Kenya: licenciement de 25.000 infirmières en grève

| 805 vues | | mots clefs : 15 réactions

Le gouvernement kényan a annoncé jeudi le licenciement de 25.000 infirmières du secteur public en grève depuis une semaine pour exiger une revalorisation de leurs conditions salariales.

Kenya: licenciement de 25.000 infirmières en grève

Homa Bay, important hôpital kenyan - © CC DFID

"La décision de licencier les 25.000 infirmières a été prise car le gouvernement ne pouvait pas rester plus longtemps les bras croisés à voir les Kényans souffrir dans les hôpitaux sans recevoir d'aide médicale, parce que
les infirmières et d'autres catégories du personnel sont en grève", a justifié devant la le porte-parole du gouvernement, Alfred Mutua.

"A l'heure où nous parlons, le nom des 25.000 infirmières en grève a été retirée de la liste des fonctionnaires. Elles ne sont plus employées par le
gouvernement", a-t-il ajouté.

Les infirmières observaient une grève depuis jeudi dernier en accusant le gouvernement de n'avoir pas appliqué des revalorisations salariales promises plus tôt.

Le gouvernement kényan avait menacé mercredi de licencier les infirmières qui refuseraient de reprendre le travail.

La grève a eu des conséquences très lourdes sur le fonctionnement des hôpitaux du secteur public, parfois obligés de renvoyer des patients chez eux.

Les Kényans qui en ont les moyens se rendent quant à eux dans des cliniques privées, au niveau généralement bien supérieur à celui des établissements publics.

AFP

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

15 réponses pour “Kenya: licenciement de 25.000 infirmières en grève”

  1. Adam dit :

    Ah bon !! T’as des sources ?

  2. François dit :

    Mais il existe déjà un plan de suppression de 25000 libérales ici, en France.
    … C’est un objectif chiffré, il existe.

  3. Veronique dit :

    L’Eprus fait meme de la Pub a la tele!!
    A cote de ca, les pouvoirs publics francais ont deja balances des bombes lacrymos et jets d’eau sur les infirmiers(eres) qui manifestaient.
    Et dans les services, faut pas croire!! On pousse le bouchon un peu trop loin..souvent!
    Difficile de revendiquer, pourtant ON EXISTE! D’ici que ca soit pareil par ici, y’a pas long!

  4. Marie dit :

    les administrateurs vont devoir relever leurs manches

  5. Milly dit :

    C est une honte !!

  6. Adam dit :

    Le Kenya : un pays ouvert et démocratique lol

  7. Aisha dit :

    oui l’eprus pour les collègues et leurs familles …et le peuple

  8. Isabelle dit :

    exactement… l’eprus….

  9. Jiémel dit :

    Pas grave, y’a qu’a envoyer l’EPRUS…. ;o)

  10. Pierre dit :

    C’est facile. Recrutement et formation en 2 jours c’est la moyenne dans ce pays.

  11. Christophe dit :

    en France j’en connait qui rêve de faire de même … quand tu entends les inepties qui sortent de la bouche de directeurs ou de cadres…

  12. Aisha dit :

    wowowo….. de mieux en mieux

  13. Paul dit :

    Bizarre que l’ONI n’est pas encore envisagé cette solution … A moins que comme pour les essais thérapeutiques ils tente le coup au Kenya avant de lancer leur vengeance ici licenciement pour cause de rebellions

  14. Anonyme dit :

    Ok Cash le gouvernement kényan. Donc les pauvres, ils vont crever dans leur coin ( en silence si possible) et les riches vont aller dans le privé. Où est le problème ?

Réagir à cet article

retour haut de page
793 rq / 3,334 sec