Violences envers les soignants : les ministères se mobilisent

| | mots clefs : 3 réactions

Après les récentes agressions dont ont été victimes une infirmière aux urgences de l'hôpital Pierre-Oudot (Bourgoin-Jallieu-Isère) le 25 août et un infirmier des urgences de l’hôpital de la Conception (Marseille), les ministres de la Santé et de l’Intérieur ont décidé de procéder au recensement des conventions existant entre les établissements de santé et les services des forces de sécurité de l'Etat.

Violences envers les soignants (infirmiers, médecins, aides soignants) : les ministères se mobilisentLes agences régionales de santé (ARS) sont mobilisées pour effectuer cette actualisation « dans un délai de trois mois (…) en étroite collaboration avec les services du ministère de l'intérieur », précise le communiqué ministériel.

Cette actualisation passe par « un diagnostic des situations à risque et des dispositifs de prévention notamment dans les établissements de santé ou les services les plus exposés à des risques d'incivilité et de  ». Le renforcement de ces dispositifs et le cas échéant, le renfort en personnels sont envisagés.

« Cela va dans le bon sens. Mais la solution passe aussi par de meilleures conditions d’accueil et par un meilleur accès aux soins, ce qui implique également  plus de personnel soignant », indique Karim Mameri, secrétaire général de l’Ordre national des infirmiers (CNOI).

Autre volet abordé par Marisol Touraine et Manuel Valls : la prévention nécessite « une meilleure information et sensibilisation des personnels hospitaliers à la prévention et à la gestion des conflits ». « Nous sommes très vigilants volontaires pour engager un travail avec les pouvoirs publics et tous les acteurs concernés. Dans les établissements, les formations à la gestion des conflits sont insuffisantes. Les négociations doivent inclure, les employeurs, les ARS, les ministères mais aussi les professionnels de santé », insiste Karim Mameri.

Prévention et déclaration : deux objectifs

Les actions de prévention devraient aussi toucher les professionnels libéraux, précisent les ministres qui entendent mettre l’accent sur « les réunions d'information et de sensibilisation initiées par le ministère de l'Intérieur auprès des responsables départementaux de l'Ordre des médecins ». Pour le CNOI, « les infirmières libérales qui font beaucoup de domiciles sont les premières touchées ».

Le CNOI a lancé le 25 août dernier une enquête auprès de la profession sur les violences et les agressions. Près de mille réponses ont été enregistrées et sont en cours de traitement.  « Il s’agit de mieux connaître et de mieux évaluer les risques. Et il n’y a pas de bonne évaluation sans de bonnes déclarations », souligne le secrétaire général du CNOI. Les ministres de la Santé et de l’Intérieur entendent «  veiller au caractère opérationnel des procédures de suivi des actions engagées en justice par les professionnels victimes ou leurs établissements » et Marisol Touraine a rappelé dans son instruction aux ARS « la nécessité de déclarer tout événement d'insécurité ou tout acte de violence à l'encontre des professionnels de santé, des patients ou des visiteurs ».

Dans le cadre de l’agression contre un infirmier à l'hôpital de La Conception le 20 août dernier à Marseille, une plainte a été déposée et la CNOI s’est portée partie civile. « Nous avons un rôle incitatif. Il ne faut jamais banaliser ces actes de violences », indique Karim Mameri qui précise que « l’Ordre apporte également un accompagnement après des services de police et une aide juridique gratuite aux victimes avec la possibilité pour lui de se constituer partie civile ». L’Ordre compte ainsi se substituer aux victimes si celles-ci ne portent pas plainte.

Claire Dubois

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Violences envers les soignants : les ministères se mobilisent”

  1. eusebe dit :

    Et Pierrefrançois se distingue par son originalité : non, décidément, l’ordre, il n’en faut pas…

  2. Pierrefrancois dit :

    eusebe :
    L’ordre, l’ordre, l’ordre…
    Blablabla, blablabla, blablabla, blablabla,
    blablabla…………………………………………………..”

  3. eusebe dit :

    Mameri :
    “L’ordre, l’ordre, l’ordre…..
    Blablabla, blablabla, blablabla, blablabla, blablabla, blablabla……………………………………”

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
243 rq / 2,416 sec