La profession infirmière n’est plus épargnée par le chômage

A l'opposé du plein emploi tant vanté, certaines infirmières notamment des diplômées de 2012 peinent à trouver un poste, traversent des périodes de chômage et galèrent même pour travailler en intérim. La faute à une année  particulière mais pas seulement.

La profession infirmière n'est plus épargnée par le chômage« Si j'avais su... », c'est en substance ce que se disent des infirmiers nouvellement diplômés quelques mois après leur sortie d'IFSI en 2012. Miguel (34 ans, diplômé début 2012) a travaillé en intérim au CHU de Nantes à sa sortie de l'école.

Puis les missions se sont espacées : de septembre à décembre, il a travaillé quatre jours par mois... Sans aucun droit aux allocations chômage. « J'avais pourtant postulé à plein d'endroits », remarque-t-il, dans toute la Loire-Atlantique.

A la clé, beaucoup de réponses négatives, quelques entretiens sans issue. Finalement, il a décroché en février un CDI dans une EHPAD où il se sent très bien... Mais loin de chez lui : il engloutit 350€ par mois dans les transports !

Chômage et RSA

Meriem, diplômé en juillet 2012, a aussi traversé aussi un automne difficile. Après l'été dans des maisons de retraite, pas un jour de travail d'octobre à décembre. Mais elle recherche elle aussi dans le secteur de Nantes, qui paraît assez saturé mais qu'elle ne souhaite pas quitter. En ce mois de mars, elle décroche quelques missions d'intérim « par ci-par là » mais elle vit aussi du RSA. Elle n'a pas pu se résoudre, comme une de ses amies, à accepter un poste d'aide-soignante.

A 23 ans et avec un diplôme dernier cri, Elodie n'a droit ni au chômage (elle n'a pas assez cotisé) ni au RSA (elle a moins de 25 ans). Heureusement, après quatre mois sans travailler malgré ses recherche de poste (de jour exclusivement), elle a fini par trouver un CDI dans une clinique MCO du secteur toulousain. « Si j'avais su, déclare-t-elle aujourd'hui, je n'aurais pas quitté mon poste au Mans si vite pour suivre mon conjoint ici. » Comme les autres, elle a été surprise. Et réalise aussi « qu'on ne nous a pas appris à chercher du travail, à "se vendre" ».


Disparités régionales

Habitués à l'idée de pouvoir choisir leurs postes, les étudiants sortis des IFSI en 2012, deux fois plus nombreux que les autres années du fait de la réforme des études, sont arrivés sur le marché du travail à un moment difficile, comme l'a souligné la FNESI dans une étude récente.

Certes, « il existe encore des régions et des secteurs où on manque d'infirmières », indique Marie Houssel, adjointe au responsable des ressources humaines à la FHF.  En Ile-de-France, toujours en pénurie, et dans des régions comme l'est de la France, les jeunes diplômés ont trouvé des postes sans trop de difficulté.

« La gériatrie, le secteur médico-social ou le long séjour recrutent encore », souligne aussi Rémi Griffet, responsable commercial du site d'offres d'emploi Staffsanté. Mais le sud-est, l'ouest et le sud-ouest connaissent une forte baisse des opportunités professionnelles, observe Jerick Develle, directeur général de la société d'intérim Adecco médical.

Et surtout en MCO. « Les structures ont beaucoup moins de difficultés à recruter », ajoute le responsable commercial de Staffsanté, qui a enregistré une baisse des annonces à destination des soignants. Un cadre de psychiatrie a ainsi confié à Miguel qu'après avoir eu bien du mal à trouver des infirmières, il dispose à présent d'une trentaine de CV... Et des infirmières plus expérimentées sont aussi concernées.

Effet crise

La sortie de deux promotions s'est ajoutée à une conjoncture très particulière liée à la crise économique. Rémi Griffet et Jerick Develle estiment ainsi que les établissements font preuve d'un certain attentisme en matière de ressources humaines. Ils « rationalisent » leur organisation, estime plutôt Marie Houssel. La crise réduit en tout cas également la mobilité des salariés... et donc de leurs conjoints infirmiers, ajoute Rémi Griffet. Les soignants font le gros dos en attendant une hypothétique sortie de crise et le turn-over diminue.

De leur côté, les patients repoussent ici une intervention qui peut attendre, là l'entrée en institution d'une personne âgée, ajoute Jerick Develle. Au final, les opportunités s'en trouvent affectées, même si la baisse des missions d'intérim, « pour la première fois depuis longtemps », observe-t-il, a été quelque peu compensée par les recrutements en CDI chez Adecco.


Et la situation aurait été pire si le nombre de départs à la retraite avait diminué, souligne le directeur d'Adecco médical... Selon lui, 2012 aura été « une année de transition vers une période d'accentuation forte de la pénurie et de croissance » de l'emploi soignant en 2013 et 2014. Et Jerick Develle d'affirmer que « tous les chiffres montrent que les métiers de la santé seront les plus créateurs d'emploi dans les dix prochaines années ». Les jeunes diplômés ne demandent qu'à le croire !

Olivia Dujardin

Pour aller plus loin :

Offres d'emploi pour infirmière, IADE, IBODE, Cadres de Santé, Médecin, professionnels de santé sur toute la France et la Suisse

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

156 réponses pour “La profession infirmière n’est plus épargnée par le chômage”

  1. Bliss dit :

    Diplômée depuis mars 2013, j’ai déjà envoyées 68 lettres de candidatures spontanées dans les hôpitaux, maisons de retraite, établissement accueillant les personnes handicapées de toute la région… Et toujours pas de poste ! Le marché est malheureusement aussi bouché en Alsace. Je bosse donc comme aide-soignante dans une maison de retraite en espérant avoir bientôt un poste d’IDE.

  2. Myg-one dit :

    Wow, je lis avec intéret les commentaire postés ici car je suis une des personnes dont il est question dans l’article. Je m’offre donc un droit de réponse à certains commentaire, en mon nom et celui de mes consoeurs et confrères de promo.
    Tout d’abord, concernant la oisiveté, la selection des postes et la nouvelles formation. Je ne suis pas issu de la nouvelle réforme mais j’ai intégré la dernière promotion de l’ancien référentiel en 2009. Je ne sais pas si la différence sur le terrain est marquée mais j’ai ressenti en entretien parfois que le nouveaux référentiel faisait parfois peur aux employeurs (jusitfiée ou non, je sais pas). Ensuite, non, je ne suis pas oisif, j’ai bien postulé dans une presque trentaine d’établissements, j’ai eu un parcours d’étudiant tout à fait normal, et en intérim dans le privé ou en CDD dans le public je n’ai eu que de bonnes évaluations.
    L’établissement dans lequel je travaille est perdu en campagne et a été très sollicité par les CV choses qui n’était pas habituelles. Alors travailler dans un etablissement à une heure de route de chez soi (deux heures AR donc), y engloutir environ 20% de son salaire en carburant, sachant que comme tout IDE qui ne sait pas s’organiser on fait souvent une heure de rab….je ne sais pas ni ou est l’oisiveté, ni où son les caprices de jeune diplomés.
    Merci donc aux personnes qui postent des commentaires “y’a qu’a” de faire un court effort de reflexion au delà de la projection à leur situation personnelle.
    Alors oui maintenant il y a un peu plus de mission interim et ça revient doucement. Mais pour les collègues de promo, dans le bassin nantais, à moinds que nous ayons tous été frappé par la disgrace de la fainéantise, la fin d’année 2012 a été très difficile.
    Bon courage à ceux qui cherchent encore un poste, merci de leur soutient à ceux qui les encourage sans sortir des abbération du type ‘y’a qu’a aller en suisse” lol 🙂
    Miguel

  3. Aleks dit :

    Faut quand même le faire pour pas trouver de taf ou alors faut pas être mobile…

    • ide54_78 dit :

      faut quand même le faire pour faire des raccourcis comme ça ou alors faut avoir fait un IFSI où l’on n’a pas appris à réfléchir plus loin que son petit pré carré perso

    • Montblanc dit :

      La situation du marché du travail IDE est plus complexe que cela. cf cette article+la presse.
      Ne jamais juger trop rapidement, puisque tt le monde peut se retrouver au chomage un jour ou l’autre!

  4. beingnobody dit :

    Bonjour à toutes et à tous,

    Que de commentaires intéressants! Je crois que la situation actuelle mérite d’être analysée en regard de plusieurs paramètres.
    D’accord, il existe du chômage dans la profession infirmière. Et ce chômage concerne certaines régions de France plus que d’autres. Pour preuve, essayez donc de vous installez en Bretagne. En revanche, en Ile de France, les offres pullulent. Normal me direz-vous? C’est vrai, qui a envie de venir s’installer dans une région souvent dénigrée par les médias (insécurité, précarité…)? Pourtant, les commentaires font montre d’un recrutement qui privilégie l’expérience. J’encourage donc les jeunes diplômés en difficulté de venir dans notre région au moins pour se forger une expérience qui ne leur sera que profitable.
    Personnellement, je ne crois pas que nos jeunes diplômés soient plus oisifs que nous l’étions, ou plus “capricieux” quant au chois des services de soins. Je crois même que beaucoup d’entre eux quittent leur région d’origine pour venir étudier sur Paris et sa banlieue et n’en repartent pas tout de suite. Ils sont conscients de la difficulté de trouver un emploi stable dans leur ville et ne font pas la “fine bouche” quand une proposition d’emploi les rapprochant se chez eux leur est offerte.

