« Nous allons passer un mois de janvier difficile à l’hôpital »

| 1 274 vues | | mots clefs : , , Pas de commentaire

Invité de la matinale de France Inter ce lundi 3 janvier, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a assuré que les contaminations allaient « continuer à augmenter dans les prochains jours ».

Face aux variants Delta et Omicron, « on fait face à deux menaces assez distinctes », a expliqué le ministre. Le variant Omicron, « moins dangereux, risque de saturer les lits d’hospitalisation conventionnelle » et de créer un « dysfonctionnement de la société » du fait du très grand nombre de contaminations et de cas contacts, alors que le variant Delta continue de saturer les lits de réanimation, car il provoque plus de « syndromes de détresse respiratoire ».

« Il y a déjà des réanimations qui sont en très forte tension, en saturation, notamment dans la région sud, et notamment dans les Bouches-du-Rhône […] On y trouve, comme dans toute la France, principalement des patients non vaccinés et les patients immunodéprimés, fragiles, qui bien que vaccinés peuvent faire des formes graves »

Appel à la vaccination et aux mesures de freinage

Les menaces des deux variants qui « se conjuguent et qui se cumulent » appellent à une même réponse : « la vaccination, avec rappel », a insisté Olivier Véran.

Le ministre a annoncé son objectif : 25 millions d’injections dans les cinq prochaines semaines « pour nous protéger ».

Autre réponse : « des mesures de freinage, surtout pour Delta : c’est le télétravail qui devient obligatoire, c’est la limitation des grands rassemblements, c’est le passe vaccinal que je défendrai à l’assemblée nationale aujourd’hui et cette nuit », a-t-il indiqué.

« On est déjà au-dessus des 200 000 cas diagnostiqués [tous les jours], c’est-à-dire peut-être un demi-million de contaminations quotidiennes en réalité, ce qui est un niveau jamais atteint », a-t-il indiqué.



Vers une immunité collective ?

 « C’est peut-être la dernière des vagues », a estimé Olivier Véran. « Vu le taux de contamination, il est probable que nous ayons tous acquis une forme d’immunité, ou par la vaccination, ou par l’infection, ou les deux », a-t-il souligné.

« A l’issue de la première vague, 4 à 5% de la population avait atteint une forme d’immunité », alors qu’à l’issue de la vague Omicron, l’immunité sera « largement supérieure à 50%, voire quasiment de l’ordre de 100% avec la vaccination ».

 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

IDEL - NGAP, le jeu TV - Formation Gratuite

NGAP Perfectionnement, le jeu TV 2022

Formation gratuite pour IDEL
(titulaire et remplaçante).

Participez à la 1re formation française sous forme de... jeu télévisé ! Philippe Gras, expert national de la nomenclature, vous pose une centaine de questions et explique avec précision chaque réponse.

S'inscrire gratuitement

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
304 rq / 2,136 sec