CHU de Rennes : un jeu vidéo pour les enfants de la chambre au bloc

| 1 135 vues | | mots clefs : 1 réaction

Depuis trois ans, l’association « Les petits doudous de l’hôpital Sud » du CHU de Rennes, met tout en œuvre pour rassurer les enfants hospitalisés et diminuer leur anxiété avant le passage au bloc. Dernière initiative en date : un jeu vidéo dont ils sont les héros, qui les accompagnent via une tablette, de leur chambre d’hôpital, jusqu’au bloc opératoire.

CHU de Rennes : un jeu vidéo pour les enfants de la chambre au bloc Les membres de l’association Les p’tits doudous de l’hôpital Sud - un infirmier, cinq infirmiers-anesthésistes dont Nolwenn Febvre, la présidente-fondatrice, et deux médecins-anesthésistes - ont constaté qu’il était bénéfique pour les enfants d’être divertis tout au long de leur parcours hospitalier afin de ne pas être stressés avant leur intervention.

L’équipe a donc voulu transformer la réalité de leur prise en charge et la réflexion a commencé en septembre 2012, avec cette idée d’avoir recours à un jeu vidéo dont l’ serait le héros. Motivée, l’équipe décide d’inventer cette application.

A la même époque, la fondation BBraun lance un appel à projet pour agir pour le mieux vivre du jeune patient.

« Il fallait que ce soit un projet ludique, innovant et reproductible, souligne Nolwenn Febvre. J’ai donc contacté un designer de jeu vidéo pour savoir si notre projet était faisable, nous avons monté notre projet et l’avons défendu devant le jury de la fondation. »

L’association gagne le 1er prix soit 15 000 euros. Parallèlement, l’entreprise Niji décide de prendre en charge la programmation du jeu vidéo au titre de mécénat de compétence. « Cela nous a donné des ailes », reconnait Nolwenn Febvre qui précise avoir notamment pu financer 15 tablettes avec les 15 000 euros.


"Le héros, c'est toi"

Après un an de réflexion, le jeu vidéo "Le héros, c'est toi", composé de trois niveaux de difficulté suivant l’âge, est né en avril 2014. L’enfant redécouvre sa chambre ainsi que les couloirs de l’hôpital de manière virtuelle, jusqu’à la salle d’opération.

« Certains membres du personnel ont été pris en photo pour être intégrés au jeu en tant qu’avatar et ainsi donner des conseils aux enfants tout au long du parcours », souligne Nolwenn Febvre en précisant que l’enfant y retrouve également ses parents présents en photo. Des minis jeux ponctuent le parcours comme une chasse au trésor ou des memory.

L’équipe a également paramétré des états d’anxiété de l’enfant comme le départ de la chambre, la séparation avec les parents et l’induction de l’anesthésie. Il peut ainsi valider l’état dans lequel il se sent et l’équipe récupère les données pour un travail de recherche.

Elle a d’ailleurs pu constater qu’avec le jeu, l’enfant est plus calme en arrivant en salle d’intervention. « C’est une belle aventure, une boule de neige qui avance avec les bonnes personnes au bon moment », s’enthousiasme Nolwenn Febvre.

Opération recyclage

Avant de se lancer dans les jeux vidéo, l’association a multiplié les initiatives. Tout est partie de la volonté de Nolwenn Febvre de venir en aide aux enfants qu’elle entendait pleurer à l’hôpital.

Elle a contacté Moulin Roty, qui a répondu à son message en envoyant gratuitement un carton de doudous. L’équipe les a alors donnés aux enfants qui arrivaient en urgence à l’hôpital, sans leur doudou portant source de réconfort.


Une fois le carton vide, elle a cherché une solution pour faire perdurer l’initiative. Comme elle savait que financièrement, ce ne serait pas la priorité de l’hôpital, elle a créé l’association « Les petits doudous de l’hôpital Sud » en 2011 et a œuvré à la recherche de dont un pour le moins original : la récupération de fils de bistouris composés de cuivre.

« J’ai passé le mot à tous les blocs opératoires et tout le monde s’est mis à récupérer les fils pour l’association », explique-t-elle. Un protocole de décontamination a été élaboré et désormais, l’association revend environ une tonne de cuivre par an, ce qui lui rapporte entre 100 et 200 euros par mois. Elle récupère également les lames d’ en inox, ce qui représente environ 850 kg par an.

Avec cet argent, l’association finance les doudous pour 4000 opérations et achète également des gommettes pour que les enfants puissent décorer les masques à oxygène qu’ils auront pendant leur opération.

" Quand j’ai vu l’ampleur de notre action de recyclage, j’ai prévenu les membres de la direction, indique-t-elle. Dans un premier temps, ils se sont inquiétés des normes de bonnes pratiques et du fait qu’on revende ce qui avait été acheté par l’hôpital. Mais finalement, la direction a validé notre procédure d’hygiène. » Désormais, tous les services participent à l’action de recyclage et d’autres hôpitaux démarchent l’association pour mettre en place le même type d’initiatives.

 Laure Martin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “CHU de Rennes : un jeu vidéo pour les enfants de la chambre au bloc”

  1. oui ya lgt que cela existe et c est super

Réagir à cet article

retour haut de page
803 rq / 2,920 sec