    Quant à ce nouveau programme, tout le monde a été pris par surprise. Il a été demandé à des formateurs d’IFSI de mettre en place une formation universitaire et il a été demandé aux universités de s’associer à des groupements d’IFSI pour des formations professionnelles jusque là inconnues pour les elles.
    Peut être aurions-nous dû faire passer les études à 4 ans plutôt que de les raccourcir.
    Sachez pour ceux qui peinent encore avec ce nouveau programme (qui va fêter ses 4 ans au mois de septembre…) que les soins infirmiers ont quasi disparu du programme. C’est la raison pour laquelle les services de soins se plaignent des étudiants (“ils ne savent rien faire”). Les formateurs doivent jongler entre les exigences d’un programme universitaire et l’essence d’une profession qui demande beaucoup de pratique.
    L’idéal pour les IFSI serait de travailler main dans la main avec les services de soins pour définir des objectifs cohérents pour les étudiants et pour les services de soins.

  5. eusebe dit :

    Et il y a aussi celles et ceux qui aimeraient partir mais, ou bien elles ou ils n’ont pas l’âge (qui a été reculé), ou bien, n’ayant pas le nombre de trimestres requis, la décote leur laisserait une trop petite pension. Le travail est de plus en plus dur, et, en vieillissant, on peine de plus en plus…

    Personnellement, je laisserais volontiers ma place maintenant, hélas… je dois encore attendre une dizaine de trimestres (enfin, je l’espère, car ça devrait encore évoluer, et pas en bien), mais quand j’y serai, je n’y reviendrai pas, c’est certain.

  6. la fouaise dit :

    Chers jeremy 11100 et sophie,
    j’ai 59 ans ,20 ans d’hosto ,18 ans de libéral,2 divorces,aucun patrimoine immobilier
    (divorcer çà libère mais çà ne rend pas riche!!)
    je n’aurai pas ma retraite complète avant mes 64.5 ans et je suis crevée
    J’ai 1 fille de 26 ans qui est autonome (pour le moment) et un garçon de 36 ans qui rame encore et que j’aide encore car il élève seul un enfant de 5 ans
    je n’apprécie vraiment pas de tout vos sarcasmes sur les retraités au boulot
    La vraie question est: pourquoi y a-t-il du chômage pour les jeunes et pourquoi les retraités sont-ils contraints de travailler?
    Si vous prenez un peu de recul ,vous pourrez constater que c’est la génération de vos grands-parents qui profitent de la retraite correctement par rapport au peu d’études qu’ils ont fait
    Ne vous y trompez pas,la génération de vos parents,c’est-à-dire la mienne,se retrouve avec leurs propres enfants en difficulté,et leurs parents à assumer en plus!!!!!
    Alors comme Christel,je vous demande de réfléchir un peu et d’ouvrir les yeux, vous n’êtes pas les seuls à ramer et vous regretterez vos paroles quand vous réaliserez avec quel montant vous partirez en retraite

    • Montblanc dit :

      Je suis bien d’accord avec l’ensemble de votre point de vue. Il ne sert à rien qu’il y’ait une opposition/clivage jeune IDE/ IDE en fin de carrière.
      Cela entraine une mauvaise ambiance dans les services et montre aussi un certain manque de recul et de réflexion. Aussi, ça génère une rivalité “jeune/+ agées” qui sert à la hiérarchie selon le principe de “diviser pour mieux régner”. Cela ne va vraiment pas dans l’intérêt des IDE.
      Il faut aussi comprendre que vu l’allongement des carrières, plusieurs générations devront apprendre à travailler ensemble. Les jeunes IDE d’aujourd’hui seront les IDE de fin de carrière demain, en gros.
      Comme, il est dit plus haut les vraies questions sont:
      – pourquoi les retraités doivent-il continuer à bosser?
      – pourquoi les jeunes DE rament à trouver du boulot?

    • jeremy11100 dit :

      Chère La fouaise, je pense que tu n’as pas bien lu mes différents messages. Je “dénonçais” certaines, qui, malgré une belle rémunération du public lors de leur retraite, prennent un poste dans le privé alors qu’elles n’en n’ont pas besoin. Mes deux collègues que je citais en exemple sont dans ce cas. Dont une surtout, ex cadre sup, avec une retraite bien supérieure à mon salaire d’iade et un mari retraité chez d’entreprise. Ses salaires lui servent….à s’offrir des voyages à peut près tous les trimestres. Et oui. Et tant pis pour les jeunes collègues, la priorité planning, c’est elle. Elle travaille à fond pendant deux mois, plus cumule récup, fériés, cp et autres largesses pour partir à l’autre bout du monde pendant un mois. Et tant pis si ça tombe sur les vacances scolaires pendant lesquelles les jeunes collègues devront travailler sans pouvoir profiter un tantinet de leurs enfants. Voilà, ce sont ces comportements qui me débectent. Elles sont deux sur notre “petite” structure. Imagine le nombre sur la france entière…
      Sont évidemment exclues de ma fougue celles qui bossent par obligation évidemment :=)

      • Montblanc dit :

        Il y’a des opportunistes d’argent, de pourvoir, de planning, dans tous les domaines…Ce que je ne cautionne pas bien évidemment.

  7. Fifi-Féfé dit :

    BiEntôt il y aura plus d’IDE QUE D’aide soignante lollll; en tt cas sur Marseille pas de pénurie de taff dans le médical…je compatis pour ces villes en difficultés…

  8. Christel dit :

    moi j’ai 57 ans et apres 35 ans de métier dont 30 en libéral si je pouvais prendre ma retraite sans décote à 60 ans ,je vous prie de croire que je le ferais ! alors svp ne mettez pas tout le monde dans le meme sac ! vous etes trop dure ! un jour vous serez vous aussi une vieille infirmière !! respectons nous jeunes et moins jeunes ,nous faisons toutes le meme boulot avec coeur et compétences !

  9. chocolatine dit :

    je rejoins le commentaire de guan ; pour ma part je pense que nous avons besoin des uns et des autres ; les anciennes pour aider les jeunes à se confronter avec la réalité du terrain et nous à apprendre d’autres techniques ou à nous maintenir dans l’air du temps ; (ça nous permettra aussi d’éviter de mal “veillir” …..lol) je comprend elliermo , même si la trouve assez hard….., j’ai aussi d’anciennes collègues du chu de nice donc anciennes fonctionnaires qui continuent de travailler par obligation ! la côte d’azur est en manque encore d’ide, nous avons des ides roumaines polonaises espagnoles et portugaises qui viennent y travailler ! DONC IL y a encore du boulot mais le niveau de vie est assez chère ! l’hôpital de nice recrute en cdd à échelon 6 (oui échelon 6 donc +/ou à 1700/1800 e ! avec aide pour le logement )
    allez courage à tous ! nous en avons vraiment besoin !

  10. Francis dit :

    Essayez au Chru de Montpellier ou Nîmes. Les budgets sont en baisse maie le travail est à flux constant.

  11. Béatrice dit :

    ça devient dur aussi dans la drome : peu d’offre en intèrim, des hopitaux en difficultès financières qui dèbauchent et des soignants en poste ècrasès par 1 charge de travail sans limite : on va dans le mur à mon avis je plains de tout coeur les jeunes diplomès et moi je languis la retraite en me demandant si je vais supporter les dernieres annèes j’50 ans, 24 ans d’hopital, je suis pas du tout blasèe mais fatiguèe

  12. glufier dit :

    lunes ou des lustres le dindon est et restera le patient et le soignant tout le monde s’en fou !!!on prend notre salaire et retour à la maison rien à signaler ras tout va bien

  13. glufier dit :

    a force de reorganisation à la mord moi le noeud de mutualisation à la mord moi le tartifume fallait bien s’attendre à ça la rarefaction des postes ! tout va bien dans le meilleur des mondes dans la majeur pârtie des services on bosse comme des dingues au risue tres souvent d’une qualité moindre et d’une securité qui va avec !on va pas etre plus royaliste que le roi si le patient accepte ce merdier tout va bien dans le meilleur des mondes apres l’infirmiere qui foirera que dieu soit avec elle basta le reste c’est de la masturbation parlons parlons il n’en restera rien gauche ou droite une bande de procrastinateurs à la solde de la finance on peut en discuter pendant trois lunes ou des lustres le dindon est et restera le patient et le soignant tout le monde s’en fou !!!on prend notre salaire et le retour à la maison rien à signaler ras tout va bien droite

  14. adumont dit :

    Il me semble qu’après une période de plein emploi on revienne à la situation que j ai personnellement connue en …1986. Lorsque je suis sortie de l’IFSI a ce moment là (Toulon) dans ma promo de 40 élèves seules une dizaine d’entre nous avions trouvé immédiatement un CDI . Le CH ne recrutais pas ou du moins seulement en CDD de 3 mois . Certaines de mes collègues sont restées plus de 2 ans avec des petits contrats dans le secteur public. Pour ma part j’avais fais le choix d aller travailler sur Marseille , sans faire la difficile sur le choix de service . Avouons que beaucoup de jeunes ont un idéal et ne veulent pas travailler n’importe ou avec n importe quel public . Pour ma part si on a fait le choix de soigner, dans des temps difficiles, il faut aller chercher le travail là ou il est au moins pour avoir une certaine expérience
    Aujourd’hui effectivement les établissements hospitaliers recrutent moins en MCO mais il y a du travail dans les EHPAD , services à la personne ou soins a domicile.

    • ide54_78 dit :

      il y a effectivement du travail ds ces secteurs :
      – 3 infirmières pour 125 résidents : donc conditions de travail pourris, tes repose tu te les carres où le cadre pense…des glissements de tâches…

      prendre un poste pour gagner sa vie, certes, mais c’est aussi cautionner ces pratiques!

