Des soutiens financiers pour la médecine de demain

A l'occasion d'un colloque sur la médecine personnalisée, à la Bibliothèque nationale de France, la ministre des affaires sociales, de la santé et des Droits de femmes, Marisol Touraine, s'est exprimée en faveur de la "médecine personnalisée". 

Des soutiens financiers pour la médecine de demain"Les manières de consulter, de soigner, de guérir évoluent. La médecine du futur s'appuie sur l'informatique, les technologies numériques. Elle évolue chaque jour grâce aux biotechnologies, aux nanotechnologies. Elle étend sans cesse l'horizon des possibles" a expliqué Marisol Touraine lors du colloque.

Evoquant ainsi les progrès technologiques dans le secteur de la santé, telle l'imagerie 3D combinée aux robots, qui "donne aux chirurgiens les moyens de personnaliser le déroulement d'une intervention en fonction des caractéristqiues de chacun", Marisol Touraine a fait part de son enthousiasme vis à vis de la médecine du futur.

"Tout va changer. En premier lieu, la place du patient. Jusqu'à présent, il écoutait, recevait son traitement. Désormais, il devient acteur à part entière de sa santé. Il suit sont rythme cardiaque, planifie son traitement, avec des objets connectés. Demain il pouura, à travers une lentille de contact, suivre son diabète... Non seulement le patient sera acteur de santé, mais la médecine elle-même s'adaptera à lui : c'est tout le défi de la médecine personnalisée. En personnalisant les traitements, on évite les effets secondaires et les complications" a ajouté la ministre.

Un soutien financier pour la médecine personnalisée

Marisol Touraine a ré-affirmé le soutien financier de l'Etat à l'innovation en santé. 33 millions d'euros dans le cadre du programme d'investissement d'avenir pour la recherche hospitalo-universitaire et 6 milliards d'euros dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 y seront consacrés.

Marisol Touraine a par ailleurs annoncé la création d'un fonds doté "d'au moins 100 millions d'euros" pour accompagner directement "les jeunes pousses industrielles".

Les enjeux

"La fixation des règles est une composante indissociable au bien-être du patient. La médecine personnalisée pose deux enjeux : l'un social, l'autre éthique" a expliqué Marisol Touraine.


"Tout d'abord, l'innovation en santé ne doit avoir qu'un seul objectif : soigner avec plus d'efficacité le plus grand nombre de patients. L'innovation doit profiter à tous, elle ne peut être un luxe réservé à quelques privilégiés" a estimé la ministre.

Concernant l'aspect éthique et évoquant notamment la recherche sur le génome humain, Marisol Touraine a expliqué qu'elle saisirait prochainement le Comité Consultatif national d'Ethique pour qu'une réflexion "complète, participative et sereine soit organisée".

"Faciliter l'accès au séquençage complet est évidemment une avancée scientifique majeure. Il peremt d'identifier une mutation ou un gène impliqué dans une maladie, ou encore d'évaluer les prédispositions génétiques d'une personne pour certaines maladies. Mais jusqu'où sommes nous prêts à aller? Au delà de la question du consentement et de l'utilisation des données, il gfaut se poser la question du droit au savoir et du besoin de savoir : veut-on réellement savoir dans le détail quel sera notre devenir médical? Certaines personnes sont-elles mieux disposées que d'autres à connapitre leur génome? " a interrogé la ministre, justifiant son choix d'en appeler au comité d'Ethique.

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
326 rq / 4,813 sec