Baisse des vaccinations : quelles solutions ?

Depuis plusieurs années, une baisse des vaccinations est observée en France, mais aussi dans l’ensemble des pays européens.

Baisse des vaccinations : quelles solutions ?Le ministère a mandaté Sandrine Hurel, députée de Seine Maritime, parlementaire en mission auprès de Marisol Touraine,  pour formuler des recommandations afin de "faire évoluer le principe de l'obligation vaccinale, et lever les obstacles financiers à la vaccination" selon un communiqué du ministère. 

Cette nomination s'inscrit dans le cadre du programme national d'amélioration de la politique vaccinale 2012-2017, qui prévoit notamment la facilitation de l'accès à la vaccination et la redéfinition des notions de vaccination recommandée et de vaccination obligatoire.

Une des mesures du programme, déjà évoquée dans le projet de loi santé, et très controversée par les syndicats infirmiers ainsi que par les médecins, serait d'autoriser les pharmaciens à pratiquer la vaccination. Un moyen de rendre plus "accessible" ce soin, selon Marisol Touraine, ministre de la santé. "Pourquoi est-ce que je propose ça ? Parce qu'il y a de moins en moins de gens qui se vaccinent", a expliqué le 20 octobre dernier, la ministre sur i-Télé. "La couverture vaccinale baisse. Si vous prenez les bébés, ils sont vaccinés à presque 100%. Si vous prenez un vaccin contre la grippe, chez les plus de 65 ans (...) il y a un Français sur deux seulement qui se vaccine", a détaillé Marisol Touraine.

Comprendre la baisse des vaccinations

Alors que le ministère évoque des "obstacles financiers", de nombreuses voies, y compris dans le milieu de la santé, se font entendre depuis quelques années sur les méfaits possibles de certains vaccins, appelant à la prudence dans leur utilisation. C'est le cas d'Olivier Toma, président du C2DS, et directeur de l'Agence Primum non nocere. Le président du C2DS dénonce entre autres "une campagne de vaccination massive, ne prenant pas en compte le cas par cas". " Quelqu'un, dont on peut facilement deviner les motivations, a décidé qu'il fallait une injection tous les mois, tous les ans, etc. Ce qui explique dans doute la santé florissante des fabricants de vaccins dont les plus célères ont presque réussi à se faire passer pour des bienfaiteurs de l'humanité".

Pour lui, certains procédés, comme une simple sérologie vaccinale pour mesurer les anti-corps et ne vacciner que les personnes qui en ont besoin et "au bon moment de la vie", permettraient de réduire les risques d'effets secondaires ou même d'éviter de se faire vacciner pour rien. Plutôt que de faire des campagnes de vaccinations massives, il faudrait mettre à disposition de chaque personne, "un calendrier vaccinal personnel" puisque "chaque personne réagit de façon spécifique sur le plan immunologique et qu'il faut en tenir compte".

Ces dernières années, de nombreux cas d'effets indésirables liés aux vaccins ou à leurs adjuvants ont été médiatisés, ce qui expliquerait, outre les aspects financiers et pratiques évoqués par le ministère, la méfiance des français vis à vis de la vaccination. 

Vacciner en masse ?

Ce n'est pas la vaccination qui est remise en question par les détracteurs de la "vaccination massive", mais bien le manque de précautions préalables à la vaccination.

Alors que la vaccination a permis le contrôle - voire l'éradication- de nombreuses maladies infectieuses, certaines, qui ne devraient plus tuer ni même exister, reviennent ces derniers temps. La semaine dernière, la rougeole a tué un enfant de 18 mois en Allemagne. Aux Etats-Unis, ce même virus connaît une flambée spectaculaire avec des dizaines de cas recensés en Californie au mois de février. Cette recrudescence de la rougeole sur de nombreuses années, y compris en France, fait suite à une étude frauduleuse, datant de 1998 et depuis  identifiée comme mensongère et malhonnête, affirmant que la vaccination pouvait entraîner une forme d'autisme chez les enfants.

La vaccination, quelque qu'elle soit, a de plus en plus  mauvaise presse. De nombreux reportages télévisés ont dénoncé par exemple la présence d'aluminium dans les adjuvants, alors que ces derniers pourraient être remplacés par des substances non nocives.

Pour le gouvernement, pas de changement de direction : il faut poursuivre la vaccination et la promouvoir coûte que coûte afin de protéger le maximum de personnes.

Sandrine Hurel, sera chargée de comprendre les démotivations des français, de simplifier les notions de vaccination recommandée et de vaccination obligatoire, mais également de faire des propositions concrètes pour améliorer le taux d’adhésion des Français et des professionnels de santé à la vaccination.

Marisol Touraine, ministre de la santé, rappelle à l'occasion de cette étude et par le biais d'un communiqué de presse,  l’importance de la vaccination pour se protéger et protéger les autres contre les maladies.

 

Malika Surbled

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Baisse des vaccinations : quelles solutions ?”

  1. Vive le mélange d’informations… C’est ça… Ne vaccinons plus alors… ne vaccinons plus les enfants contre le tétanos par exemple tant qu’on y est… Pour information, on meurt encore du tétanos aujourd’hui… Vos gamins, vous ne les vaccinez pas contre le tétanos ??? Je serais curieux de voir tiens… Juste pour voir si vous avez un double discours… Le vaccin contre la grippe sauve chaque année des centaines de personnes âgées qui, comme chacun sait, risquent des complications cardiorespiratoires plus ou moins graves en contractant la grippe… Donc même si certains débats par rapport à certains vaccins restent tout à fait louables compte-tenu des pressions de laboratoires plus que puissants, heureusement que cela existe en France, la vaccination !

  2. Le lobby des labos pharmaceutiques est content et se frotte les mains, le gouvernement fait exactement ce qu’il demande au détriment de la santé de milliers de personnes.

  3. Kittycat Mel dit :

    avec toutes les saletés qu’on y intègre vous prenez les gens pour des moutons ??? les gens en ont marre d’engraisser des salops sans vergogne prêts à tout pour nous faire manger, boire, ingérer, se voir administrer des cochonneriess

  4. faudrait déjà savoir les composants du produit injecté, s’il est efficace (2.5 millions de personnes “grippées” en France parait il alors qu’on a largement vacciné ) et/ou les effets secondaires du vaccin (sclérose en plaque….etc… etc…..etc …..) après, perso, je vaccine gratos 🙂

  5. Quelles solutions ?
    Déja rémunérer dignement les infirmieres libérales qui aujourd’hui ne gagnent strictement rien à chaque déplacement : moins de 10 euro brut pour un déplacement, une injection, et la gestion du matériel souillé (aiguille).
    Ensuite s’ assurer que les professionnels soient bel et bien payés : il est inadmissible qu’un paiement soit refusé parce que la carte du patient n’était pas a jour : le professionnel n’y est pour rien lui il a fait son boulot.
    Résultat de plus en plus d’infirmières ne se déplacent plus pour des soins rémunérés moins de 10 euro brut déplacement compris : bilans sang, injection s/c, vaccins…tout simplement parce qu’elles y gagnent rien et que bien souvent ca leur coute meme de l’argent. Ni bonne ni conne ni nonne.

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
236 rq / 3,261 sec