  15. guan dit :

    Triste
    Pourquoi ce déchirement inter générationnel? Ne sommes nous donc pas tous et toutes des infirmières? Investies auprès des patients, des institutions, de la société. Comment voulez vous fédérer cette profession si les générations s’affrontent. Nous les anciens, n’avons nous pas été jeunes et débutants? N’avons nous pas exploités les compétences et le savoir de nos ainés pour acquérir et emmagasiner de l’expérience et de l’expertise dans nos domaines de prédilection. Groupons nous, battons nous. Les anciens sont prêt à défendre la profession avec et pour les jeunes diplômés.
    Nous avons besoin des forces vives, qui réfléchissent à l’avenir de la profession, vous avez besoin de la sagesse et du recul quant à la réalité du terrain. Nous sommes indissociables et complémentaires, il n’y a pas de bon ou mauvais diplômes, Peu de gens sont capable d’investir une profession comme la notre,. Alors de grâce ne détruisons pas tout. Travaillons, construisons, conceptualisons ensemble l’avenir de notre profession.

  16. Limbo dit :

    A lire les différentes réactions suscitées par le commentaire de Ellierim, j’en reste pantois. On peut ne pas être d’accord, mais on se doit de respecter son opinion.
    La “réforme” a des lacunes, c’est certain. 2 stages par années au lieu de 5… qu’on ne s’étonne pas de se retrouver avec des brelles comme collègue. Quid de la réforme de 1992 qui a tué la psychiatrie…et fait grimper aux rideaux des générations d’ISP.
    Arrêtez cependant de croire que la réforme est la panacée. Elle ne l’est pas. La théorisation de la clinique a ses limites. Recracher du Hesbeen sans le comprendre pour votre TIR est certes valorisant pour l’ego mais sonne creux.
    Porter des croc’s, un badge forme de grenouille avec votre prénom fièrement épinglé sur votre p’tit cœur de Bisounours ne vous dédouane aucunement du fait de porter des œillères. Vous sortez de l’IFSI et non de l’ENA. Donc oui il y a du chômage, de la précarité, des contraintes budgétaires… Bienvenu dans la réalité !

    • gumpp dit :

      Quel rapport avec la nouvelle réforme? Tu es drh? Tu recrute? Le probleme de chomage est le meme chez tout le monde! En postulant dsle mais on ne m’a jamais dit tu es de la nouvelle réforme donc pn ne t’embauche pas! Le problème c’est que l’hopital n’a plus d’argent et prefere faire travailler en sous effectif plutot que d’embaucher! Dans certaines regions c’est telement la crise que des infirmieres se font licencier ( veridique dans la manche!) donc arretons d’essayer de faire porter le chapeau aux nouveaux diplomés , cela devient ridicule..

      • gumpp dit :

        Et oui on ne sort pas de l’ENA , on a jamais dit le contraire! Ceux qui se la pete avec le nouveau diplome sont ridicule, de meme que ceux de l’ancienne réforme qui se sentent superieurs.. Faut redescendre sur terre ..

      • Limbo dit :

        Le problème c’est que tu ne sais pas lire. Je ne fais pas porter le chapeau aux nouveaux diplômés et je n’encense pas non plus les diplômés de l’ancienne réforme.
        Je constate seulement que les gens qui “découvrent” le chômage dans notre profession sont issus de la réforme et semble tomber des nues. Je m’interroge donc sur leurs motivations et la vision qu’ils ont de la profession (d’où mon ironie dans le commentaire précédent). Bien sûr que les contraintes budgétaires font en sorte que les structures de soins embauchent moins ou ne proposent que des contrats précaires. Et alors ? Je n’ai pas choisi d’être infirmier pour avoir du fric ni la sécurité de l’emploi! J’aurais fait autre chose sinon.
        Donc qu’on arrête de pleurnicher. Je trouve ça indécent. Surtout provenant de gens qui n’ont même pas encore commencé à bosser…

      • gumpp dit :

        Si ne t’en fait pas pour moi je sais lire.
        Pour ma part jai trouvee un cdi directement en debarquant dans une region que je ne connaissais pas, ensuite j’ai des amis des deux reformes et sincerement le chomage touche tout le monde. Et oui c’est surprenant que meme notre profession soit touchee par le chomage, ça choque et pas que ceux du milieu médical.. Tant mieux pour toi si tu ne choisi pasa ton métier en fonction des perspectives de travail..pour ma part j’ai de la chance d’aimer ce metier d’autant plus qu’il donnait beaucoup de perspectives et de choix de domaines ou on veut travailler. Et on est d’accord on ne choisis pas d’etre infirmiere pour le fric sinon on ne tiendrais pas 1 semaine dans un service..

    • sange83 dit :

      Limbo!!! 2 stages par an?? Tiens bizarre moi j’en ai fait 3 par an, deux de 5 semaines et un de 10 semaines et en dernière année c’est même 4 stages dont un de 10 semaines ce qui équivaut à l’arrivée à “du pareil au même” avec la réforme d’avant où vous faisiez des stages de 4 semaines!! Où est votre problème avec nous? parce que des incompétentes de
      votre formation j’en ai croisé aussi : celle qui me demande de donnez un skénan 30 à un patient très âgé naïf de morphine “parce que c’est le protocole”!!! celle qui me demande de rester en stérile jusqu’à la fin d’un soin alors que l’on touche le patient dés le début et qui confond donc allègrement stérile et propre… vous en voulez d’autres???

      • Limbo dit :

        @gumpp : on est d’accord en effet.

        @sange83 : Bien évidemment que des incompétents on en trouve dans la nouvelle et l’ancienne réforme. Je trouve ça plus probant dans la nouvelle réforme car avec la suppression des MSP et des notes de stage, beaucoup de “tanches’ passent au travers des mailles du filet. Tout comme avant, beaucoup de diplômés sortaient des IFSI sans avoir jamais vu une perfusion, une CIP ni même une transfusion. Ce qui posait problème. Un des avantage de la réforme est qu’il faut désormais “valider” ces compétences (Perf, CIP, et transfu) pour prétendre au DE. Encore que valider ces compétences en atelier reste selon moi une aberration.
        Toujours est-il que la formation a perdu en qualité en ce qui a attrait aux stages. D’où selon moi la perte de la notion de responsabilité inhérente à notre profession que je constate chez les étudiants de la réforme.
        Ils n’en sont pas responsable, ils n’ont pas d’autre choix que de se plier à cet enseignement puisque c’est le seul proposé…

      • Montblanc dit :

        @ Limbo: ce n’est pas parce que certains n’ont pas eu l’occasion de pratiquer certains soins techniques durant leurs études comme les CIP ou SNG que ce sont des “tanches”.
        S’ils ne maitrisent pas tels ou tels gestes techniques, et bien , ils l’apprendront sur le terrain. Ce qui compte, c’est de connaitre les ttt, les surveilances des ttt, surveillances des soins infirmiers, connaitre les pathos/complications, savoir le pourquoi du comment de chaque action.
        Dans la réforme actuelle, il est exigé que 80% des gestes techniques soit acquis donc pas la totalité. Il est regrettable que tous les soins techniques n’aient pas été acquis autant sous l’ancienne que la nouvelle réforme. Mais cela vient d’un déficit de terrain de stage riche en soins techniques et en qualité d’encadrement des étudiants. Cela fait des années que ca dure.

      • Montblanc dit :

        Concernant, ce qui est dit sur le fait “que l’on ne choisit pas un métier pour la sécurité de l’emploi”.
        Certes , ce n’est pas une motivation suffisante pour faire IDE. cependant, comme dans tout projet d’étude, il faut bien étudier le paramètre de facilité ou non d’insertion sur le marché de l’emploi. Il faut être réaliste et concret à un moment. C’est même la base de tout projet de formation que d’évaluer si l’insertion est rapide et stable sur le marché du travail!!!! des études en histoires de l’art déboucheront sur bien du travail: bien que je n’ai rien contre cette discipline! aussi, on travaille pour vivre, il faut bien gagner sa vie donc il est aussi réaliste de s’intéresser aux salaires de la profession IDE. Et d’^^etre reconnu à sa juste valeur!

      • Limbo dit :

        @Montblanc : Je comprends ton point de vue mais il n’en reste pas moins que de choisir une formation par défaut, à savoir “étudier le paramètre de facilité ou non d’insertion sur le marché de l’emploi” pour te paraphraser, me semble contradictoire avec une “qualité d’encadrement des étudiants” pour reprendre de nouveau tes mots.
        Notre profession est une vocation et non un choix stratégique pour trouver du boulot. Sinon comment veux-tu être motivé pour transmettre tes connaissances à un étudiant si tu n’es là que pour “bosser”.
        Ceci dit, merci pour cet échange!

      • ide54_78 dit :

        @Limbo : perso, je ne connais pas d’infirmière qui aient choisi de l’être par vocation !
        je ne connais que des laïques !

      • Limbo dit :

        @ide54_78 : Je parle de “vocation” en référence à mon secteur d’activité, la psychiatrie. Les soins généraux, ça ne m’intéresse pas…

  17. Sabsab dit :

    Chez nous aussi (Moselle), les différents regroupements ont fait des dégâts… donc ici aussi il y a du chômage!! n’en déplaise a Madame la retraitée, qui, visiblement n’a pas le temps de se tenir informée…

  18. jeremy11100 dit :

    @ arlando : je comprend bien que la vie est chere pour nos retraités aussi. Mais pour que le retraité maintienne son niveau de vie, est il normal qu’une jeune collegue survive avec le rsa…quand elle y a droit? Sans compter les abus. Une de mes deux collegues gagne tres bien sa vie (ancienne ide directrice des soins d’un gros ch). Son activité dans le privé est purement de l’argent de poche (car multi proprietaire rentiere en sus)…et elle n’est pas seule.

