Le plan cancer officialise le métier d’infirmier clinicien

| 4 191 vues | | mots clefs : , 2 réactions

"Créer le métier d’infirmier clinicien et le déployer prioritairement dans le champ de la cancérologie", c'est une des annonces du troisième plan cancer, annoncé par François Hollande, le 4 février.

Le plan cancer officialise le métier d'infirmier clinicien"La création du métier d’infirmier clinicien est une innovation qui s’inscrit dans la stratégie nationale de santé", indique ce troisième plan cancer qui affiche un budget de 1,45 milliard d’euros sur 5 ans, dont 720 millions de mesures nouvelles.

"Il s’agit d’une formation universitaire qui reconnaît la possibilité à un infirmier de réaliser des dites avancées, au?delà du métier socle d’infirmier", explique le texte. Une formation de niveau master, ouverte dès la rentrée 2016.

Objectif : "mieux répondre aux besoins de la population en cohérence avec les évolutions de l’organisation des soins" et renforcer "la coordination des soins et la présence de personnels infirmiers investis de prérogatives et d’un champ d’autonomie élargi".

Un objectif qui va de pair avec les "évolutions technologiques dans le champ de la cancérologie, le développement de l’ambulatoire en particulier en chirurgie, la complexification des soins,...".

Une ouverture à la prescription pour les infirmières

"Ces infirmiers cliniciens seront habilités à assurer, sous certaines conditions, la prescription protocolisée d’examens de suivi des traitements, de traitements complémentaires et de support, ainsi que la reconduction ou l’adaptation de traitements spécifiques", précise le texte.

C'est ainsi une grande première pour la profession infirmière avec l'ouverture à la prescription d'examens et de traitements.

Quel profil et quelle tâches ? Le teste met en avant la coopération "avec le médecin traitant, avec l’équipe référente et avec les autres professionnels de santé, hospitaliers ou de proximité".

Les autres points clés du plan cancer

- Favoriser des diagnostics plus précoces avec un "accès à un dépistage régulier du cancer du col utérinme de 25 à 65 ans" et une amélioration du "taux de couverture de la vaccination par le vaccin antipapillomavirus" avec une "gratuité, pour les jeunes filles concernées". Le plan prévoit notamment "d'autoriser la vaccination par les infirmier(e)s diplômé(e)s d’État".

- Assurer "une totale des actes de dépistage et des examens complémentaires liés au dépistage".

- Réduire les délais d’accès pour un IRM à 20 jours (27 jours actuellement). Le nouveau plan prévoit de réduire des écarts en terme de délais d’attente qui varient du simple au triple d’une région à l’autre.

- Favoriser les traitements moins lourds et à domicile (doublement de la chirurgie ambulatoire en dix ans).

- Généraliser le dossier communicant en cancérologie avant la fin 2015.

- Systématiser les génétiques pour tous les malades qui le justifient et généraliser le séquençage à haut débit de l’ensemble des cancers d’ici 2019. Cela devrait permettre l’analyse de 10 000 tumeurs en 2015, de 60 000 en 2018.

- Inclure 50 000 patients par an dans des essais thérapeutiques en 2019.

- Impliquer le patient en développant l’éducation thérapeutique en cancérologie.

- Formaliser un programme personnalisé de l'après-cancer remis à la sortie de l'hôpital.

- Mettre en place dans chaque région, une offre de chirurgie réparatrice sera créée, "accessible à tous sans aucun frais" pour les patients.

- Prévenir les cancers avec un programme de réduction du tabagisme qui sera présenté avant l'été.

Cyrienne Clerc

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Le plan cancer officialise le métier d’infirmier clinicien”

  1. Aleks Alex dit :

    Nos compétences cliniques sont peu souvent reconnues au profit des compétences techniques, alors que notre boulot se situe entre les deux. Oui ça évolue à petits pas car cela fera des petits dans des secteurs autres que l’oncologie (cardiologie et pathologies chroniques, néo-nat, soins d’urgence, médecine générale etc)… Le master à l’université : très bien. Le plan prévoit le salaire ? Ou on l’a encore dans le cul ?

  2. Il serait temps,il y a 30 ans l’hôpital de Poitiers,employait des infirmières cliniciennes qui amélioraient les soins….En Belgique et au Canada elle officiaient déjà….

Réagir à cet article

retour haut de page
762 rq / 3,452 sec