Covid-19 : dans certains cas, les soignants asymptomatiques peuvent continuer à travailler

Dans un contexte de progression de la couverture vaccinale chez les professionnels exerçant en établissements de santé et en établissements sociaux et médico-sociaux et compte-tenu des fortes tensions observées sur l'offre de soin, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a actualisé ses recommandations et recommande de maintenir en poste des soignants positifs au Sars-CoV-2 s'ils sont asymptomatiques et vaccinés. D'autres critères peuvent aussi être pris en compte. 

© ShutterStock

Les professionnels venant d'être diagnostiqués positifs à Sars-CoV-2 avec un Covid-19 asymptomatique peuvent être maintenus en exercice

  • s'ils ont reçu un schéma vaccinal complet ou s'ils ont un antécédent de Covid-19 (avec une forme symptomatique) survenu plus de 15 jours et moins de 6 mois avant la réalisation du test diagnostique positif de l'épisode actuel.
  • s'ils ne sont pas immunodéprimés

Si dans ces mêmes conditions, le Covid est pauci-symptomatique ou symptomatique, les professionnels doivent faire l'objet d'une éviction professionnelle de 10 jours, note le HCSP. 

L'éviction de 10 jours est aussi recommandée pour les professionnels asymptomatiques qui n'auraient pas reçu un schéma vaccinal complet ou qui n'auraient pas d'antécédent de Covid. 

Intensification de la campagne vaccinale

Le HCSP recommande par ailleurs "que la campagne de vaccination des professionnels" des établissements de santé et établissement sociaux et médico-sociaux s'intensifie, "les taux de couverture vaccinale demeurant insuffisants à ce jour". 

Il préconise aussi que des données de suivi clinique et micro-biologique des professionnels vaccinés selon un schéma vaccinal complet "soient analysées pour évaluer le risque individuel d'infection par exposition à des patients infectés ainsi que le risque de transmission en milieu de soins."

Enfin, il recommande que les professionnels "vaccinés ou non", continuent de "respecter l'application strictes des mesures barrières", en limitant au maximum leurs interactions sociales lors des moments de pause et des repas sans masque. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
266 rq / 1,538 sec