La FNESI critique une ministre “immobile” face aux étudiants infirmiers

Ces 7 et 8 Février la Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers s'est réunie en conseil d'administration à Reims. L'occasion de souligner que si Marisol Touraine a annoncé au cours de ses voeux de début d'année qu'elle est "attachée au dialogue social et à la participation des jeunes aux politiques publiques, les étudiants en soins infirmiers attendent toujours que ces mots se transforment en actes".
 
campagne_gouvernance-3 (glissées) campagne_gouvernance-1-3 (glissées) La FNESI critique une ministre "immobile" face aux étudiants infirmiersPremier point sur lequel la fédération étudiante attend une avancée : la réforme de la gouvernance des instituts de formation sur un modèle démocratique universitaire.

"Voilà maintenant un an que la FNESI se mobilise pour la mise en œuvre des réformes promises par mesdames Touraine et Fioraso, à l'époque ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Durant cette année, à de multiples reprises, la ministre de la santé a pourtant signifié être attentive aux problématiques des étudiants en soins infirmiers. Elle annonçait même, dans une allocution audiovisuelle lors du congrès national de la FNESI en novembre dernier (...) le caractère incontournable de cette réforme dans un contexte d'intégration universitaire et d’instauration du processus Licence-Master-Doctorat, promettant l'établissement d'un calendrier pour ces travaux devant débuter en janvier 2015", rappelle la FNESI.

Or, aucun travail n'a été engagé "alors que la question de la gouvernance génère une attente d’actions immédiates", ajoute la fédération.

Loi de santé : l'absence de professionnels paramédicaux dans le groupe de travail

Deuxième point d'accrochage : "dans le cadre du projet de loi de santé, la FNESI reste marquée par l'absence totale de consultation des jeunes qui composeront pourtant les professionnels de demain et au delà, des professionnels non médecins", faisant référence à la tenue de groupes de travail, récemment lancés, sans la présence des représentants infirmiers (ou étudiants infirmiers).

Ainsi après la prise de position de neuf syndicats de paramédicaux qui s'insurgent de ne pas en faire partie et s'estiment "ignorés voire méprisés", de celle de la FNI qui réclame une réécriture totale du projet de loi, c'est au tour des étudiants infirmiers de réclamer le droit à participer au débat.

"Le Conseil d'Administration de la FNESI a pris des positions fortes pour l’affirmation des pratiques avancées (incluses dans la loi de santé ndlr) qui ne doivent en aucun cas faire l’objet de demie-mesures. L’article 30 du projet de loi de santé ne doit pas être, encore une fois, comme le prouve la composition et le pilotage des groupes de travail, le biais d’une main mise médicale sur l’évolution des compétences des professionnels ou du système de santé.


La FNESI demande donc à ce que les travaux soient repris dès à présent, en incluant l’ensemble des professionnels et les organisations concernées. Cette volonté doit être marquée par la désignation d’un professionnel issu du corps paramédical pour piloter le groupe de travail aux côtés de madame Lenoir-Salfati et monsieur De Haas", réclame la fédération étudiante.

Ainsi la FNESI n'exclue pas "un mouvement si aucune garantie ni aucun avancement permettant d’aboutir sur une réforme des textes de gouvernance pour la rentrée 2015 n’est à noté dans les prochains jours.

C’est donc un dernier appel du pied que la FNESI et les 91 000 étudiants en soins infirmiers lancent à madame Touraine et son ministère afin de mettre fin à leur immobilisme  !"

Rédaction ActuSoins (source communiqué de presse)

Selon le président de la CSMF, Jean-Paul Ortiz, la ministre de la Santé aurait accepté de repousser de près de deux semaines le timing initialement fixé pour la négociation et l'examen de la future loi de Santé par le Parlement.

Si le ministère confirmait l'information, la dead line initialement fixée au vendredi 13 février deviendrait un point d'étape. Cela laisserait ainsi le temps aux nombreux amendements parlementaires de parvenir en Commission des Affaires sociales qui se réunirait, selon ce nouveau calendrier, pour examiner le projet le 24 mars.

Toujours selon la CSMF, le vote en séance à l'Assemblée nationale serait donc prévu à la mi-avril. Et les sénateurs se pencheraient sur le texte en juin.

Durant ces 15 jours de délai, les six groupes de travail formés pour réécrire certains chapitres de la loi refusés par les libéraux devaient continuer à se réunir (source Egora)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “La FNESI critique une ministre “immobile” face aux étudiants infirmiers”

  1. M51 dit :

    Bien bien bien… Sherlock Holmes en action.

    Si Solange Granier publie un commentaire sur ActuSoins
    Et que Thierry Krieger publie le même commentaire sur Facebook à la virgule près
    C’est qu’ils ont fait un copier/coller
    C’est que Solange Granier et Thierry Krieger doivent être la même personne…
    C’est donc qu’il ne s’agit ni de Solange Granier ni de Thierry Krieger, mais d’une personne qui se fait passer pour eux. A moins que Thierry ait volé la propriété intellectuelle de Solange, commettant un regrettable plagiat… A moins que Thierry et Solange soient deux âmes soeurs qui s’ignorent et pensent exactement la même chose, mais à 10 minutes d’intervalle.

    Mmm… Le mystère s’éclaire quand on sait sur quelle page facebook Thierry Krieger a posté son commentaire (“Lesinfirmières Encolère”) et que l’on sait que cette page publie régulièrement des nouvelles de “Résilience”, un syndicat anti-ordre, anti-fnesi, anti-système, anti-politique, anti-?

    La théorie du complot donnerait donc
    Solange GRANIER = Thierry KRIEGER = Lesinfirmières Encolère = Résilience (Well done Sherlock!)

    Pour finir, je dirais que se construire en opposition aux autres organisations c’est assumer sa position minoritaire. Selon son dernier tweet, la FNESI est en train de se faire auditionnée pour la Loi de Santé. C’est quand le rdv à l’Assemblée pour Résilience?

    A la FNESI : Continuez et n’écoutez pas ces syndicats qui sont dans une permanente opposition qui n’aide personne. Et dites vous bien qu’en quelques années d’études vous en avez fait plus pour votre profession qu’eux durant l’ensemble de leur carrière. Vous allez dans le bon sens, je vous suis.

  2. solange granier dit :

    Ben alors les oisillons ??? Sont pas contents ??? Eux qui se vantaient encore quelques semaines auparavant d’être des interlocuteurs incontournables de la profession infirmière ??? Eux qui, encore étudiants, s’offusquent de ne pas avoir été invités aux tables rondes, comme les professionnels paramédicaux, sur la Loi santé que MST a été contrainte, par Hollande, de remettre à l’ouvrage compte tenu de la médiocrité de son premier contenu !

  3. “Parce que je serai infirmier…” c’est du futur simple. C’est vraiment dommage une telle faute sur une si belle affiche!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
654 rq / 1,657 sec