[DROIT DE REPONSE] Liberté d’expression n’est pas campagne de dénigrement

[Nous publions une tribune de Mme Dominique Le Boeuf, en réponse à notre article intitulé "Liens troubles au sommet de l'"]

Ordre infirmierIl sévit actuellement sur le web une campagne de dénigrement à mon endroit, dont le site actusoins.com s’est fait écho.

Il est colporté qu’en tant que Présidente du Conseil national de l’Ordre des infirmiers, j’aurais orienté le choix du conseil national de l’Ordre vers la société Openminded dirigée par mon frère pour que lui soit attribué le soin d’élaborer l’identité visuelle de l’Ordre. Je tiens à affirmer que cette attribution s’est faite dans la plus grande rigueur et la plus grande neutralité.

En effet, bien que cette obligation de procédure ne s’impose nullement à notre Ordre, j’ai lancé un appel d’offres en vue de cette identité visuelle. Parmi les candidats, l’une des agences avait travaillé notamment pour le logo d’un conseil départemental, l’autre avait acquis une notoriété dans le domaine de la santé, et la dernière avait travaillé pour le compte de clients prestigieux.

J’ai ensuite pris la décision de soumettre les propositions de l’ensemble des candidats au Conseil national de l’Ordre. Contrairement à ce qui est allégué, je n’ai à aucun moment tenté d’orienter le vote en faveur de la société Openminded. Le choix des membres n’a pas été fait de façon subjective, mais en fonction des prestations proposées et du prix. La société Openminded était la seule à présenter outre un logo, une véritable charte graphique déclinée pour le papier à lettre, les enveloppes, les cartes de visite… Elle a donc été choisie parce qu’elle était la mieux disante en termes de prestations et de prix.

Venir me reprocher que j’aurais dû porter à la connaissance du Conseil national de l’Ordre qu’elle était dirigée par mon frère est un mauvais procès destiné à me déstabiliser, et par voie de conséquence, à fragiliser l’Ordre. C’est précisément si j’avais fait état de la qualité de mon frère pour peser sur le choix du prestataire que la concurrence aurait été biaisée. Au contraire, c’est en toute liberté et objectivité que la société Openminded a été retenue à une très grande majorité : 22 voix sur 27.

J’ajoute que, par une motion du 28 mars 2011, une quarantaine de présidents des conseils départementaux et régionaux ou membres du Conseil national de l’Ordre des infirmiers, m’ont exprimé à nouveau leur confiance et m’ont assurée de leur soutien face à cette campagne de dénigrement .

Dominique Le Boeuf

La réponse de la rédaction

Avec une pudeur qui l'honore, Madame Le Boeuf aurait donc choisi de ne pas dévoiler aux conseillers nationaux la "qualité de son frère" au sein de la société OpenMinded pour éviter de "biaiser la concurrence"... Nous maintenons bien entendu l'intégralité de nos propos.

Après nous avoir menacé via son avocat d'une procédure en diffamation et devant notre refus de retirer l'article incriminé, Madame Le Boeuf a d'ailleurs fort sagement décidé de se contenter d'un droit de réponse.

L'objectif initial était clair : nous intimider et nous faire reculer devant le coût important d'une procédure pénale. Nous avons choisi de ne pas céder.

Au sein de la rédaction d'ActuSoins, l'Ordre infirmier n'est ni la préoccupation unique, ni l'objet d'obscures rancœurs. Nous n'avons simplement pas créé ce nouveau média pour nous contenter de publier communiqués de presse et interviews complaisantes, sans recul ni critique.

Nous allons chercher l'information, la vérifions et l'analysons avec rigueur. Nous continuerons de travailler ainsi, nous souciant fort peu des hauts cris et des postures indignées.

La rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
185 rq / 1,489 sec