Des SMS quotidiens pour l’observance

| 620 vues | | mots clefs : , Pas de commentaire

L'équipe de cardiologie de l’hôpital de la Timone à Marseille a choisi la solution de rappel des prises de traitement. Premiers retours d'expérience.

Des SMS quotidiens pour l'observanceCette solution déployée par Observia, opérateur de services e-santé spécialiste de l’observance, est déployé depuis le mois de Mars 2014 dans le service.

Résultat : non seulement les patients sont plus observants mais cet accompagnement dans leur parcours thérapeutique contribue à construire et entretenir un lien de proximité avec les équipes soignantes.

"La prise d’antiagrégants plaquettaires tels que l’aspirine est capitale pour prévenir les complications suite à une angioplastie coronaire. En effet, après ce type d’intervention, le risque d’infarctus est multiplié par 50 en cas d’arrêt du traitement antiagrégant. C’est pourquoi il est important de développer des outils de rappels qui prolongent le message des soignants lorsque le malade est rentré chez lui ", explique Jacques Quilici, cardiologue.

Initiés à l’hôpital, les rappels par SMS se sont poursuivis lorsque les patients sont rentrés chez eux. Rédigés sur un ton convivial, les messages envoyés sont sympathiques et non intrusifs : les patients ne sont pas obligés de lire le message immédiatement.

Geoffroy Vergez, directeur général d’Observia précise : « Souvent les patients, une fois rentrés chez eux, se sentent isolés. Grâce au lien du SMS quotidien de rappel, qui, pour mémoire, est un service gratuit, ils adhérent mieux à leur traitement et aussi, ils gardent un contact rassurant avec les équipes soignantes de l’hôpital. Le service de néphrologie s’intéresse d’ailleurs également à notre solution, notamment pour la prise de médicaments anti rejets de  ».

En France, la non observance concerne près de la moitié des patients atteints de maladies chroniques. On estime son coût à deux milliards d’euros par an, les journées d’hospitalisation induites à 1 000 000 et les décès à 8 000 patients. Pour ce qui est précisément des maladies cardiovasculaires, le taux d’observance médicamenteuse est estimé à seulement 54 % à 1 an (pour l’aspirine, les béta bloquants, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et statines). 

Rédaction ActuSoins (source communiqué de presse)

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
667 rq / 2,967 sec