[VIDEO] Le jour où la France a découvert les infirmiers anesthésistes

Ils étaient inconnus du grand public, ils ont fait la une mardi 18 mai. 2500 infirmiers anesthésistes défilaient dans les rue de Paris pour manifester une nouvelle fois leur colère face à l'absence de réponses du ministère de la santé à leurs revendications. Devant le refus du cabinet de Roselyne Bachelot de recevoir une délégation, ils ont envahi les voies de la gare Montparnasse, occasionnant un blocage particulièrement important du trafic SNCF.

Les IADE sur les voies de la gare Montparnasse - Crédit: JML

Depuis 2 mois, la colère montait crescendo et les actions coup de poing se multipliaient dans toute la France. Le mouvement des infirmiers anesthésistes a connu son apogée mardi, après quatre mobilisations nationales. Vers 12h30, alors que le cortège, parti de la Place Denfert Rochereau s'approche du Ministère de la Santé, une voix retenti du camion sono: le ministère refuse de recevoir une délégation d'infirmiers anesthésistes. Motif invoqué: le salon Hôpital Expo a été perturbé par quelques manifestants de l'AP-HP. Une clameur monte, avant que le mot d'ordre ne tombe: "Courez tous le plus vite possible gare Montparnasse!" Les rues se vident et les manifestants envahissent en quelques minutes la gare, devant des passagers et cheminots médusés.

Dès les premières minutes de blocage, le ministère tente par tous les moyens de contacter les organisateurs. Une délégation est finalement reçue, avant de ressortir rapidement. Bilan: Aucun écrit, aucune promesse. Tout juste une réunion planifiée le 15 juin pour "réévaluer les revendications".

L'immense majorité des infirmiers anesthésistes décide alors de rester sur les voies, attendant une inévitable confrontation avec les gendarmes mobiles, devant les caméras des médias nationaux jusqu'à présent absents. L'évacuation aura lieu vers 17h30, occasionnant quelques blessures. Le cortège reformé se dirige vers le ministère de la santé. Sur place, alors qu'un grand nombre d'IADE de province se voit contraint de quitter Paris, une fin de non recevoir est opposée à l'intersyndicale et aux collectifs.

Après un enterrement symbolique de la profession et un autodafé de diplômes, les manifestants se dispersent dans le calme, avec un curieux mélange de fatigue, de frustration et de fierté, devant ce qui demeure une mobilisation historique de cette profession.


Thomas Duvernoy

Les revendications:

La signature du protocole dit « Bachelot » le 2 février 2010, dont plusieurs volets n’ont été signés que par le Syndicat National des Cadres Hospitaliers, octroie la revalorisation indiciaires la plus faibles aux infirmiers anesthésistes, qui ont la durée de la plus longue et une exclusivité de compétence. Ainsi, les infirmiers de blocs opératoires et puéricultrices verront leur salaire net annuel augmenter de 3366 euros en début de carrière et 3312 euros en fin de carrière, alors que les IADE seront eux revalorisés de 2879 euros en début et 2064 euros en fin de carrière.

Les infirmiers anesthésistes réclament également l’obtention de droit d’un Master 2 correspondant à leurs cinq années d’études, une réaffirmation claire de leur exclusivité de compétence et un maintien de leur métier en catégorie « Active » de la fonction publique, leur permettant de conserver un départ en retraite à partir de 55 ans.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

11 réponses pour “[VIDEO] Le jour où la France a découvert les infirmiers anesthésistes”

  1. Si 120 euro pour les IADE soit 5% d’augmentation en prime

  2. Maga Mil' dit :

    Oui et qu’est ce que ça a changé???? Rien!!!!

  3. Nadege Artaud dit :

    dommage de devoir en arriver là pour qu’on “s’intéresse” à nous!

  4. iadekb dit :

    Je vous propose de faxer votre bulletin de salaire à Marc olivier FOGIEL et d inscrire notre année de diplôme

  5. hubdav dit :

    Un curieux mélange de fatigue, de frustration et de fierté……………c’est exactement ça !!!! et dès que Me le ministre nous répond le lendemain d’une action menée par près de 35% de professionnels, un seul sentiment, l’injustice ……………………………….!
    Merci pour tout ce travail Thomas…..tu ne dois plus connaitre le mélange non plus, juste la fatigue !
    à bientôt.

  6. Iade 78 dit :

    Mme Bachelot vient de découvrir que les IADE tiennent leurs promesses.nous lui avions dit que nous serions présents le 18, elle ne nous a pas cru et comme d’habitude méprisé…tant pis pour elle, elle va s’en mordre les doigts.
    Son intervention sur Europe 1 est absolument affligeante : elle ne connait rien à notre dossier et notre métier : en même temps, je suis heureux d’apprendre qu’elle s’attaque au problème de l’emploi à l’hôpital en créant des postes de biologistes et de chirurgiens en salle de reveil….Comment peut on confier un poste de ministre a quelqu’un d’aussi ignorant du sujet…elle est ministre de la santé, entourée d’une horde de conseiller tous plus ou moins énarques, et personne n’est capable de lui préparer la fiche qui va bien…
    je suis rassuré pour la suite du redressement de l’hopital, avec un cabinet de cette qualité, dormez tranquilles bonne gens….

  7. scalpel dit :

    Coincé 10h dans le train… des collègues IDE qui venaient de Bordeaux sont passé trop tard. Bande de vilains ! 🙂

    Bien joué. Durcir le ton, ne rien lacher, quitte à faire comprendre aux français que leurs opérations passent par les IADE.

    Un IADE, sinon rien !

  8. l'infirmier du dimanche dit :

    Très beau reportage. Les images du cercueil sont marquantes (bravo pour la musique d’ambiance ajoutée…)
    Brrr….
    A quand la prochaine manif (je prendrai pas le train ce jour là 🙂

Réagir à cet article

retour haut de page
893 rq / 5,369 sec