    • LILISE972 dit :

      C’est honteux!! je suis diplômée de l’ancien programme depuis un an maintenant, aucune proposition de CDI, on nous propose CDD sur CDD, vacations… Comme tu le dis certains dans mon cas n’ont même pas le droit au RSA, aucune aide sociale, même pas les APL!! Cela me révolte!

    • ide54_78 dit :

      dans un cas comme celui là c effectivement inadmissible !

  19. armando dit :

    je suis diplome depuis 16 ans , 6 ans de jour et 10 ans de nuit; depuis 10 ans je n’ai fait que des vacations et maintenant j’ai decide de prendre un poste fixe. alors dans l’ hopital publique j’ai arrete de postuler car ils ne comprennent pas ma demarche apres 10 ans dans le prive pourquoi vouloir retourner dans le publique? en postulant dans differents etablissements prives et semi prives on ne me propose que des vacations alors qu’ils ont enormements de postes vacants et je dis bien enormement!!! alors j’ai accepte en attendant la suite de mes recherches. le mois dernier j’ai fait 19 vacation dans un seul etablissement parisien, j’aurai meme put en faire 25 si j’avais accepte. dans cette etablissement , la nuit il y pratiquement que des vacataires , qui cumule depuis des annees leur poste du publique et les vacations dans le prive , il y en a un qui est cadre sup dans le publique et cadre de nuit vacataire dans le prive. je n’ai rien contre des IDE retraites qui doivent continuer a exercer dans le prive , avec une retraite de 1200 euros et un loyer de 700 euros a paris elles ne peuvent pas faire autrement et j’en connais beaucoup dans ce cas la ,ce n’est pas de l’argent de poche. Le nouveau programe des etudes, je le trouve tres interessent et c’etait un besoin de revaloriser nos connaissances theoriques. mais pourquois avoir reduit le nombres d’annees d’etudes aux detriments des stages? quand un etudiant passe 8 semaines dans un stage en soins a domicile pour preparer des pilluliers et faire renouveller des ordonnances il est ou l’objectif de stage? je sais de quoi je parle j’ai un neveu en 2 annee et une niece en 3 annee. Aux formateurs arretez de donner des travailles de groupes sur des cas concrets issus desannales des DE des annees precedentes , la moindre des choses c’est de reactualiser les donnees!!!! pour la petite histoire ma niece a eu en evaluation le cas concret 1995de mon DE !!! ma niece m’a demande qu’est ce que c’etait le vitrimix!!! et oui c’etait dans le texte alors qu’il n’existe plus depuis 1996!!! apres explications ma niece a fait la reflexion a son formateur il lui a repondu que la PERTINENCE n’etait pas le vitrimix alors elle lui a demande la difference entre le perikabiveine et le kabiveine? reponse c’est la meme chose!!!! et vive la formation!!!! . Malheureusement on le vois sur le terain, ce n’est pas de la faute des nouveaux diplomes, lorsque le chirugien passe la plupart ne savent meme pas si leurs patients ont eu des gazs, des selles ou urines. C’est bien d’intellectualiser la formation mais il ne faut pas oublier la formation au lit du malade ca eviteraisde mettre certaines IDE en difficultes et certains patients en insecurites.

  20. VALLI65 dit :

    Je ne vais pas non plus rentrer dans une polémique sans fin concernant la réforme… Il est vrai que l’enseignement est quand même différent maintenant… Bref pour ma part j’ai choisi une branche qui recrute et ça dans de nombreuses régions : celle de la prévention, la santé au travail. C’est une approche de notre métier très intéressante où dans un service autonome on allie le soin, l’écoute et la prévention et dans un service interentreprise, où les soins ne sont pas fréquents, certes, mais on travaille en équipe pluridisciplinaire dans de nombreux secteurs d’activité afin d’apporter conseil afin de préserver la santé.

  21. Coralie dit :

    ya l histoire des retraité qui pique la place au jeunes mes ya aussi un manque de salaire pour pouvoir embaucher.on trouve beaucoup des poste en CDD qui sont pas renouvelé.et pourtant sur pôle emploi des offres d infirmière,aide soignante,médecins etc…..c est pas ce qui manque mes c est des remplacements il faut commencer par la mes si ya un réelle avenir ensuite ce serait mieux pour les jeunes d aujourd’hui ce serait plus intéressant.

  22. jeremy11100 dit :

    Je ne vais pas rentrer dans la polemique nvx anciens diplômes, mais concernant les retraites en effet. Je suis iade et dans mon “petit” bloc, sur une 15ene d’ide nous avons 2 retraitees du public, qui bossent à 80 et 100%. Oui ça fait deux jeunes au chômage en attendant. Certes chers retraités vos pensions sont à l’image des salaires,miserables. Mais pendant que vous cumulez retraite et argent de poche dans le privé, en ayant pour la plupart des enfants aujourd’hui autonomes et liberés de vos crédits immobiliers, vous empechez de jeunes collegues de rentrer en vie active et de pouvoir eux commencer à vivre.

  23. Hélène dit :

    et il y a celles qui cumulent deux postes…

  24. Aly dit :

    J’ai vu tellement de maladies invalidantes apparaitre chez les patients à l’aube de leur retraite que je préfèrerais profiter de mon repos bien mérité. Hélas on trouve des retraités de la fonction publique (pas que les IDE) travailler dans le secteur privé car le systèmele permet… alors que le taux de chômage a atteind un record jamais atteint :(((((

  25. Mathieu dit :

    L’effet de la dernière réforme aurait elle un lien avec les refus d’embauche d’infirmiers nouvellement diplômés? Probablement, pas fous les drh…

  26. Carine dit :

    Moi qui voulait passer le concours….. Ça motive pas vos commentaires!!

    • chocolatine dit :

      bonjour carine,
      il ne faut pas baisser les bras devant certains commentaires négatives , faite votre formation et vous verrez bien ensuite ; il n’y a pas qu’à l’hôpital ou les cliniques ou bien maison de retraite que l’on recrute il y a aussi les grosses entreprises les maisons d’enfants les pmi le conseil général les mairies etc (mais là il faut du piston……selon la ville où ont habite);
      courage

  27. Annaig dit :

    c’est désolant!! il y a de la place en IDF !!!!

  28. Véro dit :

    Que de colère au sein d une même profession !!! Nous ferions mieux de nous rassembler pour défendre notre métier qui a toujours été devalorisé jeunes moins jeunes et retraités! !!! Les salaires sont bas, le travail éprouvant, et la vie privée souvent catastrophique, ….les patients sont de plus en plus insatisfaits ou au a gué de la moindre erreur, je pleins la nouvelle génération car notre métier a vécu a mon avis c est plus belle année. …..

  29. LILISE972 dit :

    Beaucoup disent qu’il y a du travail, qu’il y a de nombreuses offres d’emploi, je suis d’accord, mais la plupart du temps, il faut avoir minimum 2 ans d’expérience, avoir travailler à un poste similaire et dans certains cas limite s’engager à ne pas faire d’enfants pendant un certains temps, mais où allons nous????? Vous critiquez mais accepteriez vous de travailler comme une machine en EHPAD seul pour 180 résidents, dans de mauvaises conditions en+ pour même pas 9€ de l’heure???? Même à l’AP-HP ou dans le privé, la direction rétorque qu’il n’y a pas assez de moyens pour embaucher davantage. Dans les boîtes d’intérim, c’est la disette! Que reste t-il alors??

  30. Marie Agnes dit :

    Jeunes IDE, un conseil commencez à cotiser une complémentaire car par la suite surprise !! Ce sera la misère

  31. Marie Agnes dit :

    Le soucis c’est les retraites qui ne suivent pas!! C’est du 1000€ et plus le temps file et plus cela s’amenuise…. Je ne jette pas la pierre bien que je pense qu’il faille laisser la place ….

  32. Sophie dit :

    Oui pour ma part je m’arreterai facilement bien que j’aime énormément mon métier! A chaque age ses plaisirs! Je ne suis pas non plus contre les retraités qui maintiennent une activité prof. mais là c’est une question de conjoncture, en période de crise et de chomage il me semble logique que les ide retraitées n’ont pas leur place sur le marché du travail.

  33. Adeline dit :

    Vous verrez si vous vous arreterez si facilement.

  34. Sophie dit :

    C’est clair les retraitées à la retraite! C’est déjà assez dur comme çà! Et ces “anciennes” infirmieres qui se croient plus que parfaites et indispensables feraient mieux de se remettre en question et de garder leurs commentaires poussiereux pour elles!! Elles sont a coté de la plaque mais veulent toujours mettre leur grain de sel partout!

    • eusebe dit :

      Soyons sérieux, les anciens sont maintenus dans l’emploi, je le sais, j’en fait partie : l’âge de la retraite a reculé (57 ans dans la FPH pour les catégories B) et le nombre de trimestres à cotiser a augmenté (166), ce qui veut dire que, même si tu la souhaites vivement, et c’est mon cas, tu dois repousser ton départ en retraite pour avoir une pension correcte.
      Il ne sert donc à rien d’opposer les jeunes et les “vieux”, c’est le système qui est responsable de tout ce bazar et les responsables ne sont pas ceux qui bossent ; du travail, dans le secteur de la santé, il y en aurait pour toutes celles et ceux qui le souhaitent, je pense que le problème se situe au niveau de nos gouvernants.

