pourrait qu’au travers de ce texte réapparaissent les “promotions canapés” du temps d’avant.
    ce qui ne me fait pas rire du tout (voir la possibilité offerte aux chefs de pôles de “jouer avec la masse salariale et d’accorder ou pas des primes à son personnel).
    cette raison là parmi d’autres, beaucoup d’autres, devrait nous faire manifester notre mécontentement.
    ce n’est pas le cas, pourquoi?
    en 1988 le slogan phare de la contestation était: “ni nonnes, ni bonnes, ni connes”
    24 ans plus tard il reste d’actualité.

  3. patoche84 dit :

    Il s’agit bien d’une regression… Un bon en arriere de 20 ans!!! Les médecins qui dans leur grande majorité n’avaient pas accepté les modifications de 91 qui sortait le corps infirmier de leur autorité a bataillé pour que “la troupe” rentre dans les rangs… avec succés… Redescendons dans la rue, ou nous serons condamnés à être des “asservis” toute notre carriere…!

  4. Algerien dit :

    Le corps médical est une secte très puissante et en plus légitime.

  5. patoche84 dit :

    Quel triste sort que le notre… Nous pourrions résumer notre positionnement ainsi… Pourtant les infirmiers representent un groupe de pression sans pareil… En 1988 nous l’avions compris… Soyons clairs: nous devons redescendre dans la rue et n’en sortir que lorsque l’ensemble de nos legitimes demandes, y compris celles relatives à notre hierarchie et à nos rapports avec les medecins, seront entendues et prises en compte… Et je pense qu’il ne faut pas tarder…

  6. Adèle dit :

    je suis cadre supérieur de santé et ai des craintes quant à ce devenir du lien hiérarchique qui revient à ce temps où effectivement, les médecins dirigeaient, temps révolu grâce à des infirmières pionnières qui ont fait évoluer la profession afin que nous soyons reconnus à part entière. Je tiens aussi à réagir en écrivant que tous les médecins ne sont pas assoiffés de pouvoir et qu’il y en a qui sont également en souffrance avec la nouvelle gouvernance ainsi que bon nombre de cadres qui ne “baissent” pas l’échine et qui tentent de préserver une qualité tant pour les équipes de soins que pour les personnes soignées. Il n’y a pas de guerre entre les différentes catégories assurant la prise en charge des soignés. La cohésion doit être un contre – pouvoir, et cette cohésion ne se fera que si nous nous efforçons de travailler ensemble dans le respect des compétences de chacun

  7. REMIR 62 dit :

    Les infirmiers se sont toujours laisser ridiculisés insultés mettre dehors des chambres ou des blocs opératoires sans rien dire, leur défense c’était leurs pleurs on aurait dit que répondre ou demandé le respect étaient une faute professionnelle, ils se sont pliés à peu de chose prêt à la servitude (nettoyant les chaussures ou poussant les chaises sous les derrières, un peu mais pas tout à fait comme les aides-soignants se sont pliés aux infirmiers.
    Des aides-soignants ont observés et ont été témoins, aujourd’hui les 400 000 AS doivent faire évoluer leur force pour se faire respecter par l’ensemble du corps hospitalier quelle que soit la hiérarchie et le secteur, qu’il soit public ou privé.
    Respect Reconnaissance dignité.

  8. Alex Lex via Facebook dit :

    bien d’accord avec ça…
    et pour l’ordre, j’ai pas de nouvelles d’eux…
    ils doivent dormir dans leurs bureaux parisiens luxueux…

  9. Marnia Mahboub via Facebook dit :

    “Notre profession d’infirmière n’arrivera donc jamais à se faire reconnaître ?” Je pense malheuresuement que non, quand je vois rien qu’au quotidien comment la MAJORITé de mes collègues se laissent marcher sur les pieds et acquièssent en baissant la tête à des demandes de plus en plus halucinantes (de la part des cadres et des médecins)… j’en ai mal au ventre ! Et ce n’est pas évident dans ue équipe d’être une des rares à savoir se faire respecter et à dire “non” quand la majorité incline l’échine. ALors non, notre profession ne saura jamais se défendre et ça on peut le voir à petite échelle autour de soi.

  10. Iadekb dit :

    Un cadre de santé qui se mouille !!!!!! Ouf ‘…. De toutes façon le corps médical nous prendra toujours pour des cons.

    Les pilleurs De l hopital sont les médecins, ils sont assoiffés de pouvoir , l assemblée nationale en est un bon exemple .

    • chouette dit :

      l’ordre?
      dans sa “déconfiture actuelle” et dans la mesure où ce texte inique est connu depuis l’année dernière je ne crois pas qu’il soit en capacité aujourd’hui d’en dire plus sur ce thème qu’avant.
      je suppose que vous voulez évoquer par là le devoir, inscrit sur les fonds baptismaux de l’ONI, de défense de l’honneur et de la promotion de la profession.
      malheureusement les faits sont tenaces le gouvernement à tenter de mettre en place une potiche, dont la majorité des IDE ne veulent toujours pas, en se moquant royalement de l’avis que pourrait donner cette structure.

  11. Sylvie Randjbar via Facebook dit :

    Bel article Julien!!! ^^

  12. Axelle Zilune via Facebook dit :

    Ben tiens, à quoi on s’attendait avec la nouvelle gouvernance ? Retour à la case départ d’il y a 19 ans, avant la réforme de 1991 qui a créé les Directeurs de Soins. Notre profession d’infirmière n’arrivera donc jamais à se faire reconnaître ?

  13. Marnia Mahboub via Facebook dit :

    Super !!!! tous les jours on apprend de supers bonnes nouvelles qui nous donnent vraiment envie de continuer à aller bosser !!! Encore !!!!!

  14. c sur mais ca ne va pas etre facile ts les jours!!

  15. Alex Lex via Facebook dit :

    et bien il va falloir qu’on apprenne à leur dire merde plus souvent…

  16. ça promet !!! alors là on a pas fini …. travaillant dans le privé on a déjà bcp de pression de leur part, je crains le pire !

  17. On risque même de commencer à creuser! Pffft!

  18. Alex Lex via Facebook dit :

    déja qu’avec la hiérarchie infirmière actuelle j’ai pas l’impression de me faire entendre alors avec les médecins et leur pouvoir médical on ne touchera pas le fond mais le fond du fond…

  19. Ouais ben ça n’annonce rien de bon encore ça…

Réagir à cet article

retour haut de page
327 rq / 3,555 sec