Portraits d’union entre une ex-infirmière photographe et ses anciens patients

Anita Gillier, ancienne infirmière libérale, depuis peu comédienne et photographe, présente jusqu'au 3 novembre* une exposition de portraits sensibles des résidents d'une résidence pour personnes âgées à Paris. Elle souhaite ainsi « redonner une autre image de la vieillesse ».

Anita Gillier, ancienne infirmière libérale, depuis peu comédienne et photographe

Anita Gillier. © DR

Ils vous regardent droit dans les yeux, intensément : les « modèles » qu'Anita Gillier a photographiés pour sa première exposition, résidents d'une résidence parisienne pour personnes âgées, donnent à voir des visages et des corps certes vieux mais bel et bien vivants !

La photographe n'est plus l'infirmière qui est venue pendant plusieurs années leur prodiguer des soins mais elle a gardé contact avec eux et souhaite, par cette exposition, « redonner une autre image de la vieillesse, résume-t-elle. Les personnes âgées sont un peu délaissées, comme si elles n'étaient plus utiles. Le regard porté sur elles est beaucoup trop axé sur le physique. Alors que ce sont des gens qui vibrent encore, qui ont de l'humour, souvent une belle expérience de la vie, du recul, du lâcher prise... Beaucoup abordent la vie de manière plus légère. »

Une autre image

Elle a connu la plupart des personnes qu'elle a photographiées quand elle était encore infirmière libérale. Un mode d'exercice qu'elle avait choisi, après avoir travaillé plusieurs années à l'hôpital, dans un centre de lutte contre le cancer et au Club med, pour pouvoir développer, par ailleurs, sa carrière de comédienne au cinéma.

Et voyager : des virées qu'elle entreprend l'appareil argentique autour du cou et dont elle revient chargée de clichés montrant « la beauté du monde »... Remplaçante dans un seul cabinet, elle apprécié les relations suivies avec les patients, en particulier les personnes âgées, qui la « touchent. Ils me parlaient de leur vie, de leurs souvenirs, c'était très intéressant d'écouter leurs histoires. Et moi je leur parlais de mon parcours, c'était un échange très riche », raconte l'ancienne Idel.

Quand elle décide de réaliser cette exposition et la propose aux responsables de la résidence pour personnes âgées, il y a environ un an, elle n'est plus infirmière libérale. Après 24 ans d'exercice du métier, « je sentais que j'étais au bout de ce chemin, confie-elle. (Mener les deux activités de front, NDRL), cela m'empêchait de me réaliser totalement en tant qu'artiste et desservait mes deux métiers. » Elle envisage d'abord de réaliser un livre puis se réoriente vers une exposition.

Elle reprend contact avec six de ses anciens patients et rencontre d'autres résidents de la résidence où elle est intervenue : quatre acceptent de jouer le jeu.

crédit photo : Anita Gillier. La photographe souhaite, par cette exposition, "redonner une autre image de la vieillesse".

Dix portraits

Dix personnes se laissent donc photographier et interviewer : « des séances formidables, commente Anita Gillier. J'ai par exemple découvert un monsieur qui avait été ingénieur hydraulique en Iran dans les années 1970. Il a sorti son album photo et m'a raconté. Cela lui faisait très plaisir de parler de tout cela. » Certaines personnes qui restent beaucoup dans leur chambre restent pudiques sur leur vie mais d'autres saisissent cette occasion pour échanger, évoquer les évolutions dont ils ont été témoins, les époques qu'ils ont traversées...

La dernière question de la photographe porte sur leur meilleur souvenir : « j'ai eu des réponses émouvantes », témoigne celle qui a consigné leurs réponses et les présente aux côtés des photos...

Ces « portraits d'union », titre de l'exposition, tracent selon elle « un trait d'union entre la société active, dite "jeune" et les personnes âgées à la retraite, entre résidents aussi », mais également entre la fin d'une période de sa vie à elle et un nouveau départ, vers la photographie, pourquoi pas auprès des habitants d'autres résidences.

Géraldine Langlois

Je m'abonne à la newsletter

*Exposition présentée du 21 septembre (vernissage à 16h) au 3 novembre dans le hall d'entrée de la résidence Domitys de Paris 14e.

Pour découvrir le travail d'Anita Gillier : www.instantdegraphe.book.fr

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
251 rq / 2,001 sec