  35. Yacine dit :

    maison de retraite . ou vac AS

  36. Sabrina dit :

    pénurie de personnels, et oui il y a du chomage IDE…. paradoxal… mais réel !!

  37. moutarde dit :

    Il y a une réforme mal ficelée avec une inadéquation entre le théorique et la pratique et qui ne répond pas aux besoins, 2 promos qui sont sorties à 6 mois d’intervalle, une crise économique et de profits, des IDE qui sont tellement … et qui font le boulot des collègues absentes, qui partent à pas d’heure, qui reviennent sur leurs repos, qui ont l’oreille collée à leur téléphone… pour le soi-disant bien des malades, des glissements de tâche avec la bénédiction des employeurs mais aussi des personnels (faisant fonction en tous genres, coopérations entre professionnels de santé, emplois d’avenir, service civique…etc).
    Bref, tous les ingrédients pour que cela continue en y ajoutant une sous-syndicalisation record (cause ou conséquences) et un (dés)ordre infirmier qui n’en finit plus de crever.

    • hotlol dit :

      Oui Moutarde, le bien des malades est le but mais il ne faudrait pas que l on tombe malade car j’ai bien peur que l’on s’occupera bien mal de nous même;))
      Prendre soin commence par soi pour aller vers l autre sinon c est du masochisme.

    • Sansebastien dit :

      Je crois que vous faites un abcés de fixation avec notre Ordre. Je ne crois pas qu’il soit responsable de tout. Vous devriez voir “quelqu’un”, cela vous ferait certainement du bien.
      Confraternellement

      • ide54_78 dit :

        oh oui, vous focalisez aussi la dessus.
        Sinon, sur le sujet de l’article, vous avez des commentaires ?

  38. Coralie dit :

    je rejoint votre commentaire Mickaele pat.moi aussi je trouve cela dégueulasse.les jeunes on du mal a trouvé une place en CDI ou même en CDD a cause que les retraité passe en priorité.c est le monde a l envers!

    • moutarde dit :

      Peut-être que certain(e)s ont du mal à trouver un emploi “à cause que elles réfléchissent et travaillent comme elles parlent/écrivent”….

    • ide54_78 dit :

      entre certaines anciennes qui mettent TOUS les nvx esi dans le paniers des feugnants, et certaines jeunes DE qui pensent que les retraités sont blindés de tunes et leurs piquent leur boulot…on bien partis….

      tous les retraitésn’ont pas 1500€ de retraite à la fin du mois, si certains continuent de bosser c’est peutêtre qu’ils en ont besoin…

      • jeremy11100 dit :

        Et par conséquent laisser une jeune crever au rsa? Nous arrivons à une periode charniere voulue par nos dirigeants: avoir trop de main d’oeuvre afin d’obtenir une masse docile, non revendicatrice et à moindre cout.

      • ide54_78 dit :

        je n’ai jamais écrit ni pensé ça. Mais chacun a effectivement ses problématiques perso, jeune diplômés ou retraité.

        Vaut-il mieux laisser crever un jeune ou un vieu ??

        lee problème n’est les retraités qui cumulent avaec un emploi. Le pb est les retraités QUI ONT UNE BONNE RETRAITE, et qui cumulent.

        mais là, à partir de quel montant ? différent selon les régions ?

      • jeremy11100 dit :

        La retraite doit etre la retraite. Si le retraité estime sa pension inssuffisante, il peut continuer sur son poste pour majorer sa pension. Ce qui n’est pas correct c’est de se retraiter du public pour bosser dans le privé et toucher les deux. Nos retraités ont vecu la periode du plein emploi, la croissance, l’immobilier pas trop cher, un salaire de base qui valait 1.7 fois le smic versus 1.2 aujourd’hui. Bref, ils avaient tout pour reussir et investir. Les jeunes aujourd’hui sont dans la misere meme en bossant, alors en precarité…Nous avons un soucis generationnel où nos ainés ont brulé et consommé toutes les ressources, s’octroyant au passage des avantages qui en feraient rever plus d’un aujourd’hui. Il serait temps d’enfin partager.

  39. Claire dit :

    je vis en provence saturée d’infirmières, alors pour changer de poste trés difficile!!fini l’époque où une infirmière trouvait facilement et pouvait changer à l’envi!!

  40. Sabrina dit :

    pffff ….dépitée de voir ce commentaire

  41. Mickaele dit :

    CHOMAGE INFIRMIERE AH BON BIZARRE AH J OUBLIAIS DE SIGNALER AUSSI CEUX QUE TOUT LE MONDE SAIT OU FAIT SEMBLANT DE NE PAS S EN APERCEVOIR QUAND dans la vie des infirmires qui sont a la retraite vont travailler pour arrondir leur fin de mois et qui ont une retraite siffisante pour vivre BIEN SUR SI ELLES ONT UNE RETRAITE A 900 OU 100O EUROS JE VEUX BIEN QU ELLE FASSE UN SUPPLEMENT A MI TEMPS MAIS LES AUTRES QUI ONT UNE RETRAITE IMPORTANTE QUI TRAVAILLENT TEMPS PLEIN ET QUI ONT ENTRE 62 , 63 , 64 , ans et qui bossent + RETRAITE JE TROUVE CA DEGUEULASE LES RETRAITES QUI ONT UNE RETRAITE SUFFISANTE POUR VIVRE DE N IMPORTE QUEL METIERS DOIVENT LAISSER LA PLACE AUX AUTRES C EST UNE HONTE QES RETRAITES QUI VONT TRAVAILLER ET QUI ONT DES RETRAITES SUFFISANTES ET QUI EN +++ SE FONT DES FIN DE MOIS QU ILS OU QU ELLES LAISSENT LA PLACE AUX AUTRES N EST CE PAS MARRE DE VOIR DES INFIRMIERES AGEES TRAVAILLAIENT ALORS LAISSES LA PLACE AUX JEUNES OU CEUX QUI SONT AU CHOMAGE

    • bkgel76 dit :

      Et en Français? Sans fautes, cela est possible?

    • moutarde dit :

      C’est quoi une retraite “suffisante” pour vivre et pour faire vivre qui ?
      Même question pour une retraite “importante”.
      Enfin, je n’ai pas beaucoup croisé d’IDE des âges que tu cites mais est ce que tu t’es posé la question de savoir si elles avaient tous leurs trimestres ?

      • eusebe dit :

        Personnellement, je pense qu’une pension mensuelle de 1500 € est correcte, enfin, pour moi ça conviendrait.

  42. Camille dit :

    L’est n’est pas non plus épargner par le chômage, en tout cas pas en lorraine ou j’enchaîne les cdd de quelques mois voire quelques semaines

  43. Moltini dit :

    Les disparités entre régions sont bien connues. Ne pouvant parler que de ce que je connais, je vous confirme que sur paris il reste beaucoup de places. Reste à accepter 1/3 de salaire dans le loyer minimum et/ou qlq km pour se rendre sur place mais le recrutement se fait rapidement.

  44. Adeline dit :

    Les préjugés n’ont jamais emmené de bonnes choses que ce soit ici où dans les soins… A bon entendeur….

  45. Adeline dit :

    Donc Erika les Ide au chômage sont des feignasses et les journalistes d’actusoins sont à la solde du gouvernement afin de tirer vers le bas les salaires ?

  46. Ludo dit :

    Commentaires affligeants…. Et le fait qu’il y ai des IDE au chômage n’est pas récent…

    • cath dit :

      c’est vrai, le phénomène n’est pas récent mais il prend de l’ampleur. Récemment, une collègue d’hôpital pensait qu’un poste d’IDE restait vacant depuis plus d’1 an dans son service parce qu’il n’y avait pas d’infirmière !! Je lui ai appris que cet hosto n’avait passé aucune annonce, ni à Pôle Emploi ni aux 2 agences interim du coin. Beaucoup d’entre nous ne sont pas conscientes de l’importante diminution du nombre de postes IDE, et du fait que les employeurs remplacent de moins en moins les congés et les absences..

  47. Erika dit :

    du boulot il y en a! ce genre d’article va cautionner les bas salaires.

  48. Nolwenn dit :

    Je confirme que, contrairemant aux idées reçues, il n’y a plus tant de postes IDE que ça…
    J’ai cherché plus de 6 mois avant de me résigner à accepter un CDI à mi-temps, faute de trouver mieux, après avoir écumer les CDD de quelques jours tout au plus!!
    Plus personne ne recrute, en tout cas, sur ma région!
    Et comme je ne peux plus me permettre de travailler à mi temps, je me vois dans l’obligation de quitter mon travail pour accepter un poste à 90km de chez moi!!!

  49. Adeline dit :

    Et je ne sais pas tout donc oui je ne suis pas prêtes à accepter n’importe quoi, en tant que nouvelle diplômée je préfère attendre un poste où l’encadrement d’accueil sera fait correctement pour la sécurité des patients! (qui parle de grosse tête là?)

