Financement des études infirmières à l’AP-HP : négociations en bonne voie

Jeudi 18 décembre, ils étaient près de 1000 place de la République à Paris pour manifester contre le risque pour certains étudiants en soins infirmiers en Ifsi dépendant de l'AP-HP de devoir payer de leur poche 24 000 euros pour trois ans de formation. Un rendez-vous avec l'AP-HP à fait baisser la tension. Pour les étudiants en formation, aucun ne devrait mettre la main au porte-monnaie.

©Cyrienne Clerc - Manifestation des ESI le 18 décembre 2014

©Cyrienne Clerc - Manifestation des ESI le 18 décembre 2014

"Je suis pile dans la cible, raconte Lina. J'ai plus de 25 ans et je me suis inscrite à Pôle emploi quelques semaines avant le début de ma formation. Or, pour que la formation soit prise en charge par pôle Emploi, il faut être inscrit depuis plus de trois mois. Je ne rentre pas non plus dans les critères pour que cette formation soit prise en charge par le Conseil régional".

Pour Loic Massardier, président de la Fnesi, ils seraient près de 200 à ne pas rentrer dans les cases (plus de 25 ans, reprise d'études, non pris en charge par Pôle emploi ou son employeur,...". "Nous n'avons pas à pâtir d'un manque d'investissement dans la santé et la formation car le problème est là. C'est un problème de fond", explique-t-il.

Du fait d'un grand nombre de dossiers incomplets, de financements octroyés par le Conseil Régional sans connaître véritablement la situation de l'ESI (et donc susceptibles d'être remis en cause), depuis plusieurs semaines, l'AP-HP recensait les différentes situations, demandait aux étudiants de justifier de leur situation. Les ESI en deuxième et troisième année craignaient même de devoir rembourser pour les années déjà effectuées.

Une réunion positive avec l'AP-HP

Après avoir arpenté le pavé parisien jusqu'au siège de l'AP-HP, Une délégation composée d’étudiants, de Loic Massardier et de Thierry Amouroux, secrétaire général du SNPI (Syndicat National des Professionnels Infirmiers) a été reçue par la direction générale de l’AP-HP en présence de Madame Séverine Mignon, représentante du Conseil Régional.

Durant cet entretien, indique un communiqué de la FNESI, un accord écrit a établi les avancées suivantes :

  • Pour les étudiants entrés en formation en 2012-2013, l’AP-HP prend la responsabilité du manque d’informations préalables à l’entrée en formation, en conséquence, aucun paiement ne sera exigé jusqu’à la fin de leur formation.
  • Pour les étudiants entrés en formation en 2014, il sera vérifié l’existence d’une convention de formation signée entre l’AP-HP et l’étudiant permettant de justifier la facturation de la formation. Dans le cas contraire, aucun paiement ne pourra être exigé jusqu’à la fin de leur cursus.
  • Pour les étudiants qui, néanmoins devraient payer leur formation (moins de 75 cas, Ndlr), une cellule d’accompagnement individuelle  est mise en place à la Direction des Ressources Humaines de l’AP-HP. Elle a pour objet de rechercher, avec les étudiants, des solutions de prise en charge du coût de leur formation.
  • A partir d’aujourd’hui, une information préalable détaillant les conditions de financement de la formation sera remise à chaque étudiant. L’affectation en IFSI d’un lauréat ne sera possible qu’après réception d’un dossier complet et l’accord du CFDC (Centre de la Formation et du Développement des Compétences) sur le mode de financement.
  • Il est acté que l’AP-HP proposera au Conseil Régional une réflexion sur ses conditions de financement de la formation.

"Des négociations vont démarrer dès janvier pour remettre à plat les conventions de financement avec le Conseil régional", ajoute Loic Massardier.

Cyrienne Clerc

Pour aller plus loin : formation continue DPC pour les infirmières et infirmiers libéraux

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Financement des études infirmières à l’AP-HP : négociations en bonne voie”

  1. solange granier dit :

    Le monsieur Amouroux du Snpi est aussi le président de l’ordre infirmier 75. La même personne qui défend soit disant les étudiants en tant que syndicaliste et qui les oblige à adhérer à l’ordre quand il change de casquette ! Le même qui envoie des relances menaçantes aux IDE et aux employeurs qui refusent de cotiser et d’adhérer à l’ordre infirmier !!!

  2. Kittycat Mel dit :

    devoir négocier pour intégrer une nouvelle boite à chomeurs… je trouve cela juste honteux

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
266 rq / 2,085 sec