Mort d’un enfant de 4 ans au CHU de Nancy : une erreur médicamenteuse ?

Le petit Timéo, 4 ans avait été admis début avril pour un problème cardiaque au CHU de Nancy. Il y est décédé vendredi dernier, dans des "conditions suspectes". D'après l'autopsie qui a été pratiquée au lendemain de son décès, la "charge médicamenteuse présente dans le corps de l'enfant" pourrait être à l'origine du drame.

Mort d'un enfant de 4 ans au CHU de Nancy : une erreur médicamenteuse ?Une enquête a été ouverte par le parquet de Nancy pour déterminer la cause exacte de la mort du petit garçon.

Pour l'heure, la police judiciaire privilégie la piste du surdosage et continue d'enquêter à l'hôpital. De son côté, le procureur chargé de l'affaire a demandé à faire de nouvelles analyses scientifiques afin de comprendre l'enchaînement des faits.

L'Agence Régionale de Santé, qui a également ouvert une enquête, a indiqué à l'Est Républicain que l'enquête médico-administrative allait être renforcée dans les prochaines 48 heures.


Dans un communiqué, le CHU de Nancy qui a  assuré « mettre tout en œuvre pour faire de la lumière sur les circonstances de ce drame » et collaborer « activement à l'enquête qui a été ouverte ». La direction a indiqué se tenir "prioritairement" à disposition des proches de l'enfant pour "répondre à leurs légitimes interrogations" concernant la mort du jeune garçon intervenue brutalement vendredi dernier.

Des analyses toxicologiques devraient déterminer les doses et la nature des traitements donnés par le personnel médical et paramédical, et si il y a bel et bien eu une erreur dans la prescription ou l'administration de ceux-ci.

Rédaction ActuSoins (avec l'Est Républicain et RTL)

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Mort d’un enfant de 4 ans au CHU de Nancy : une erreur médicamenteuse ?”

  1. Manque aussi de supports technologiques [code-barres /rfid/etiquettes effets capacitives” etc.]utilisés notamment aux USA permettant l assistance a la préparation /dispensation des traitements l évitement iatrogenique la iatrogénie 10000 décès 133000 journées d hospi tout le monde s’en fout et encore plus offrir un minimum d ergonomie dans la production des soins…

  2. Clo Dy Dkn dit :

    Normal arrêté de supprimer les postes ide surmenage car travail des médecins des as
    Supporter les familles qui tel dérange ne respecte plus les soins
    Quand peut il encore avoir de la concentration ç est bien malheureux mais tant que cette ministre n à pas encore de scrupules et supprime les piliers des services ç est ce qu il arrivera malheureusement

  3. Meli MelWay dit :

    Malheureusement, il y a ce type d’erreur même dans les meilleurs hôpitaux.
    Mon fils a été hospitalisé pour des problèmes cardio à necker et aurait pu mourir d’une erreur de surdosage. L’infirmière avait préparé 10 fois la dose de cordarone dans une seringue (per os avec un peu d’eau).C’est moi qui lui ai administré et j’ai bien vu que c’était bcp plus pâteux que d’habitude. Je ne lui ai donné qu’une partie et j’ai demandé à la jeune infirmière quelle dose elle avait préparé.
    Il a eu dans les minutes suivantes un lavage d’estomac. Je me demande ce qui se serait passé si je n’avais pas été présente…
    Malheureusement il est décédé 1 an plus tard d’une fibrillation ventriculaire…

Réagir à cet article

retour haut de page
266 rq / 2,242 sec