  50. Adeline dit :

    Quand on est pas mobile pour raison familiale du chômage y en a et je ne suis pas la seule sans emploi dans la région de Strasbourg! Même avec de très bons rapports de stages et des inf qui auraient aimé travailler avec moi… Les hôpitaux sont saturés! Même en ehpad les postes sont pourvus…

  51. Véronique dit :

    j’ai 41 ans, je suis en 3ème année de formation et je n’ai pas l’impression d’avoir chopé la grosse tête. J’ai dans ma promo, des jeunes, qui en veulent et qui bossent pour atteindre leur but. On est pas plus con que ceux de l’ancienne réforme, on a une approche différente mais notre objectif reste le même –>on travaille pour la personne soignée!!! Ce n’est tout de même pas la 1ere fois qu’il y a une réforme et à chaque fois la polémique a été la même. Notre difficulté à nous aujourd’ hui c’est de trouver du travail une fois le diplôme en poche. On apprend durant notre formation a avoir une grande ouverture d’esprit n’est ce pas votre cas vous les anciennes diplômées??? Je trouve moche que l’on puisse dénigrer la nouvelle génération. Comme de tout temps il y a ceux qui en veulent et ceux qui s’en fichent. Ne mélangeons pas tout !!!!!!!

  52. Amelie dit :

    oui ! il y en aura toujours des collègues qui font peur…. ! c’est pas nouveau !!! il faut juste éviter de mettre tout le monde dans le même panier…. sur tous mes stages, je n’ai jamais été en retard, j’ai fait des semaines de matin…. même mes 10 semaines en libéral à me lever à 5H tous les matins de la semaine, … c’est pas parce qu’on est novice, qu’on est feignant !! de l’incompétence chez les IDE “anciennes” j’en ai vu pour quelques unes…. pas de relationnel, ah si !!!! la tête dans les plannings à longueur de journée pour voir si untel travaille plus ou moins de WE …. Heureusement elles ne sont pas toutes comme ça …. je prefere prendre exemple sur les IDE qui ne sont pas blasées, et qui prennent encore plaisir à travailler …. le jour où on est blasé, on change de métier, ou de service….pour le bien du patient (bon je me calme, lol, ) bon courage à toutes les IDE, et aux étudiants, puisque nous sommes en pleine rédaction de mémoire de fin d’étude !! et Gardons le moral

  53. Sébastien dit :

    Les quotas ont été volontairement augmentés dans toute la France pour répondre à un besoin de court terme dans certains établissement parisiens… De ce fait en 10 ans ils ont augmenté considérablement l offre et réduit les besoins pour raisons économiques. Ils ont volontairement créé la précarisation de la profession ! Car créer du chômage, c est permettre aux administrations de réduire les coûts et de durcir les conditions des contrats ! CDD, intérim… Bref l entrée sur le marché des IDE est directement lié aux exigences économiques des établissements et non en fonction des besoins de santé ! Alors débattre sur la nouvelle réforme sur ce point est hors sujet !!!!

  54. Sylvie dit :

    ben ça c’est pas nouveau ; si tout le monde sort en même temps, y a pas de la place pour tout le monde… j’ai eu mon diplôme à Besançon en 1980 et je suis partie illico à Grenoble qui ne m’avait pas attendu pour embaucher… résultat, pas de boulot , pas de connaissances mais la niaque … alors, allo l’appel médical et j’ai commencé les remplacements que personne ne voulait : résultat des courses, en 6 mois, je connaissais mieux les environs de Grenoble que les Grenoblois!! et j’écrivais tous les mois à l’hôpital qui a fini par m’embaucher au bout de 8 mois… du boulot, y en a ; faut chercher et être mobile…faut pas être trop exigeant au départ, c’est tout

  55. Nathalie dit :

    les employeurs vont se frotter les mains…….

  56. Amandine dit :

    Je peux confirmer qu’en Picardie c’est difficile de trouver quelque chose. Beaucoup d’hôpitaux n’embauchent pas d’avantage. Beaucoup de mes collègues sont restés quelques mois au chômage, on essayé l’intérim (sans avoir beaucoup de missions) avant d’avoir un poste!!! Perso je suis partie à deux heures de chez moi pour trouver et je ne suis pas dans le milieu qui me plaît vraiment. Je fais encore partie de l’ancienne formation mais faut arrêter de dire que les jeunes ne sont pas motivés. On n’est pas tous pareil. Et les nouvelles formations type licence sont différentes, certes, mais il y a de bons éléments également.

  57. Ga dit :

    parce que vous etes sur des remplacements sans doute donc vous couter moins cher qu une interimaire… c est ce qui se passe dans mon ehpad… plus de sous pour interim on prend les retraités… en seine maritime addecco l ete dernier a meme refusé des inscriptions car il avait deja pas assez de travail pour leurs “habitués”!

  58. Adeline dit :

    Non mais je ne suis pas d’accord avec Ellierime mais on n’a pas à ui dire de laisser sa place ! Que ce soit pour des raisons financières ou besoin d’activité.

  59. Anne-sophie dit :

    Ellierim lamicro laissez votre place aux jeunes diplômés qui ont besoin de bosser pour vivre
    On a tous connu des ide comme Vous qui se pensent irremplaçables parfaites…. Les nouvelles diplômées ne sont pas plus débiles que vous au contraire !!! Arrêtez de vous croire au dessus de tout ce que vous avez vécu à vos débuts est révolu il faut ouvrir vos yeux !!! J ai 40 ans ide depuis 17 ans et contractuelle depuis 3 ans en attendant un poste à pourvoir ! Bonne journée madame !!!

  60. Anne-sophie dit :

    Ellierim lamicro laissez votre place aux jeunes diplômés qui ont besoin de bosser pour vivre
    On a tous connu des ide comme Vous qui se pensent irremplaçables parfaites…. Les nouvelles diplômées ne sont pas plus débiles que vous au contraire !!! Arrêtez de vous croire au dessus de tout ce que vous avez vécu à vos débuts est révolu il faut ouvrir vos yeux !!! J ai 40 ans ide depuis 17 ans et contractuelle depuis 3 ans en attendant un poste à pourvoir ! Bonne journée madame !!!

  61. Nathalie dit :

    il existe aussi un autre probleme…bon nombre d’ide retraitées de la fonction publique.qui reprennent une activité dans le privé ou en interim,pour arrondir leurs fins de mois…

  62. Nathalie dit :

    il existe aussi un autre probleme…bon nombre d’ide retraitées de la fonction publique.qui reprennent une activité dans le privé ou en interim,pour arrondir leurs fins de mois…

  63. Eve dit :

    Je vous rassure, nous ne sommes toujours pas formés à l’université ! Nous sommes toujours bien formés dans des instituts avec la plupart de nos cours enseignés par des formateurs et l’autre partie par des enseignants universitaires (qui intervenaient déjà pour la plupart dans l’ancien programme). Je crois savoir que les infirmiers de manière générale étaient ravis d’obtenir un niveau licence… Mais nous n’avons toujours pas de licence, nous avons un grade qui n’a que très peu de valeur à l’université. Alors rassurez vous… Dommage pourtant puisque certain pays comme les états unis et le canada prouvent que l’université a apporté beaucoup à la profession…
    Oui il y a une précarité de l’emploi et une difficulté grandissante à s’insérer professionnellement et plusieurs enquêtes le démontrent. Aujourd’hui le jeune professionnel postule partout en France pour trouver un poste et ne se cantonne plus à sa région. Il n’y a pas un véritable chômage puisque si on veut trouver un poste, on le trouve mais il y a bel et bien une précarité de l’emploi : des CDD à rallonge non renouvelés à la fin, des postes à 50, 80%, ect… Avec les difficultés économiques, les infirmiers partant en retraite ne sont pas remplacés et ceux en poste fournissent deux fois plus de boulot… C’est ça qui est regrettable et c’est ça que les jeunes professionnels dénoncent depuis plusieurs mois.

  64. Eve dit :

    Je vous rassure, nous ne sommes toujours pas formés à l’université ! Nous sommes toujours bien formés dans des instituts avec la plupart de nos cours enseignés par des formateurs et l’autre partie par des enseignants universitaires (qui intervenaient déjà pour la plupart dans l’ancien programme). Je crois savoir que les infirmiers de manière générale étaient ravis d’obtenir un niveau licence… Mais nous n’avons toujours pas de licence, nous avons un grade qui n’a que très peu de valeur à l’université. Alors rassurez vous… Dommage pourtant puisque certain pays comme les états unis et le canada prouvent que l’université a apporté beaucoup à la profession…
    Oui il y a une précarité de l’emploi et une difficulté grandissante à s’insérer professionnellement et plusieurs enquêtes le démontrent. Aujourd’hui le jeune professionnel postule partout en France pour trouver un poste et ne se cantonne plus à sa région. Il n’y a pas un véritable chômage puisque si on veut trouver un poste, on le trouve mais il y a bel et bien une précarité de l’emploi : des CDD à rallonge non renouvelés à la fin, des postes à 50, 80%, ect… Avec les difficultés économiques, les infirmiers partant en retraite ne sont pas remplacés et ceux en poste fournissent deux fois plus de boulot… C’est ça qui est regrettable et c’est ça que les jeunes professionnels dénoncent depuis plusieurs mois.

  65. Adeline dit :

    Des gens prétentieux, des gens incompétents, des je-m-en-foutistes ? Il n’y en a pas eu de tous temps? Il n’y a pas des personnes de votre promo qui vous ont fait peur ?

  66. Adeline dit :

    Des gens prétentieux, des gens incompétents, des je-m-en-foutistes ? Il n’y en a pas eu de tous temps? Il n’y a pas des personnes de votre promo qui vous ont fait peur ?

