Refus de soins aux patients précaires : le défenseur des droits saisi

"Pas de ", pas "d'" : certains médecins n'hésitent pas à annoncer, dès la prise de rendez-vous sur internet, qu'ils ne permettront pas l'accès aux soins à ceux qui ne peuvent pas payer plein pot... Médecins du Monde, la fédération des acteurs de la solidarité (Fnars) et le collectif inter-associatif sur la santé (CISS)  ont donc saisi le 10 janvier dernier le défenseur des droits, qui a ouvert une enquête. 

Refus de soins aux patients précaires : le défenseur des droits saisiLe comportement discrimine les personnes pauvres, estiment les associations, qui ont saisi le défenseur des droits, l'autorité indépendante chargée de défendre les droits des citoyens face à l'administration, et d'apporter une aide dans la lutte contre les discriminations. 

L'enquête concerne une douzaine de praticiens signalant explicitement sur leur site internet leur refus de recevoir les personnes bénéficiaires de la CMU-c ou de l'AME. 

Pour André Deseur, vice-président de l'Ordre des médecins, interrogé par le quotidien Le Monde, "ces pratiques ne sont pas tolérables. Si elles sont avérées, des poursuites disciplinaires seront engagées". 

"On appelle ça de la discrimination. Plusieurs articles dans le Code Pénal peuvent le sanctionner" a estimé Loïc Blanchard, responsable du service juridique de Médecins du Monde, cité par France Info.

Loïc Blanchard a par ailleurs assuré que les associations n'avaient pas saisi le défenseur de droits "pour attaquer spécifiquement les douez praticiens", mais pour "mettre le vrai problème sur la place publique". Celui des patients les plus précaires qui n'ont pas accès aux soins "à cause de professionnels qui ne souhaitent pas les accueillir". 

Rédaction ActuSoins 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Refus de soins aux patients précaires : le défenseur des droits saisi”

  1. Les politiques donnent l’exemple : pas de boulot pas de logement

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
235 rq / 3,390 sec