Lutte contre les discriminations et prévention: Rainbhopital veille

Créée il y a six ans par des salariés gays et lesbiens de l'assistance publique - de Paris, l'association Rainbhopital continue de mener des actions de santé publique et de prévention pour lutter contre le sida et l'homophobie en milieu hospitalier. Rencontre avec Stéphane Hénin, le président de l'association.

Quelles sont les actions menées par l'association Rainbhopital ?

Une à deux fois par mois, nous intervenons dans les établissements de soins et les établissements scolaires de la région Ile de France. Nous mettons en place des kiosques infos sida avec de la documentation, des distributions de préservatifs gratuits et un stand de démonstration. Il est important pour nous d'informer les personnels de santé, soignants et non soignants, ainsi que les jeunes sur l'évolution de cette maladie. Aujourd'hui encore, beaucoup trop d'idées reçues ou de croyances sur le VIH persistent : l'existence d'un vaccin, par exemple, est une légende! Tout le monde doit être informé. 150 000 personnes sont séropositives en France et la consommation de préservatifs par français a baissé de manière significative ces dernières années. Nous devons donc continuer à nous mobiliser.

Cette méconnaissance du VIH peut amener à des situations de discrimination à l'encontre des homosexuels et des séropositifs. Est-ce que votre association intervient aussi dans ce domaine ?

Oui, Rainbhopital lutte aussi contre toutes les formes de discrimination fondée sur le statut sérologique et/ou sur l'orientation sexuelle en milieu hospitalier. Mais en six ans, nous n'avons été sollicités que trois fois, et sur les trois cas, un seul était un cas de discrimination. Il s'agissait d'un jeune étudiant en école de soin infirmier qui avait été forcé de démissionné du fait de sa séropositivité. Nous sommes intervenus auprès de la directrice de l'école en tant que médiateur pour tenter d'établir un dialogue.
Nos actions n'ont pas pour but de conduire devant la justice. Dans l'affaire du jeune étudiant, nous avons réussi à le faire réintégrer dans une autre école. Pour les autres cas, il ne s'agissait en fait que de simples conflits de cadre à agent. Le harcèlement est toujours très délicat à déceler.

Selon les indicateurs de lutte contre le sida, les populations les plus touchées par le virus sont les migrants, les homosexuels et les précaires. Quelle est la population ciblée par Rainbhopital ?


Le coeur originel de l'association a été fondé par des membres de bureaux gays et lesbiens de l'Assistance Publique - de Paris. Nous nous adressons donc plus particulièrement aux personnes de la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels). Lorsque nous organisons des Tea-Danse dans des lieux de consommation sexuelle, nous ciblons les HSH, hommes ayant des relations Sexuels avec d'autres Hommes. Car selon les sondages, les homosexuels restent une des populations les plus touchées par le VIH même si ce chiffre semble stagner depuis quelques années.

Comment fonctionne votre association ?

L'association Rainbhopital fonctionne grâce à une centaine de bénévoles travaillant dans le milieu hospitalier ou dans les métiers de la santé. Toutes nos actions sont soutenues par le laboratoire pharmaceutique TIBOTEC. Partenaire principal de l'association, il nous fournit gratuitement en préservatifs et en documentation. De notre côté, nous organisons tous les deux mois un Tea-Dance. L'entrée est payante (cinq euros). Nous participons aussi aux soirées du Bataclan, les Follivores/Crazyvores. Sur place, nous vendons des rubans en perle, symbole de la lutte contre le sida. L'argent récolté est reversé intégralement à l'association. Nous sommes aussi soutenus sur des actions ponctuelles par le ministère de la santé et le Sidaction.

Permanence téléphonique du Rainbhopital tous les jours par tél: 06-63-85-17-25 ou par mail : contact@rainbhopital.net
Réunion mensuelle du Rainbhopital, ouverte à toutes les personnes intéressées, tous les 3ème mercredi de chaque mois à 19h à l'hôpital Tenon 4, rue de la Chine PARIS 20ème.

Propos recueillis par Anne-Sophie Popon

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
863 rq / 4,286 sec