  67. Ellierim dit :

    et bien persévérez, vous l’aurez votre concours , je suis moi meme issu de cette filière, et c’est la meilleure,

  68. Ellierim dit :

    et bien persévérez, vous l’aurez votre concours , je suis moi meme issu de cette filière, et c’est la meilleure,

  69. Aline dit :

    Je suis particulièrement choquée par les commentaires d’Ellierim …. qui plus est soignante depuis de nombreuses années, qui plus est expérimentée, qui plus est plus compétente et plus à l’écoute ….. alors j’ai du mal à comprendre les commentaires de cette personne. Tant mieux si on vous propose de travail en continu même en étant à la retraite, l’hopital dans lequel je bosse le fait aussi régulièrement, mais ne soyez pas aussi “vindicative” quand à des faits qui existe reellement et ne vous en déplaise le chomage des infirmières est bien présent et des infirmières motivées ça existent alors votre jugement qui n’a de valeur que pour vous même gardez le précieusement il vous est certainement utile dans votre quotidien. Bonne journée

  70. Aline dit :

    Je suis particulièrement choquée par les commentaires d’Ellierim …. qui plus est soignante depuis de nombreuses années, qui plus est expérimentée, qui plus est plus compétente et plus à l’écoute ….. alors j’ai du mal à comprendre les commentaires de cette personne. Tant mieux si on vous propose de travail en continu même en étant à la retraite, l’hopital dans lequel je bosse le fait aussi régulièrement, mais ne soyez pas aussi “vindicative” quand à des faits qui existe reellement et ne vous en déplaise le chomage des infirmières est bien présent et des infirmières motivées ça existent alors votre jugement qui n’a de valeur que pour vous même gardez le précieusement il vous est certainement utile dans votre quotidien. Bonne journée

  71. Angéline dit :

    Bien sur que oui mais je ne vois pas pourquoi vous parlez de la nouvelle réforme ! Quel est le rapport ?? Des connes y’en a aussi dans l’ancienne réforme !

  72. Angéline dit :

    Bien sur que oui mais je ne vois pas pourquoi vous parlez de la nouvelle réforme ! Quel est le rapport ?? Des connes y’en a aussi dans l’ancienne réforme !

  73. Céline dit :

    tous les nouveaux ne sont pas mauvais …. mais sincerement certains font peur et je ne voudrais pas les avoir en tant que futurs collegues !!!! ils ne veulent pas faire d’après midi, une semaine entiere du matin c’est trop dur … ils arrivent en retard …. l’absenteisme nen parlons pas … ca fait peur !

  74. Céline dit :

    tous les nouveaux ne sont pas mauvais …. mais sincerement certains font peur et je ne voudrais pas les avoir en tant que futurs collegues !!!! ils ne veulent pas faire d’après midi, une semaine entiere du matin c’est trop dur … ils arrivent en retard …. l’absenteisme nen parlons pas … ca fait peur !

  75. Ellierim dit :

    je ne parle pas des formateurs, bien sur ce sont les memes, mais pour certaines jeunes diplomées, je ne dis pas toutes, elles ont l’impression d’etre supérieures, et ca se ressent parfois meme au cours des études, des infirmieres supérieures et les autres, ne me dites pas que vous n’avez jamais vu ca ??

  76. Ellierim dit :

    je ne parle pas des formateurs, bien sur ce sont les memes, mais pour certaines jeunes diplomées, je ne dis pas toutes, elles ont l’impression d’etre supérieures, et ca se ressent parfois meme au cours des études, des infirmieres supérieures et les autres, ne me dites pas que vous n’avez jamais vu ca ??

  77. Etienne dit :

    oui , mais le temps est révolu moi j’ai envi d’avoir mon concours d’aide soignant est tout le temps je le loupe a pas grand chose sa me dépite, parce que quand je voit l’article sa fait mal au ventre 🙁

  78. Etienne dit :

    oui , mais le temps est révolu moi j’ai envi d’avoir mon concours d’aide soignant est tout le temps je le loupe a pas grand chose sa me dépite, parce que quand je voit l’article sa fait mal au ventre 🙁

  79. Amelie dit :

    je suis choquée par ce que je lis. Je termine mes études d’infirmière en juillet, je suis quelqu’un qui aime travailler et mon futur métier. Et bien je peux confirmer que je cherche, j’envoie des CV à la pelle, dans tous les hopitaux, Ehpad, etc;…. oui il y a des offres, mais personne répond…. ou nous sommes trop sur le marché…. L’hopital d’où dépend notre IFSI, vient de nous annoncer, que seul 5 postes étaient vacants…. pour 120 étudiants, c’est un peu just….et les autres ne répondent pas ….. les agences d’intérim proposent que des postes avec expérience….. nous avons tous la trouille de se retrouver au chomage ! nous sommes et nous serons comme les autres IDE, réforme ou pas réforme, le métier n’a pas changé et le contenu de la formation non plus….. de toutes façons, dans notre pays, dès qu’on change un peu les choses, c’est tout de suite nul ! il me semble pourtant que les reformes sur le diplome IDE, n’est pas récent….. il faut évoluer avec son temps…. et quand on voit les pénuries de médecins dans les campagnes, on sera bien content de trouver les IDE ! la reforme sert à quelque chose, elle est pas arrivée là par hasard pour faire jolie !! Alors oui il y a pénurie de personnels, et oui il y a du chomage IDE…. c’est paradoxal… mais réel !!

  80. Amelie dit :

    je suis choquée par ce que je lis. Je termine mes études d’infirmière en juillet, je suis quelqu’un qui aime travailler et mon futur métier. Et bien je peux confirmer que je cherche, j’envoie des CV à la pelle, dans tous les hopitaux, Ehpad, etc;…. oui il y a des offres, mais personne répond…. ou nous sommes trop sur le marché…. L’hopital d’où dépend notre IFSI, vient de nous annoncer, que seul 5 postes étaient vacants…. pour 120 étudiants, c’est un peu just….et les autres ne répondent pas ….. les agences d’intérim proposent que des postes avec expérience….. nous avons tous la trouille de se retrouver au chomage ! nous sommes et nous serons comme les autres IDE, réforme ou pas réforme, le métier n’a pas changé et le contenu de la formation non plus….. de toutes façons, dans notre pays, dès qu’on change un peu les choses, c’est tout de suite nul ! il me semble pourtant que les reformes sur le diplome IDE, n’est pas récent….. il faut évoluer avec son temps…. et quand on voit les pénuries de médecins dans les campagnes, on sera bien content de trouver les IDE ! la reforme sert à quelque chose, elle est pas arrivée là par hasard pour faire jolie !! Alors oui il y a pénurie de personnels, et oui il y a du chomage IDE…. c’est paradoxal… mais réel !!

  81. Ellierim dit :

    peut etre bete mais je n’ai jamais été au chomage, mais seulement il ne faut pas hésiter à changer souvent de services et d’établissement, parfois de région, , et en plus c’est très formateur, ca donne de l’expérience,

    • ide54_78 dit :

      encore faut-il le pouvoir !
      charge de famille, argent pour le déménagement, le logement (pas de boulot, pas de logement; pas de logement, pas de boulot….)

      je rejoinds les commentaires précédents : votre situation n’a pas valeur universelle,

    • la fouaise dit :

      la retraite vous fait perdre la mémoire, Ellierim,
      c’est facile de se vanter de n’avoir jamais été au chômage,votre carrière s’étant intégralement déroulée en période de plein emploi infirmier!!!
      quand à changer de service ,d’établissement et même de région,je vous trouve gonflée,vous qui l’avez fait par choix à l’époque ,de le recommander aux jeunes à présent que la profession dégraisse!!!
      je sais de quoi je parle,mon DE étant de 1975,j’ai été stagiairisée en 1976,titularisée en 1977,alors que je ne savais même pas ce que celà voulait dire!
      ne faites pas croire aux jeunes IDE que les anciennes sont sont de vieilles grognons comme vous s’il vous plait
      merci

  82. Ellierim dit :

    peut etre bete mais je n’ai jamais été au chomage, mais seulement il ne faut pas hésiter à changer souvent de services et d’établissement, parfois de région, , et en plus c’est très formateur, ca donne de l’expérience,

  83. Marie dit :

    appart à se demander qui se prend la grosse téte lol

  84. Marie dit :

    appart à se demander qui se prend la grosse téte lol

  85. Adélaïde dit :

    Faut arrêter de dénigrer notre formation et admettre que vous ne supportez pas le changement. Sinon je parlerai plus d’emploi précaire que de chômage, car de l’emploi dans la profession infirmière il y en a encore mais au compte goutte avec des CDD ou des mi-temps. A l’heure actuelle le CH de notre IFSI n’a que 5 postes à pourvoir. Hors dans notre promo il y a 8 formations professionnelles qui doivent 3 ans au CH… On nous a conseillé d’aller de postuler dans les maison de retraites ou d’aller dans d’autres villes. Donc non on ne fait pas les difficile et on ne prend pas la grosse tête, mais on s’adapte à la conjoncture actuelle: les établissements embauchent moins à cause des restrictions budgétaires et il y a de plus en plus d’étudiants qui sortent des IFSI, donc forcément à un moment donné ça bouchonne. Après oui il y a des régions plus touchées que d’autres : Bretagne, aquitaine…

  86. Adélaïde dit :

    Faut arrêter de dénigrer notre formation et admettre que vous ne supportez pas le changement. Sinon je parlerai plus d’emploi précaire que de chômage, car de l’emploi dans la profession infirmière il y en a encore mais au compte goutte avec des CDD ou des mi-temps. A l’heure actuelle le CH de notre IFSI n’a que 5 postes à pourvoir. Hors dans notre promo il y a 8 formations professionnelles qui doivent 3 ans au CH… On nous a conseillé d’aller de postuler dans les maison de retraites ou d’aller dans d’autres villes. Donc non on ne fait pas les difficile et on ne prend pas la grosse tête, mais on s’adapte à la conjoncture actuelle: les établissements embauchent moins à cause des restrictions budgétaires et il y a de plus en plus d’étudiants qui sortent des IFSI, donc forcément à un moment donné ça bouchonne. Après oui il y a des régions plus touchées que d’autres : Bretagne, aquitaine…

