Les infirmiers anesthésistes préparent leur rentrée

Les infirmiers anesthésistes se réunissent en assemblée générale le 11 septembre à Dijon avant leur manifestation nationale le 23 septembre. État des lieux d'un dossier loin d'être réglé.

 

Les infirmiers anesthésistes préparent leur rentrée

Quel Master pour quels diplômés?

Le 9 août, les organisations syndicales ont reçu un courrier commun signé de la main de Roselyne Bachelot et Valérie Pécresse, actant la mise en œuvre d'un grade Master pour les IADE avant la fin de l'année.

"Un courrier qui enfonce des portes ouvertes", résume, lapidaire, Bruno Franceschi de l'UFMICT-CGT. Rien de bien nouveau en effet. L'objectif d'aboutir à un Master avant décembre était déjà acté alors que les IADE occupaient les rails de Montparnasse en mai dernier. Outre que le type de de diplôme n'est pas spécifié, l'enjeu n'est plus vraiment la masterisation des futurs IADE, mais celle du "stock" actuel de quelques 8000 professionnels. Sur ce sujet précis, rien ou presque, sinon une hypothétique "régularisation au cas par cas".

Une revalorisation salariale âprement négociée

Le protocole dit « Bachelot » du 2 février 2010, dont plusieurs volets n’ont été signés que par le Syndicat National des Cadres Hospitaliers, octroie la revalorisation indiciaires la plus faibles aux infirmiers anesthésistes. Ainsi, les infirmiers de blocs opératoires et puéricultrices verront leur salaire net annuel augmenter de 3366 euros en début de carrière et 3312 euros en fin de carrière, alors que les IADE seront eux revalorisés de 2879 euros en début et 2064 euros en fin de carrière.

Les infirmiers anesthésistes réclament une différenciation nette de leur grille indiciaire, arguant du caractère exclusif de leur métier et de leur spécialisation, la plus longue. (A contrario, les infirmières de bloc opératoire demandent une grille commune pour tous les IDE spécialisés.) Fait assez inédit, les propositions présentées par le ministère ont diminuées au fil des réunions, pour aboutir le 25 juin dernier à 131 euros brut pour les 4 derniers échelons de la classe supérieure en échange de 5 années de cotisations supplémentaires. Propositions aussitôt rejetées par les collectifs et les syndicats présents.


L'exclusivité en question

Les infirmiers anesthésistes sont les seuls infirmiers spécialisés à bénéficier d'une exclusivité de compétence, et c'est sans doute ce point qui permet une union entre professionnels du et du privé. L'exclusivité de compétence a été mainte fois garantie par le cabinet du ministère. D'autant plus facilement que le problème n'est pas là. Le risque ne vient pas de voir des IDE exercer des actes d'anesthésie, mais bien de l'ouverture de la VAE pour la formation IADE. Ces derniers garderons donc leur exclusivité de compétence, mais la formation risque de ne pas être la même pour tous.

Ce point particulier n'est pas une vue de l'esprit mais est issu du protocole Bachelot qui précise en son article 6: "sera mise en place en priorité (...) l'ouverture à la validation des acquis de l'expérience des diplômes d'infirmier spécialisé de bloc opératoire, de puéricultrice, d'infirmier anesthésiste et de cadre de santé." Même si Roselyne Bachelot a envoyé le 8 juillet 2010 une lettre se voulant rassurante à ce sujet, la modification de cette phrase, plusieurs fois demandée au cours des négociations, a toujours été refusée par le ministère de la santé.

Une mobilisation scrutée à la loupe

Quoi qu'il s'en défende, le ministère de la santé scrute avec attention l'ampleur de la mobilisation et adapte sans cesse son discours au rapport de force du jour. Annie Podeur, directrice générale de l'offre de soins (DGOS) avait d'ailleurs relativisé le caractère représentatif de la manifestation du 25 juin dernier, devant le peu d'infirmiers anesthésistes présents devant le ministère (les IADE de province avaient opté pour des actions locales.) Le cabinet de Roselyne Bachelot évite d'ailleurs soigneusement le terme de négociation et alterne "tables rondes", présentation de diaporamas et entrevues improvisées dont le seul objectif semble être de faire retomber la pression et disperser les manifestants.

L'enjeu pour le gouvernement est double et dépasse les infirmiers anesthésistes: Il est en effet primordial d' éviter que d'autres paramédicaux ne s'engouffrent dans la brèche, et d'empêcher à tout prix la contagion de la grogne aux infirmiers en soins généraux. En plein milieu d'une rentrée sociale qui promet d'être agitée, l'heure du choix va pourtant sonner dès septembre pour les quelque 350 000 infirmiers du qui devront choisir entre une  revalorisation et 5 années de cotisation en plus ou le maintien des conditions actuelles. Le frémissement, tant attendu par les organisations syndicales se fera-t-il alors sentir?


Thomas Duvernoy

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

5 réponses pour “Les infirmiers anesthésistes préparent leur rentrée”

  1. Huet bruno dit :

    La force est avec nous le combat est juste
    Le ministère déconne, le différentiel de 250 euros était justifié au regard de la durée de la formation et de la responsabilité qui correspond réellement a une pratique avancée ( aucune autre spécialité ne peut le revendiquer)
    Il suffisait de garder ce différentiel est personne ne serait descendu dans la rue avec autant de détermination
    Quand on est aussi mal conseillé on devrait démissionner

  2. iadekb dit :

    Afin de préparer l’AG nationale des infirmiers anesthésistes qui se tiendra le 11/09/10 et de recueillir votre avis sur le mouvement IADE, nous vous invitons à prendre quelques minutes pour remplir le questionnaire sur la profession
    Merci de diffuser ce lien le plus largement possible…
    L’enquête nationale sur la profession sera close le Mardi 31/08 à 23:59
    cliquez ici : http://blouseblanche.fr

  3. iadekb dit :

    <>

    Dans le protocole Bachelot de 2010, il est impossible de valorisé les infirmiers anesthésistes sans valorisé les infirmiers de bloc opératoire car une partie de leurs futures grilles est commune.

    Comme il est impossible de valorisé des IBODE ou des PUER sans valorisé des IDE car une partie de leurs futures grilles est commune

    Et oui c un recul de 10 ans en arrière, Tous unis dans une filière paramédicale.

  4. moi aussi le 23 je serais la. hasta la victoria

Réagir à cet article

retour haut de page
861 rq / 4,564 sec