  87. Adeline dit :

    Ellierime, bravo. Voilà un discours bien argumenté sur la réforme. En incluant la formation à l’université, avec les mêmes formateurs qu’avant, bah on devient de mauvais pro. D’un coup, paf comme ça. On devient naturellement mauvais à l’université …

  88. Adeline dit :

    Ellierime, bravo. Voilà un discours bien argumenté sur la réforme. En incluant la formation à l’université, avec les mêmes formateurs qu’avant, bah on devient de mauvais pro. D’un coup, paf comme ça. On devient naturellement mauvais à l’université …

  89. Sébastien dit :

    Certains commentaires sont affligeants ! Dans le pas de calais par exemple, il y a chaque année plus de jeunes diplômés que d offre d emploi ! Donc le système s essouffle vite ! Et chez nous au contraire, ils préfèrent prendre des jeunes en CDD car ils coûtent moins chers et acceptent toutes les conditions de travail !
    Avant d avoir ce genre de jugement hâtif et honteux de la part d une infirmière expérimentée, il serait intéressant que les IDE regardent ce qu il se passe ailleurs ! Le monde de la santé ne s arrête pas à son Hopital ! Comment voulez vous unir cette profession si les plus expérimentés et donc les plus sages tiennent ce genre de propos ! Une IDE n est pas manuelle ou intellectuelle, les 2 qualités sont primordiales ! les deux ! le savoir, le savoir être et le savoir faire sont indispensables !

  90. Sébastien dit :

    Certains commentaires sont affligeants ! Dans le pas de calais par exemple, il y a chaque année plus de jeunes diplômés que d offre d emploi ! Donc le système s essouffle vite ! Et chez nous au contraire, ils préfèrent prendre des jeunes en CDD car ils coûtent moins chers et acceptent toutes les conditions de travail !
    Avant d avoir ce genre de jugement hâtif et honteux de la part d une infirmière expérimentée, il serait intéressant que les IDE regardent ce qu il se passe ailleurs ! Le monde de la santé ne s arrête pas à son Hopital ! Comment voulez vous unir cette profession si les plus expérimentés et donc les plus sages tiennent ce genre de propos ! Une IDE n est pas manuelle ou intellectuelle, les 2 qualités sont primordiales ! les deux ! le savoir, le savoir être et le savoir faire sont indispensables !

  91. Perrine dit :

    Ça ne vaut effectivement pas la peine de répondre à ce type de phrases! 😉

  92. Perrine dit :

    Ça ne vaut effectivement pas la peine de répondre à ce type de phrases! 😉

  93. Angéline dit :

    Je voulais mettre un commentaire à la hauteur de votre bêtise Ellierim Lamicro mais ça n’en vaut pas la peine.

  94. Angéline dit :

    Je voulais mettre un commentaire à la hauteur de votre bêtise Ellierim Lamicro mais ça n’en vaut pas la peine.

  95. Aline dit :

    C est ça le problème les employeurs recherchent des IDE avec expérience au lieu de prendre des jeunes diplômés. Et le nouveau cursus n à pas changé les nouvelles IDE, en mal mais au contraire.

  96. Aline dit :

    C est ça le problème les employeurs recherchent des IDE avec expérience au lieu de prendre des jeunes diplômés. Et le nouveau cursus n à pas changé les nouvelles IDE, en mal mais au contraire.

  97. Hadjar dit :

    Malheureusement dans certains régions, les hôpitaux ne peuvent plus se permettre de prendre plus d’infirmières dû fait de la crise, donc oui, c’est possible de trouver des infirmières au chômage ! Toutes les régions ne sont pas concernés, mais certaines oui ! Et puis le jugement de valeur… Enfin bref, ça ne mérite aucun commentaire !

  98. Hadjar dit :

    Malheureusement dans certains régions, les hôpitaux ne peuvent plus se permettre de prendre plus d’infirmières dû fait de la crise, donc oui, c’est possible de trouver des infirmières au chômage ! Toutes les régions ne sont pas concernés, mais certaines oui ! Et puis le jugement de valeur… Enfin bref, ça ne mérite aucun commentaire !

  99. Ellierim dit :

    je sais ce qu’on va me répondre à ce commentaire, “pourquoi tu bosses, si tu es à la retraite,tu prends la place des jeunes, “, ce à quoi je réponds, on préfère embaucher les anciennes que les jeunes, plus de compétences et plus dans le relationnel, voilà

    • hotlol dit :

      Bonjour Ellierim
      Pas exactement. Vous recevez certes des offres automatiques de pole emploi mais avez vous tentez d y repondre et avez vous obtenu des reponses positives?

  100. Ellierim dit :

    je sais ce qu’on va me répondre à ce commentaire, “pourquoi tu bosses, si tu es à la retraite,tu prends la place des jeunes, “, ce à quoi je réponds, on préfère embaucher les anciennes que les jeunes, plus de compétences et plus dans le relationnel, voilà

  101. Ellierim dit :

    AH BON ???? des infirmieres au chomage, j’ai du mal à le croire, je suis infirmiere à la retraite depuis presque 3 ans, et je n’ai jamais cessé de travaillé, je recois entre 3 et 7 offres d’emploi par jour, en créant une alerte sur pole emploi, et pourtant je suis sur une région ou il n’y a pas beaucoup de postes, alors il est ou le problème, les jeunes ne veulent plus bosser n’importe, faire n’importe quoi, c’était à prévoir en formant des infirmieres universitaires, elles ont la grosse tete, sont plus intellectuelles que manuelles, et voilà le résultat, c’était à prévoir.., , faut pas s’étonner.!!!

    • Limbo dit :

      Tout à fait d’accord avec Ellierim.
      Diplômé de 2012 mais ayant connu l’ancien programme de 92, force est de constater les lacunes de cette réforme “universitaire”. On nivelle par le bas.
      112 diplômés dans ma promotion. 3 mois après, 30 “abandons” de poste face à la réalité du travail sur le terrain. Je ne parle même pas de mon secteur, la psychiatrie, où le recrutement se fait à défaut, à savoir des gens très peu motivés et qui surtout n’arrivent pas à bosser dans les soins généraux. Quid des étudiants qui arrivent sur les terrains de stage sans trop savoir ce qu’ils font là…
      L’entrée en ISFI devrait se faire sur au moins 1 an d’expérience professionnelle dans le domaine sanitaire et social.
      Certes la période est difficile, la logique budgétaire des établissements peut expliquer le chômage dans notre profession mais la réforme n’y est pas étrangère…

  102. Ellierim dit :

    AH BON ???? des infirmieres au chomage, j’ai du mal à le croire, je suis infirmiere à la retraite depuis presque 3 ans, et je n’ai jamais cessé de travaillé, je recois entre 3 et 7 offres d’emploi par jour, en créant une alerte sur pole emploi, et pourtant je suis sur une région ou il n’y a pas beaucoup de postes, alors il est ou le problème, les jeunes ne veulent plus bosser n’importe, faire n’importe quoi, c’était à prévoir en formant des infirmieres universitaires, elles ont la grosse tete, sont plus intellectuelles que manuelles, et voilà le résultat, c’était à prévoir.., , faut pas s’étonner.!!!

    • ide54_78 dit :

      j’ai 13ans de DEI, et je ne crois pas que ce chômage ait à voir avec la nouvelle formation.

      Avec tout le respect que je vous dois, et que vous devriez aux nvx diplômés, ce manque de poste c’est peut être aussi un souci d’économies de la part des directions ?
      Si les jeunes refusent certaines postes, ce n’est pas nécessairement parce qu’ils ne veulent pas bosser, mais c’ ‘est peut être aussi parce qu’on n’a plus à dire Amen à ‘nimporte quelles conditions de W.

      Gardez-vous de conclusions aussi hâtives !

    • sange83 dit :

      J’espère que vous faites de l’ironie!!! Je suis en Rhône Alpes et touchée de plein fouet par la pénurie de poste. J’ai eu une discussion avec une cadre sup qui m’a confirmé que la promo de juin connaitra des difficultés et que la suivante sera au chômage! Allez au bout de votre test allez aux entretiens que vous propose les sites… vous verrez que pour une annonce, quand nous sommes 30 à répondre, il ne suffit pas d’avoir envie de travailler!! Pour ce qui est de la grosse tête je me dit que si vous pensez vraiment ce que vous avez écrit… je confirme : nous sommes bien plus intelligentes que vous qui tenez des raisonnements dans le vent!!!

  103. cath dit :

    Je confirme le manque de postes (y compris en gériatrie..) et le secteur libéral saturé en Vendée. Même en ayant appris par nécessité à se vendre, les arguments du postulant deviennent bien légers lorsqu’il y a 10 réponses pour une proposition. Peut-être faudrait-il revoir notre numerus clausus, car le nombre d’IDE a bondi de 50% depuis 2005 dans un contexte de suppression de postes et de lits, mais peut-être que la politique managériale actuelle permet de gérer le personnel avec plus d’efficacité ?

  104. onialapoubelle dit :

    Toujours autant de désinformation sur le sujet avec suppression des postes infirmiers et glissements de tâches, etc …

Réagir à cet article

retour haut de page
1168 rq / 4,953 sec